Dany Priso : « Plus c’est rude, plus c’est bon ! »

Dany Priso : « Plus c’est rude, plus c’est bon ! »

23 septembre 2022 - 11:38

2 Commentaires

Publicité

Le pilier gauche du Rugby Club Toulonnais, Dany Priso s’est confié en conférence de presse sur le match à venir contre Perpignan, programmé ce samedi après-midi à Aimé-Giral dans le cadre de la quatrième journée du Top 14.

Ce-dernier concède que le RCT n’est pas forcément en confiance pour le moment, dans son jeu.

Il rappelle que le système est en train de se mettre en place et cela demande du temps pour s’y adapter correctement. Extrait:

« On n’est pas forcément en confiance en ce moment. Un nouveau système se met en place. Il y a beaucoup de nouveaux joueurs. On arrive, on essaye d’apporter nos qualités. Mais il faut comprendre le système, connaitre les gars et se trouver rapidement. C’est ce que nous n’arrivons pas à faire totalement au cours d’un match car on se cherche encore. A l’entrainement on met tout cela en place pour se trouver et on apprend à se connaitre. On est en début de saison, c’est une période où on n’a pas le feu derrière, on travaille pour se trouver et faire de belles choses. »

Contre Perpignan, il s’attend à une chaude ambiance. Extrait:

« On connait Perpignan : ils ont un très beau public et on va être très bien accueilli. Ca va être assez chaud. On sait que le rugby commence devant donc on aura un gros boulot devant pour essayer de ramener des points de Perpignan. Si on n’est pas présent devant, on ne peut rien espérer là-bas. »

Il pressent un match très rude, mais pour lui, plus c’est rude, plus c’est bon. Extrait:

« Le rugby, ça commence devant. Avec un mauvais temps, on a beaucoup plus de boulot devant. Si on n’est pas présent devant, ce ne sont pas les trois-quarts qui vont venir pousser les mêlées et les mauls pour nous avec ces conditions climatiques. Il faudra être discipliné et être performant en conquête. On sait que devant, il faut être bon pour pouvoir de l’émulation. On essaye de se donner de la confiance grâce à cela. Moi, j’adore cela sinon je ne serais pas là. Plus c’est rude, plus c’est bon. »

Dans la foulée, il n’a pas manqué de dire le plus grand bien du groupe Toulonnais. Extrait:

« Il y a un très gros groupe, un beau groupe. On connait les qualités des joueurs qui sont là. Et l’année dernière, ils ont rattrapé tout le monde tel un rouleau compresseur. Il fallait arriver et se mettre au niveau. Je ne suis pas encore à mon meilleur niveau mais je bosse pour pouvoir apporter toutes mes qualités à ce groupe. Je n’avais jamais fait de préparation à la montagne mais c’était très sympa de se retrouver en altitude. Il fallait vite se remettre pour rattraper les autres car j’ai repris plus tard. Petit à petit on s’y met et je commence à bien me sentir physiquement au niveau de mes courses. Je ne suis pas encore à 100% et je n’ai pas totalement déployé mon jeu. Mais j’apprends des mecs pour savoir comment me placer sur le terrain et comment sortir mon jeu individuellement. Je veux montrer mes qualités.

Je suis quelqu’un qui aime bien chambrer et rigoler, mettre de l’ambiance. C’est un vestiaire qui est très bon. On rigole énormément. On essaye de faire de petites choses à côté pour se connaitre en dehors du rugby et petit à petit je trouve un peu ma place. Mais il faut encore du temps pour me sentir totalement libre. A Toulon, je connaissais les mecs avec qui j’étais au Japon et avec qui j’ai joué en sélection. Puis le rugby c’est un petit monde. On se côtoie à gauche à droite donc je connaissais déjà une bonne partie du groupe. »

En concurrence au poste de pilier gauche avec Jean-Baptiste Gros, Bruce Devaux et Florian Fresia, Dany Priso précise ne pas avoir la concurrence mauvaise. Extrait:

« Je n’ai pas la concurrence mauvaise, j’ai toujours la concurrence saine avec tous les piliers gauches avec qui j’ai pu jouer. La différence se fait sur le terrain donc ça ne sert à rien de se faire la guerre en dehors du terrain. Ce sont les coaches qui décident. On travaille pour être sur le terrain et les coaches prennent leurs décisions. »

Pour conclure, Dany Priso explique qu’arriver à Toulon avec trois autres Rochelais (Sinzelle – West – Tanguy) a simplifié son intégration. Extrait:

« Arriver à quatre joueurs Rochelais ici, d’autant plus avec Matthieu Tanguy, un joueur avec qui je suis très proche car on s’est lié d’amitié, ça aide. On habite à trois Rochelais dans un espace de cinq mètres je crois (rire). On s’entend super bien. On est en confiance. On se dit qu’on n’arrive pas seuls et qu’on n’est pas perdu. Puis de très bons mecs nous ont bien intégré et nous ont fait visiter à gauche à droite des endroits très sympa. On mange bien ici ! Donc il faut faire attention sinon ça peut vite monter (rire). »

Publicité

2 Commentaires

  1. Publicité

  2. Tomprice83 23 septembre 2022 at 12h- Répondre

    Bon, on verra demain entre les paroles et les actes. La vérité du terrain est la seule voie pour se jauger.

    J'aime 14
    J'aime pas 3
  3. henri 23 septembre 2022 at 12h- Répondre

    Ah non il est bon lui. Je me demande comment la Rochelle a pu le laisser partir.

    J'aime 10
    J'aime pas 2
  4. Publicité