Clément Marienval s’exprime pour Charente Libre

Clément Marienval s’exprime pour Charente Libre

21 avril 2010 - 10:17

Publicité

LZ1R0280
Vaincre le champion en titre devant les 60 000 spectateurs du Vélodrome, ça a dû être une sacrée émotion, non?

Clément Marienval. C’était la deuxième fois de la saison que l’on jouait au Vélodrome après la réception du Stade Toulousain lors de la 7e journée. Mais cette fois, cela a été beaucoup plus fort.

C’était notre neuvième victoire consécutive, celle grâce à laquelle on prend la tête. C’est quelque chose de grand. Pourtant, curieusement, jouer à Mayol est presque plus impressionnant: les tribunes sont plus proches du terrain, le stade plus bruyant.

Toulon qui prend la tête du Top 14: vous avez dû faire une sacrée fête après ça!

Le président Boudjellal nous a emmenés boire un verre à Marseille. Mais ça n’a pas été une troisième mi-temps de folie. On avait déjà tous l’esprit tourné vers notre déplacement à Brive, samedi prochain qui sera hyper important.

Désormais, l’objectif c’est le titre de champion de France?

Le titre, tout le monde en rêve mais je peux vous dire qu’en interne on n’en parle pas. On prend les matches comme ils viennent. D’abord on va faire en sorte de terminer premiers, ce qui nous permettrait de disputer directement les demi-finales.

Mais c’est vrai, ce serait sympa de venir au tournoi de beach rugby de Soyaux, cet été, avec le bouclier de Brennus!

A titre personnel, ça se passe bien pour vous après une belle performance en coupe d’Europe et cette titularisation contre Perpignan…

Je suis sur une belle dynamique. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été titulaire. L’entraîneur (Philippe Saint-André) m’a demandé de me lâcher davantage. En Challenge Cup, j’ai inscrit deux essais face aux Scarlets de Llaneli (victoire 38-12) qui m’ont donné beaucoup de confiance. Face à Perpignan, j’ai eu peu de ballons à négocier, mais je crois que je m’en suis bien sorti.

Quels rapports entretenez-vous avec les stars internationales de l’effectif? Wilkinson par exemple?

On s’entraîne souvent rien que tous les deux. On se retrouve dans un Mayol désert et on travaille notre jeu au pied. Ce sont des grands moments, il me donne de précieux conseils. Tout se passe très bien avec lui. Il est très sympa, et parle un excellent français, même si de temps à autre je lui parle en anglais, car je voudrais aussi progresser de ce côté-là.

Et puis il y a Umaga. Samedi, c’était la première fois que je jouais à ces côtés. Je me souviendrai longtemps du petit trombino filmé par Canal + avant le match. Je me suis retrouvé là, côte à côte avec lui, face aux caméras. C’est fort.

Publicité

  1. France PETRUCCIANI 21 avril 2010 à 17h

    je me me répète peut être mais il est vraiment bien, alors gardons le!!!!!

  2. Violaine 21 avril 2010 à 19h

    Bien contente pour lui car il le mérite, il a vraiment du potentiel à développer!!

Comments are closed.