Les spécialistes rugby : Toulon , l’âme d’un champion ( 2eme partie )

Les spécialistes rugby : Toulon , l’âme d’un champion ( 2eme partie )

22 avril 2010 - 14:33

Publicité

Publicité

  1. Magik 22 avril 2010 à 16h

    Et le seul vinaigre de la part de Delaigue (alors qu'il y a Elissalde et Lombard quand même !)…

    Au moins, on ne pourra pas lui reprocher de faire la girouette …

    En plus je ne suis pas d'accord avec lui. La première année de MB ratée, personne n'a remis en cause sa politique. Au contraire, quand on voit ce qu'Umaga, Gregan et Mehrtens ont apporté. On a remis en cause certains choix de joueurs et la valse des entraineurs. Pas l'apport des étrangers. C'est complètement différent. On avait aussi des chèvres bien françaises !

    Le fait qu'un joueur qui trempe le maillot toulonnais de sang et de sueur devienne toulonnais est vrai, l'a toujours été et le sera toujours.

    C'est triste que Delaigue l'ait oublié.

  2. jujurct83 22 avril 2010 à 16h

    Pas d'accord Magik, la 1ère année, tout le monde a remis en question sa politique très rapidement.

    Gregan et Mehrtens ne sont arrivés que la 2ème année.

  3. Magik 22 avril 2010 à 18h

    Oui la politique a été remise en cause, pas la présence des étrangers il me semble.

    C'est sur cet aspect que Delaigue ricane, selon moi à tort.

    Surtout quand à l'époque, les 3 joueurs emblématiques et exemplaires étaient Jagr, Labadze et Fitzgerald.

  4. Adrien2 23 avril 2010 à 00h

    Les différentes impressions de ces messieurs les chroniqueurs, peut laisser penser qu'ils estiment que Toulon a ses chances pour le titre. Ils sont plusieurs à penser sur le plateau que Toulon peut "faire un coup" dès cette saison.

  5. carquei83 23 avril 2010 à 12h

    Pour certains c est vraiment dur de reconnaitre que le RCT est redevenue une qrande equipe n est ca pas monsieur Lombard

  6. Flavien 23 avril 2010 à 13h

    Il me fait marrer, le Delaigue.

    Lors de la 1e année où MB a repris le club, certes il y avait des étrangers.

    Mais il y avait surtout un ouvreur en fin de carrière, qui revenait de Castres pour prendre des pépettes, et qui a fait une saison calamiteuse.

    Et celui-là, je l'ai trouvé bien moins toulonnais que certains "étrangers" comme Labadze, Fitzy, jagr ou Breedt. Pourtant, il était natif de Toulon.

    Merde, c'était quoi son nom, déjà ?

    Ah oui! Yann Delaigue!

  7. carquei83 23 avril 2010 à 14h

    lol joli rappel Flavien – bien jouer

  8. lespagnol 23 avril 2010 à 19h

    Je crois que "Robert" Delaigue essait de réécrire l'histoire. La première année, c'est le recrutement de préretraités qui avait été remis en question (Rué, Luger…et lui même); D'ex-internationaux qui croyaient qu'il ne serait pas nécessaire de trop forcé et qui avaient souvent oublié qu'il y avait un match à jouer le dimanche, aprés l'apéro…

Comments are closed.