Des arbitres etrangers sur le sol Français ( Source Rugbyrama )

Des arbitres etrangers sur le sol Français ( Source Rugbyrama )

30 septembre 2010 - 10:04

Publicité

Pour la première fois de son histoire, le derby basque Bayonne-Biarritz ne sera pas arbitré par un Français. L’Irlandais M. Clancy officiera samedi à Jean-Dauget par décision de la Ligue Nationale de Rugby. Les instances professionnelles ont décidé, il y a un mois et demi, de choisir sept arbitres étrangers pour couvrir la neuvième journée de Top 14. Une initiative de Dider Méné, président de la commission centrale des arbitres de la LNR, appuyée par Joël Jutge, adjoint de la Direction Technique Nationale de l’Arbitrage (DTNA) en charge du l’arbitrage professionnel. L’ancien sifflet du Top 14 explique ce choix. « Cette décision s’est prise à plusieurs égards. Il faut d’abord se familiariser avec les nouvelles règles et avec les hommes qui vont arbitrer nos clubs français en Coupe d’Europe. Ces arbitres connaissent nos équipes, nos matchs du vendredi soir sont regardés par les étrangers. Il n’y a plus de secret entre nous et notre but est maintenant d’uniformiser tout cela. »

Des arbitres anglais contestés dans leur pays

Les acteurs du Top 14 ont accueilli la nouvelle avec plaisir. C’est en tout cas ce que pense Joël Jutge. « D’après ce que je sais, les joueurs et entraîneurs du Top 14 sont très satisfaits d’être arbitrés par des étrangers. Cela arrive huit jours avant la première journée de Coupe d’Europe et c’est une préparation idéale à l’arbitrage britannique. » Cet arbitrage qui possède les mêmes soucis d’application des nouvelles règles que son homologue français. Les entrées en mêlées et la règle du plaqueur-plaqué sont aussi discutées en Grande-Bretagne qu’en France. « Ils ont les mêmes difficultés que nous et ont du mal à appliquer les commandements en mêlée, explique Jutge. Mais l’IRB a bien précisé que ces règles étaient non-négociables. »

Des commandements critiqués à longueur de week-end par les entraîneurs du championnat. Les techniciens passent leur temps à contester les décisions arbitrales pour terminer au final dans les tribunes de France et de Navarre, suspendus par la commission de discipline de la LNR. Les managers des clubs français attendent donc avec impatience les coups de sifflets de ces « nouveaux » garants du jeu. Pour Joël Jutge, l’arbitrage français a néanmoins un temps d’avance sur celui des Britanniques. « Nos championnats sont identiques. Je dirais qu’on a un noyau plus épais qu’eux. Nous tournons avec six ou sept arbitres qui sont soit internationaux, soit pas loin du niveau international. Eux n’en possèdent que trois ou quatre. »

Romain Poite, sifflet de Leinster-Munster

Pour autant, ne vous attendez pas à voir Alain Rolland ou Waynes Barnes ce week-end. « C’est un problème de calendrier. Vous imaginez une journée de Top 14 sans nos cinq meilleurs arbitres. Mais ces sifflets s’imposent aussi à nous, ce sont des hommes qui vont arbitrer nos clubs cette année en Coupe d’Europe. » En échange de ce prêt, la LNR a envoyé deux Français couvrir des rencontres britanniques. Jerôme Garcès arbitrera l’affiche du championnat anglais Saracens-Leicester et Romain Poite sera chargé du choc de la Ligue Celte entre le Leinster et le Munster. En Outre-Manche, les Anglais sont visiblement ravis d’accueillir des Français pour leurs matchs phares. On ne peut pas en dire autant des supporters hexagonaux. Demandez aux Albigeois présents lors du AlbiBourgoin (7-17) de mars dernier qui ont assisté à la piètre catastrophique du Gallois Nigel Owens. Le derby basque aurait du mal à accepter une production du même acabit.

Publicité

  1. Dédé 30 septembre 2010 à 11h

    "en Grande-Bretagne qu’en France." Marrant le lien pointé par "France" dans cette phrase !

  2. Hellboy 30 septembre 2010 à 12h

    "« D’après ce que je sais, les joueurs et entraîneurs du Top 14 sont très satisfaits d’être arbitrés par des étrangers. "

    Tu m'étonnes ! Ca va les changer des 3 mousquetaires : Berdos, Matheu, Maciello et Rebollal !

    (les 3 mousquetaires étaient 4, sauf 1, mais j'dirais pas lequel…)

  3. Joël 30 septembre 2010 à 20h

    Le quatrième était d'Artagnan mais on dit les trois mousquetaires car Athos Porthos et Aramis étaient mousquetaires quand d'Artagnan les a connus alors que lui-même ne l'était pas encore. Il le devint plus tard sur leur intervention car tous trois avaient apprécié sa manière de se battre en duel. Quant à Berdos, si Berbizier a pris 60 jours de privation de pelouse il doit quand même pas regretter de lui avoir dit son fait.

Comments are closed.