C’est Toulon le patron ! (BDM)

C’est Toulon le patron ! (BDM)

18 avril 2010 - 3:13

Publicité

IMG_0172Dans un Vélodrome aux accents de phases finales, le RCT bat l’USAP 33 à 23 et s’empare de la 1ère place du Championnat !

Philippe Saint-André avait annoncé que le RCT serait prêt pour « faire la guerre » face à l’USAP.

Et force est de constater que l’engagement physique – notamment en 1ère période – fut particulièrement élevé. A tel point que 3 Joueurs durent quitter prématurément leurs partenaires : Candelon à la 20e (victime d’une fracture du bras), Guirado à la 29e (qui se tenait les côtes) et Mafi Kefu à la 30e (touché à l’épaule). On craint même un instant pour Jonny Wilkinson qui joua sur une jambe durant quelques minutes.

Face au vent en première mi-temps, les Toulonnais produisirent une belle prestation : dès la 4e, Clément Marienval tentait un drop qui ne trouvait pas le chemin des perches mais laissait présager des velléités varoises.

D’ailleurs, sur une faute catalane en mêlée, c’est Toulon qui ouvrait le score sur une pénalité de l’imparable Jonny W. à la 10e (3 – 0).

Porical ramènera les deux formations  à égalité à la 13e sur pénalité après une faute… en mêlée sifflée par M. Poite…

Mais Toulon multipliait les temps de jeu et se montrait le plus incisif, notamment en touche où l’alignement Rouge damait le pion aux Jaune. Et sur une pénalité vite jouée par Pierrot Mignoni, Sonny Bill Williams transperçait la défense adverse et servait Luke Rooney qui pointait en coin (17e). Wilkinson transformait et le RCT menait 10 à 3.

L’USAP revenait dans la partie sur une 2nde pénalité à la 22e réussie par Porical.

Et puis les Arlequins venaient carrément cueillir le Muguet sur une attaque grand champ qui était conclue par Sid sur son aile (24e). Porical transformait et les Joueurs de Jacques Brunel prenaient les commandes, 13 à 10…

Comment revenir au score ? Faites appel au pied de Jonny Wilkinson… Avec une 2nde pénalité réussie à la 31e, Provençaux et Catalans étaient sur un pied d’égalité, 13 partout.

Côté Toulonnais, on craignait que « 13 reste raide » et Joe Van Niekerk nous gratifiait d’une énorme percée et c’est… Luke Rooney qui finissait dans l’en-but (34e). Wilko ne parvenait pas à transformer mais le RCT avait repris l’avantage 18 – 13.

Un score qui sera celui de la pause puisque tant Porical (38e) que Wilkinson (40+2e) ne pourront marquer sur pénalité.

Face au vent, les Varois auront été disciplinés, efficaces et réalistes.

Si l’on en croit PSA lui-même, la 2nde période sera moins engagée et les Toulonnais jouèrent comme « des petits épargnants » en passant des drops et des pénalités.

On préfèrera retenir l’analyse de Pierre Mignoni qui estimera que ses Partenaires ont essayé de mettre leurs adversaires du jour sous pression.

Ce qui fut plutôt réussi d’ailleurs : après une 1ère tentative jugée infructueuse par M. Poite à la 45e  (les images montrent que le ballon passait entre les perches…),  l’ouvreur Toulonnais passait un drop à la 49e (21 – 13) puis une pénalité à la 52e (24 – 13).

A la 55e, Porical réussissait une pénalité (24 – 16). Mais l’impeccable Wilkinson redonnait de l’air à sa formation sur une nouvelle pénalité réussie à la 58e (27 – 16).

Alors que nous rentrions dans le dernier quart d’heure, le 10 Toulonnais enquillait sa 5ème pénalité de l’après-midi (30 – 16). Le Président Boudjellal – peu enclin à l’optimisme – rappelait que la saison passée, Toulon avait eu une semblable avance avant de se faire dépasser en toute fin de partie.

On craint un instant que l’histoire ne bégaye lorsque Greg Le Corvec (ancien pensionnaire de Mayol, faut-il le rappeler ?) marquait un essai accordé par M. Poite après arbitrage vidéo à la 72e et qu’avec la transformation de Porical, les Usapistes ne reviennent à un 30 à 23 synonyme de final haletant.

C’est alors que tel un héro (Toulonnais) des terrains de Rugby, Sir Jonny planta un drop assassin de 50’’ à la 76e (33 – 23).

Le RCT tenait sa victoire et le Vélodrome était définitivement Toulonnais. Si Mayol est une forteresse, le Vélodrome est devenu une bien belle « résidence secondaire ».

Pierre Mignoni soulignait après match que les Toulonnais commençaient vraiment à jouer ensemble et à trouver leurs repères. Au bon moment. Et même si Jacques Brunel faisait du Club du Président Boudjellal un favori pour le titre, Philippe Saint André rappelait que Toulon n’avait rien gagné et que nous n’étions qu’un « petit outsider » et qu’il fallait garder les pieds sur terre.

Notamment pour penser déjà à Brive, Brive où Toulon jouera un match couperet : en gagnant, Toulon peut finir dans les 2 premiers et s’éviter un match qui permettra aux Joueurs de souffler un peu.

Le Président Boudjellal soulignait que ses Joueurs avaient au moins gagné le droit de faire rêver et de donner du bonheur. Et ce n’est déjà pas si mal…

Publicité

  1. Guy 18 avril 2010 à 10h

    Bravo au Rct et à cette équipe fantastique, aujourd'hui je suis encore plus fier de mon équipe chérie,mais que de bonheur pour mon vieux coeur, allez les "pitchounes".Merde je crois que je pleure, rassurez-vous ce sont des larmes de bonheur.

    Guy

  2. RCT 18 avril 2010 à 11h

    concernant kefu il est sorti sur blessure qu'est ce qu'il a vraiment ? parce qu'avec les matchs qui arrivent on va en avoir besoin.

Comments are closed.