Du rêve au cauchemar

Du rêve au cauchemar

5 octobre 2011 - 8:18

Publicité

Il fait partie de ces Espoirs qui ont la chance de graviter autour de l’équipe première. Stéphane Munoz, qui vient de fêter ses 20 ans, a foulé la pelouse de Mayol contre le Stade Français pour la première fois en Top 14. Vingt et une minutes durant lesquelles le Dracénois a basculé dans le monde des pros. Vingt et une minutes de pur bonheur avant l’horreur…

Le week-end dernier, en amical contre Aix, avec les Espoirs, Stéphane s’est blessé. Une rupture des ligaments croisés du genou gauche qui devrait être confirmée par IRM aujourd’hui. « Ça ne va pas du tout, évidemment. Si c’est bien une rupture, ce sera six mois d’arrêt. La saison est mal barrée… »

« Minot, je les voyais à la télé »

La semaine d’avant, tout était différent. Le jeune Espoir regardait l’année à venir avec des étoiles plein les yeux. « Physiquement, ça va. Pour mon premier match en amical, contre le Lou, il y avait pas mal de pression, je n’étais pas à l’aise. Là, pour le Stade Français, je me suis libéré. Je jouais en Top 14, je portais le maillot, il y avait mon père dans les tribunes, tout ça, ça voulait dire quelque chose. » C’était il y a quelques jours, il y a longtemps.
Le Bleu était pourtant bien parti pour devenir un Rouge et Noir. Un rêve de gosse qui l’intimidait encore l’année dernière. La faute à tous ces noms qu’il côtoie dans le vestiaire. « Quand j’étais minot, je les voyais à la télé, c’était des idoles. Là, ils sont sur le terrain ! Chacun a son truc, il y en a un qui tape fort, l’autre qui fait des passes de folie, ils ont tous leur truc. L’an dernier, j’ai commencé à m’entraîner avec eux, au début, je n’étais pas serein… Mais on a passé tout l’été ensemble. On a un intérêt commun, le club, et puis, on rigole bien. »

Stéphane a pourtant failli ne jamais être rugbyman. « J’ai commencé le rugby à Draguignan, très jeune. Et puis, j’ai eu le nez qui saignait, deux-trois problèmes et ma mère m’a enlevé. Cinq ou six ans plus tard, j’y suis retourné. » Entre-temps, l’adolescent s’est essayé au football et a pratiqué le judo pendant dix ans. Mais l’ovalie – que son père a également pratiquée – lui manquait. « C’est un sport particulier, complet. »

Entre Espoirs et pros

Sans imaginer une seule seconde une carrière professionnelle, Stéphane est détecté par l’école du RCT. À 15 ans, il intègre les cadets 2e année et rejoint l’internat du lycée Rouvière. « Le week-end, je faisais les allers-retours, on était quelques-uns de Draguignan. Et puis, le Var, c’est petit. Lors des sélections, on se retrouvait tous. »

Le temps des sélections est derrière lui, et depuis plusieurs semaines, il jonglait entre Espoirs et pros. « C’est parfois compliqué à gérer, mais je ne m’en plains pas. Je m’éclate avec les Espoirs, c’est tous de bons potes. » Et malgré la pression du Top 14, le troisième ligne n’oubliait pas la prochaine échéance des jeunes, le premier match de la saison contre Montferrand le 16 octobre à Berg : « On avait perdu contre eux en finale la saison dernière, c’est important de gagner. » L’honneur rouge et noir, une valeur essentielle : « Je veux faire toute ma carrière ici ! Demande à tous les jeunes, ils te diront la même chose. Le mieux, c’est ici ! »

La semaine dernière, il répétait encore : « Le plus important, c’est de refaire des matches en Top 14, je ne pense qu’à ça. J’ai fait un match, d’accord ; le plus dur, c’est de rester maintenant. »

Mais sa blessure va l’éloigner des terrains, pourtant le minot de la rade surprend encore par son envie démesurée : « Je vais mal mais voilà, c’est fait… Ce genre de blessure, ça n’arrive jamais au bon moment. Je vais attendre les résultats, guérir, faire la rééducation et tout ce que je peux pour revenir le plus tôt possible. » Un recul étonnant de maturité. « Bon, et je vais devenir très bon à la Playstation dans les prochains mois… » Ouf, il a toujours 20 ans et la vie devant lui pour réaliser ses rêves.

Source Var Matin

Publicité

  1. Georges 5 octobre 2011 à 09h

    Il est bien ce minot…faut qu'il garde le moral…reviendra bientôt meilleur que jamais !

  2. bfi 5 octobre 2011 à 10h

    Comme il le dit, "une blessure n'arrive jamais au bon moment" !

    Pour son avenir que je souhaite chez les Pro, en 3e ligne, en France, il y a du monde. Pas facile de se faire une place au top niveau.

    On manque surtout de 3e ligne perforateur.

    Car des 3e ligne relanceur, chasseur ou sécateur, on en a de très bon niveau.

    Enfin, son attachement et celui des autres minots au club à la région fait plaisir à voir.

  3. Mimo83 5 octobre 2011 à 13h

    J'aime beaucoup. Bon courage et à bientôt à Mayol, où tu défendras à nouveau et avec fierté nos couleurs. Courage minot !!

  4. Laurent 5 octobre 2011 à 14h

    Bon courage à lui ! Il a une bonne mentalité.

  5. Zazaadr 5 octobre 2011 à 17h

    Bon courage!…j'ai eu la même blessure….l'opération date de 10 mois et ce n'est toujours pas guérie!…

  6. pat 5 octobre 2011 à 19h

    bon courage a toi et reviens vite

Comments are closed.