Castres attend Toulon au tournant

Castres attend Toulon au tournant

26 novembre 2011 - 9:49

Publicité

Canal + ne s’est pas trompé en décidant de choisir ce match entre le Castres olympique et Toulon comme affiche de cette 11e journée de Top 14 cet après-midi à 16h15. Les enjeux de cette rencontre sont importants. C’est le duel entre deux concurrents directs aux six premières places qualificatives. Deux équipes qui sont au coude à coude au classement. Si Castres est devant à la 3e place, Toulon, 4e, ne cède que trois points à son rival pour monter sur le podium mais avec un match en retard. Autant dire que les Toulonnais, en pleine forme olympique, viennent à Pierre-Antoine avec de réelles ambitions. Des ambitions aussi fortes que les Castrais qui marquent un peu le pas après un début de saison tonitruant et qui doivent absolument retrouver le goût du succès devant leur public. Tous les ingrédients sont donc réunis pour un match de haute intensité. Reste à savoir dans quel état d’esprit les Castrais vont aborder ce match après avoir concédé 4 défaites de rang, toutes compétitions confondues. Mais les entraineurs ne veulent pas parler de match charnière dans cette première partie de championnat. « Il n’y a pas de pression, affirme cependant Laurent Labit, l’entraîneur des lignes arrières castraises. C’est un match important face à un concurrent direct mais on n’est qu’à la 11e journée. Même si on fait une contre-performance on ne sera pas en difficultés vu notre bon début de saison et notre série de 7 victoires dont trois à l’extérieur. Aujourd’hui, on est encore dans les clous ». Car ce n’est pas tant le résultat qui semble important pour le coach que la manière. « dans notre série de 7 victoires, on aurait pu perdre des matchs face à Lyon ou Montpellier, là à l’inverse on a perdu des matchs que l’on aurait pu gagner, c’est le sport de haut niveau, il y a peu d’écart entre les équipes, explique Laurent Labit. Je ne suis pas obnubilé par la victoire. Ce que l’on a dit aux joueurs c’est que l’on doit prendre le jeu à notre compte et si Toulon est meilleur que nous, ils gagneront. Mais ce que l’on ne veut pas c’est retrouver le comportement que l’on a eu à Bordeaux. À l’inverse si on a un comportement comme face au x Scarlets et au Munster en coupe d’Europe, on va vite retrouver la victoire ». Des entraîneurs qui semblent donc optimistes malgré ce coup d’arrêt comptable. D’ailleurs, on ne sentait pas de pression particulière hier après-midi à la mise en place à Pierre-Antoine. Les coachs ont laissé comme à leur habitude les joueurs sous la houlette de leur capitaine Chris Masoe. Et les joueurs, cependant concentrés, ne semblaient pas accablés par le doute.

La Dépêche

Publicité

  1. idYo83 26 novembre 2011 at 13h

    Texte trouvé sur boucherie Ovalie, écrit par "Capitaine".

    Pourvu que ça ne débute pas comme ça ce soir…

    "J’ouvre les yeux après quelques minutes de concentration assis sur un banc qui n’a plus qu’une planche sur les trois initiales. Mes doigts sont collants d’une résine que j’étale sur tout ce que je touche. Une forte chaleur a envahit mon dos ainsi que mes épaules. Cette familière odeur de terre mouillée emplit mes narines pendant qu’un vacarme connu pénètre mes oreilles en choux-fleur. Les tonalités aigues des crampons métalliques frappant le carrelage rythment le discours du coach sur un fond rugueux des corps qui claquent et qui s’entrechoquent.

    Nous sommes revenus au vestiaire après un échauffement qui nous prépare à la guerre. On a vite remplacé les pompes par des percussions dans les boucliers étriqués du club et personne n’a revu les combines, dans nos têtes, pas besoin, il valait mieux se frotter les oreilles entre nous, sentir les hommes, se préparer au contact.

    Réunis en cercle dans un vestiaire étroit comme un bus scolaire, autour d’un seul homme qui vous rend à moitié sourds par des paroles haineuses aboyées bien trop près, tout en vous rinçant la figure de sa salive chaude accompagnée d’une haleine à faire évacuer un squat de clochard, nous défions mutuellement les regards décidés et rageurs de nos coéquipiers. Resserrés à s’en faire sauter les clavicules, nous encaissons les claques brusques du capitaine qui nous motive. On n’a plus qu’une envie désormais, faire payer au premier adversaire venu la perte d’audition, les postillons et les baffes dans les dents.

    La tête remplie de violence et les mains qui tremblent, je rejoins la colonne formée par mon équipe dans l’étroit couloir qui s’ouvre sur le terrain. L’équipe adverse est en place sur l’autre côté, la tension monte, l’ambiance est électrique, des regards assassins parcourent le couloir, les respirations sont plus fortes, les bras plus lourds. J’ai une furieuse envie de détruire la dentition de mon vis-à-vis par une marmite en travers de sa mâchoire.

    Nous laissons nos victimes du jour pénétrer sur le terrain sous les insultes champêtres de nos valeureux supporteurs venus assister à l’exécution qui constitue la seule occupation du week-end. Notre entrée sur le terrain se fait sous les encouragements bruyants et des slogans sanglants des amateurs du rugby d’antan. Nous sommes chez nous.

    Alignés à deux mètres derrière la ligne médiane, dans les starting-blocks, attendant le signal du buteur, nous sommes prêts, la bave à la bouche, les poings fermés à se ruer sur l’adversaire. Nous savons que l’on ne jouera pas la balle de toute façon, on doit d’abord leur expliquer un truc : nous sommes chez nous.

    Le ballon monte haut dans le ciel alors que nous courons au mieux de nos capacités en direction du point de chute, ciblant à l’avance notre victime, décortiquant le timing afin de savoir quelle partie de notre anatomie va asséner le coup rageur qui laissera l’adversaire à terre… C’est fait, il est grand, il est pas beau et il va morfler. Je suis à pleine vitesse, je place mon épaule au niveau de ses côtes, il ne m’a pas vu, il regarde le ballon qui retombe quelques mètres derrière lui. J’encastre toute sa cage thoracique et retombe au sol avec lui, compressant un maximum ce qui lui reste du haut du corps. La générale éclate. Les coups fusent dans tous les coins. Le public gronde, participe par-ci par là. Mais je sens que ça se calme quand, dans mon dos, une main se pose sur mon épaule me tirant en arrière avec une remarque m’incitant à me calmer. Le malotru, il ne sait pas à qui il s’adresse. Ni une ni deux je l’assomme d’un coup de coude vers l’arrière qui vient heurter sa mâchoire, ma victime s’effondre, inconsciente, tout le monde s’arrête, le stade est silencieux. C’était l’arbitre."

    Merci à Capitaine d'avoir fait remonter à la surface les saveurs d'antan vécues si souvent par les anciens comme moi…

Comments are closed.