Grandir loin de Mayol (Source Rugbyrama)

Grandir loin de Mayol (Source Rugbyrama)

18 février 2010 - 17:06

Publicité

582492-7186376-317-238Le RC Toulon est invaincu à domicile cette saison. Mais alors que le club varois réalise jusque-là un parcours remarquable, il lui reste à s’affirmer loin de ses bases pour franchir un cap et obtenir un nouveau statut. Le choc à Toulouse ce samedi (16h25) est peut-être l’occasion idéale…

L’affiche est magnifique, le challenge excitant. Débarrassés des problèmes existentiels de début de saison (pression liée au maintien en Top 14, comportements des nouveaux joueurs, objectifs à atteindre), les Toulonnais, qualifiés pour un quart de finale du Challenge européen contre les Gallois des Llanelli Scarlets, propriétaires virtuels d’une sixième place au classement, synonyme de barrage dans la course au Brennus, se trouvent aujourd’hui dans une position confortable – tout au moins mentalement – afin de poursuivre et d’achever leur meilleure saison depuis leur retour au plus haut niveau.

Reste pourtant l’étape la plus difficile à franchir, celle qui consiste à passer du statut de bonne équipe de Top 14 à celui d’une grande équipe candidate aux lauriers de fin de saison. Une bonne équipe peut rester invaincue plusieurs matchs sur ses terres, surtout quand, comme sur la pelouse sacrée de Mayol, les supporters, plus qu’ailleurs, jouent leur rôle de seizième homme. C’est le cas du RCT qui n’a pas encore mis genoux à terre depuis le début de saison. Une bonne équipe peut gagner à Albi, à Bayonne et même à Paris comme l’ont fait les Toulonnais lors de la première partie du championnat. Mais une grande équipe, celle qui fait référence, doit obtenir des résultats contre les gros bras du championnat, Biarritz, Perpignan, Clermont pour ne citer que ceux-là.Or, face à ces écuries, les hommes de Philippe Saint-André et Aubin Hueber n’ont pas marqué le moindre point de bonus. 23 à 9 contre le BO, 39 à 3 en Auvergne, 25 à 9 chez le champion catalan !

Un destin entre leurs mains

Ce match à Toulouse vient donc à point nommé pour lancer cette grande opération que nous pourrions appeler « grandir loin de Mayol »! Et ce n’est pas parce que les Toulousains seront privés de sept internationaux (Poitrenaud, Clerc, Jauzion, Dusautoir, Michalak, Servat et Poux) que la difficulté sera moindre. Philippe Saint-André prend justement soin d’alerter ses joueurs du danger qui menace. « Sans les sept joueurs cités, l’équipe toulousaine aura encore fière allure » Tout juste Yann Delaigue, évoque toute la beauté sportive de cette rencontre et convient que Toulouse pourrait éventuellement souffrir – une fois n’est pas coutume – de sa profondeur de banc. Bien sûr, le RCT qui ne possède pas le même effectif que les Toulousains, aurait aimé se présenter à Ernest-Wallon avec Jonny Wilkinson, Pierre Mignoni et Rory Lamont. Mais bon, personne n’est irremplaçable et les Toulonnais auront ce samedi leur destin entre leurs mains. à eux aujourd’hui, comme Toulouse l’a fait au début des années 80, de relever la tête contre les meilleurs. De trouver loin de Mayol les ressources psychologiques et mentales. « Nous sommes encore des petits face à Toulouse et un bonus aurait le goût d’une victoire. » Philippe Saint-André ne tiendra pas ce discours dans la chaleur moite du vestiaire. Il ménagera sans aucun doute ses effets.

Les petits doivent grandir. Cela ne se fera pas d’un coup de baguette magique. Cela prendra du temps. Mais il faut bien un jour poser la première pierre.

Publicité

  1. Publicité

  2. GIOFRANCESCU 18 février 2010 at 18h

    ca y est sackey a toulon source : rugbyrama

  3. julien 18 février 2010 at 18h

    sackey a signé!!!!!!!!!!!

  4. Publicité

Comments are closed.