La démence, nouvelle frayeur des rugbymen ? Le neurologue Jean-François Chermann se confie !

La démence, nouvelle frayeur des rugbymen ? Le neurologue Jean-François Chermann se confie !

18 juillet 2022 - 21:00

11 Commentaires

Publicité

Ces derniers mois, plusieurs anciens joueurs ont indiqué souffrir de démence précoce dont notamment le All Black Carl Hayman, l’Anglais Steve Thompson ou le Gallois Ryan Jones.

L’occasion pour le neurologue Jean-François Chermann de se confié via Midi Olympique pour évoquer ces problèmes de troubles neurologiques.

Ce-dernier explique dans un premier temps que le premier cas inquiétant avait été celui de Christophe Dominici lors du Tournoi des Six-Nations de 2005.

L’ancien ailier du Stade-Français Paris avait été mis KO par un joueur Italien. Extrait:

« Quelques jours après sa grosse commotion, Dominici était censé affronter Northampton en coupe d’Europe, à Paris. Or, à l’époque, le règlement stipulait que tout joueur commotionné ne pouvait reprendre la compétition avant trois semaines sauf si un neurologue donnait son blanc seing. Alexis Savigny, médecin du Stade français m’a alors demandé de l’examiner et de voir s’il était possible qu’il joue.

Le KO de Dominici avait vraiment été spectaculaire, avec une perte de connaissance d’au moins une minute sur le terrain. L’opinion s’était émue que le joueur puisse revenir à la compétition quelques jours plus tard seulement. Et en France le monde scientifique était très en retard sur le problème des commotions dans le sport. Finalement, Dominici a repris quatre semaines plus tard. »

Il précise qu’en 2011, quelques commotions étaient déjà répertoriées. Extrait:

« En 2011, je me souviens d’une réunion de fin de saison où à l’heure de dénombrer les commotions on en comptait huit au Stade français, huit au Racing, et on en dénombrait à la louche quatre dans tout le reste du Top 14. Il y a dix ans, on ne déclarait pas les commotions. »

Désormais, les choses ont changé. Extrait:

« Le rugby français a fait sauter l’omerta. Un référent neurologue voit les joueurs suspects à 48 heures du coup d’envoi pour savoir s’ils sont aptes ou pas. Ce schéma a d’ailleurs été généralisé dans le monde par World Rugby. A partir du moment où on a mis en place le protocole en 2013, il y avait un peu plus de commotions chaque année. Depuis deux ans, c’est stable. On compte une quarantaine de commotions en Top 14 par saison. »

Malgré ces commotions à répétition, le neurologue refuse d’affirme que le rugby est un sport plus dangereux que l’équitation ou la boxe. Extrait:

« Le rugby n’est pas plus dangereux que l’équitation ou la boxe. Le rugby est même loin derrière ces sports-là, en termes de traumatismes crâniens. Le propos n’est donc pas de stigmatiser la balle ovale. Le rugby est un sport qui sait réagir, s’adapter. C’est même le sport qui a le plus évolué, ces vingt dernières années ; et sans perdre sa dimension de combat ou pénaliser son spectacle, bien au contraire. »

Selon lui, le rugbyman joue trop de matches chaque saison. C’est l’une des raisons de ces commotions. Extrait:

« Le rugbyman joue trop. Et les commotions apparaissent plus facilement chez des joueurs fatigués. Trente matchs par saison, c’est énorme. En MMA, on fait quatre ou cinq combats par an, rendez-vous compte… Il ne faut surtout pas multiplier les compétitions. J’ai également l’impression qu’il y a encore des choses à améliorer chez les jeunes : pour moi, et quitte à sembler un peu jusqu’au boutiste, on ne devrait autoriser les déblayages, ces phases de jeu qui ressemblent de plus en plus à du football américain et sont à l’origine de nombreuses commotions, qu’à partir de l’âge de 15 ans. Parce qu’avant, le cerveau n’est pas mûr et supporte mal ces chocs à répétition. »

Pour conclure, Jean-François Chermann explique que la démence est le stade le plus problématique après une commotion cérébrale. Extrait:

« C’est le stade le plus problématique. La démence, c’est une altération des fonctions cognitives, avec la perte d’autonomie, des troubles de la mémoire, de l’humeur, du jugement… Les symptômes peuvent s’arrêter avec la fin de la pratique traumatogène ou alors continuer insidieusement après la fin de carrière, voire empirer. Il n’y a pas de règle. »

Publicité

11 Commentaires

  1. Publicité

  2. solpat83 18 juillet 2022 at 21h- Répondre

    C’est lui le neurologue qui parle de démence putain il fait peur le mec

    J'aime 14
    J'aime pas 7
  3. De Chabannes 18 juillet 2022 at 21h- Répondre

    Non, je pense que c’est une photo de film

    J'aime 3
    J'aime pas 4
    • Trompette 18 juillet 2022 at 22h- Répondre

      non, c’est bien lui. cette photo est géniale.

      J'aime 11
      • De Chabannes 18 juillet 2022 at 22h- Répondre

        Le mec sait de quoi il parle, alors…. 🙂

        En tout cas il s’est bien marré en la faisant ça se voit.

        J'aime 5
        J'aime pas 1
    • Boru 18 juillet 2022 at 22h- Répondre

      T’as trouvé que le site de Soral à mettre comme lien ?

      J'aime 7
      J'aime pas 3
      • De Chabannes 19 juillet 2022 at 00h- Répondre

        J’adore, ça dérange les bobos et les wokes 🙂

        J'aime 2
        J'aime pas 8
  4. Nikko 18 juillet 2022 at 21h- Répondre

    Il me fait un peu penser à Harold Ramis quand il était jeune dans Ghostbuster, je parle des anciens films.
    Il a exactement le tête du « savant fou »… 😉

    Après pour revenir au sujet, oui, il y a trop de matches en TOP14? sans parler que la coupe du monde des clubs va se rajouter.
    Il serait temps de passer à un TOP12 ou même un TOP10 pour éliminer les doublons et avoir des joueurs moins fatigués en club comme en EDF, et donc plus compétitifs.
    De plus la Prod2 serait d’un niveau plus élevée, sachant qu’en plus l’EDF n’hésite pas à donner aussi la chance à des joueurs de prod2.
    L’avantage, avoir un TOP élite bcp plus frais avec un niveau tout le temps élevé dans un TOP10, et une deuxième division de meilleure qualité pour faire progressé les joueurs en manque de temps de jeu, les jeunes etc…

    Mais c’est pas avec Bouscatel que les choses vont changer. Pour ce genre de personne, c’est d’abord l’argent qui compte, la valeur humaine et la santé passent après.

    J'aime 13
    J'aime pas 1
  5. Isidore 18 juillet 2022 at 23h- Répondre

    Ça commence peut-être à bouger sur ce sujet en France !!
    Il parle en creux des commotions qui peuvent atteindre nos jeunes, c’est un début !
    Car il a été publié des études anglaises sur des commotions de jeunes footballeurs et de jeunes rugbymans.
    Cela peut devenir préoccupant !

  6. Name 19 juillet 2022 at 08h- Répondre

    Putain mais pourquoi c’est Tahiti Bob qui gère le cerveau des rugbymen ?

  7. Pat Cracker 19 juillet 2022 at 14h- Répondre

    Jeff était le demi d’ouverture du Rugby Club Plaisir alors en 2ème division (1987 à 90) quand il a commencé ses études de médecine, je l’avais sur le terrain avec son frère Olivier journaliste à la radio (Radio France Internationale), les 2 étaient assidus, et avaient un bon niveau en plus d’une bonne philosophie, ils ont été sélectionnés Yvelines et Ile de France en cadet et junior.
    Leur père le professeur Chermann était un des dirigeants du club.

  8. Publicité