Agen vise Toulon… rien que Toulon

Agen vise Toulon… rien que Toulon

10 décembre 2011 - 11:48

Publicité

Vivement le 20 décembre ! Que l’on sache – officiellement – et que l’on passe à autre chose. Oui, que l’on sache une bonne fois pour toute ce que sera l’avenir du staff suaviste. Partiront… Partiront pas, à Bayonne ou ailleurs. L’environnement du club basque bruisse de mille rumeurs, comme Agen. Dernière en date : une radio basque aurait interviewé le « pompier » de service Jean-Pierre Elissalde venu apporter son concours jusqu’à la fin de la saison à Bayonne. Ce dernier aurait déclaré que le trio Lanta/Deylaud/Déjardin serait attendu pour la fin de la saison sur les bords de l’Adour… Une de plus.
ça, c’était hier, mais hier aussi certains annonçaient qu’« ils » aimeraient bien finalement rester à Agen après avoir annoncé huit jours plus tôt que leurs valises pour Bayonne étaient faites. Un autre avait fait le chemin inverse, et annonçait que les entraîneurs agenais étaient tombés d’accord avec les dirigeants bayonnais… Vite une aspirine.
Pas de fumée sans feu
Il y a forcément eu des contacts, comme il y en a quand un club en difficulté lorgne sur ce qui marche bien ailleurs… au niveau encadrement. La rançon du succès pour les entraîneurs suavistes qui ont le vent en poupe. Une fois de plus, rien ne serait paraphé. Quant à la touche « exotique », l’éventuelle arrivée d’un entraîneur étranger, elle a valu des retours de bâtons au premier des suavistes, le président Alain Tingaud qui confiait, un rien remonté, à quelques minutes du coup d’envoi contre Sale : « Vous croyez que j’aurais annoncé l’arrivée d’un nouvel entraîneur, sans en avoir d’abord fait état en conseil d’administration ? ».
Bien sûr, il n’y a pas de fumée sans feu. Ils (le staff et le président) ne s’aiment pas et ne s’aimeront jamais, mais qui sait… l’intérêt supérieur. Et puis Bayonne n’est peut-être pas aujourd’hui la meilleure des terres d’accueil. Tensions ou pas, le président n’a pas varié d’un iota, il faudra attendre le 20 décembre pour savoir officiellement… C’est loin.
Hier matin, lors du briefing d’avant-entraînement entre le staff et les joueurs, les coaches ont, « paraît-il », demandé à leurs troupes de ne plus évoquer « l’affaire » et de se concentrer sur le rendez-vous de Toulon. Foi de journaliste, c’était… comme avant.
On fera court sur le match de la veille qui a vu les suavistes s’incliner devant les Anglais de Sale Sharks (29-14), jeudi soir, une défaite qui enterre un peu plus les Agenais en challenge européen. Aujourd’hui troisième, le SUA laissera Brive et Sale en découdre pour la plus haute marche du podium. Anecdotique. Hier matin, ce sont les blessés et les joueurs en reprises qui étaient les premiers sur la pelouse. Premier sur le terrain, Jeff Coux qui a fait des longueurs et Opeti Fonua et Semisi Telefoni pour une grosse séance de placages de sacs sous la houlette d’Alex Déjardin. Le gros de la troupe, les « Toulonnais » est arrivé derrière avec les coaches. Première impression, les vainqueurs de Bayonne devraient être ceux du voyage à Toulon.
Mardi, dès 20 h 45, à l’heure du « pilou pilou », le cri de ralliement toulonnais, on saura si Agen a su mettre entre parenthèses une histoire qui pourrait, sait-on jamais, avoir des conséquences sur une saison démarrée tambour battant.
L’infirmerie : Trois éléments ont été légèrement touchés face à Sale. Manu Ahotaieiloa a eu droit à quelques points sur une main, Jamie Robinson a reçu un coup sur un genou, comme Damien Lagrange qui arborait une énorme poche de glace sur un genou hier matin.

Vivement le 20 décembre ! Que l’on sache – officiellement – et que l’on passe à autre chose. Oui, que l’on sache une bonne fois pour toute ce que sera l’avenir du staff suaviste. Partiront… Partiront pas, à Bayonne ou ailleurs. L’environnement du club basque bruisse de mille rumeurs, comme Agen. Dernière en date : une radio basque aurait interviewé le « pompier » de service Jean-Pierre Elissalde venu apporter son concours jusqu’à la fin de la saison à Bayonne. Ce dernier aurait déclaré que le trio Lanta/Deylaud/Déjardin serait attendu pour la fin de la saison sur les bords de l’Adour… Une de plus.

ça, c’était hier, mais hier aussi certains annonçaient qu’« ils » aimeraient bien finalement rester à Agen après avoir annoncé huit jours plus tôt que leurs valises pour Bayonne étaient faites. Un autre avait fait le chemin inverse, et annonçait que les entraîneurs agenais étaient tombés d’accord avec les dirigeants bayonnais… Vite une aspirine.

Pas de fumée sans feu

Il y a forcément eu des contacts, comme il y en a quand un club en difficulté lorgne sur ce qui marche bien ailleurs… au niveau encadrement. La rançon du succès pour les entraîneurs suavistes qui ont le vent en poupe. Une fois de plus, rien ne serait paraphé. Quant à la touche « exotique », l’éventuelle arrivée d’un entraîneur étranger, elle a valu des retours de bâtons au premier des suavistes, le président Alain Tingaud qui confiait, un rien remonté, à quelques minutes du coup d’envoi contre Sale : « Vous croyez que j’aurais annoncé l’arrivée d’un nouvel entraîneur, sans en avoir d’abord fait état en conseil d’administration ? ».

Bien sûr, il n’y a pas de fumée sans feu. Ils (le staff et le président) ne s’aiment pas et ne s’aimeront jamais, mais qui sait… l’intérêt supérieur. Et puis Bayonne n’est peut-être pas aujourd’hui la meilleure des terres d’accueil. Tensions ou pas, le président n’a pas varié d’un iota, il faudra attendre le 20 décembre pour savoir officiellement… C’est loin.

Hier matin, lors du briefing d’avant-entraînement entre le staff et les joueurs, les coaches ont, « paraît-il », demandé à leurs troupes de ne plus évoquer « l’affaire » et de se concentrer sur le rendez-vous de Toulon. Foi de journaliste, c’était… comme avant.

On fera court sur le match de la veille qui a vu les suavistes s’incliner devant les Anglais de Sale Sharks (29-14), jeudi soir, une défaite qui enterre un peu plus les Agenais en challenge européen. Aujourd’hui troisième, le SUA laissera Brive et Sale en découdre pour la plus haute marche du podium. Anecdotique. Hier matin, ce sont les blessés et les joueurs en reprises qui étaient les premiers sur la pelouse. Premier sur le terrain, Jeff Coux qui a fait des longueurs et Opeti Fonua et Semisi Telefoni pour une grosse séance de placages de sacs sous la houlette d’Alex Déjardin. Le gros de la troupe, les « Toulonnais » est arrivé derrière avec les coaches. Première impression, les vainqueurs de Bayonne devraient être ceux du voyage à Toulon.

Mardi, dès 20 h 45, à l’heure du « pilou pilou », le cri de ralliement toulonnais, on saura si Agen a su mettre entre parenthèses une histoire qui pourrait, sait-on jamais, avoir des conséquences sur une saison démarrée tambour battant.

L’infirmerie : Trois éléments ont été légèrement touchés face à Sale. Manu Ahotaieiloa a eu droit à quelques points sur une main, Jamie Robinson a reçu un coup sur un genou, comme Damien Lagrange qui arborait une énorme poche de glace sur un genou hier matin.

Source: ladepeche.fr

Publicité

  1. rctrop 10 décembre 2011 à 15h

    Pour le concours de cracheurs de pruneaux qu'ils visent bien alors , mais c'est pas dit atteindre la cible ..! Parce que nous aussi on peux manger les pruneaux et cracher les noyaux ..! 😆

  2. starlette 10 décembre 2011 à 16h

    ça peut se jouer en premiere mi-temps si on les décroche au score ils peuvent lacher le match pour penser aux suivants ça serait prétentieux de leur part de tout faire pour gagner a mayol.donc a nous de faire ce qui faut.

  3. Georges 10 décembre 2011 à 19h

    😳 …quelques inquiétudes tout de même…sont complets dans toutes les lignes et ont une pêche d'enfer..peut-être leur banc plus faible..serait de bon ton de gagner..les autres équipes hormis Toulouse et peut-être Clermont demain stagnent en H CUP..le Métro en l'instant vient de se faire étriller par les London Irisch..et le BO battu en Italie par Benetton Trévise..quelques blessés…notre courte défaite en Terre hostile et tempétueuse sera vite oubliée si on s'impose mardi en se relançant en championnat !!!! Allez TOULON 😆 😆

  4. boom09 10 décembre 2011 à 19h

    prudence,avec cette équipe et ses rusés entraineurs,sans oublier nos revanchards : BARNARD ET SENEKAL, le premier n'arrete pas d'enquiller et le 2ieme rayonne sur la touche, le nouvel entraineur de l'EDF ou plutot manager les avait mis aux oubliettes!le premier etait un 3ieme choix derriere FAUQUé,et le second faisait partie de l'équipe des coiffeurs!

  5. alainc 10 décembre 2011 à 20h

    Ah! la nostalgie quand tu nous tiens!

    Barnard n'était que le 3ème choix derrière FAUQUE mais Sébastien Fauqué nous faisait rêver: Lorsqu'il remontait une balle ou se préparait a recevoir une chandelle, tout le stade retenait son souffle: mais quelle caguade il allait inventer ?, comme buteur il peut se vanter d'avoir fait peindre les poteaux en blanc, etc… etc… un artiste.

    • Juniper 10 décembre 2011 à 22h

      fauque le seul capable de te faire une passe en plein visage et de louper 30 pts au pied….mais on rigolait bien

  6. fafane40 11 décembre 2011 à 08h

    Tout ça, c'est la faute à Laporte, j'en suis sûr !!!!!!!

  7. RABOLIO 11 décembre 2011 à 22h

    Ils ne s'en plaignent pas, à la Rochelle, du père FAUQUE .(c'est vrai aussi que c'est la PRO 2!)

Comments are closed.