La Provence revient sur la séléction de Yoann Maestri en équipe de France

La Provence revient sur la séléction de Yoann Maestri en équipe de France

2 février 2010 - 11:44

Publicité

2010020117480779Il a été averti par téléphone, hier, en toute fin de matinée. Avec la trêve internationale, Yoann Maestri avait décidé de passer quelques jours auprès de ses parents, à Carqueiranne. Mais l’appel du staff national a finalement écourté ses vacances en famille.

Le 2e ligne du Stade Toulousain n’en veut évidemment pas à Marc Lièvremont et à ses adjoints Émile Ntamack et Didier Retière. Sébastien Chabal forfait en raison d’une lombalgie tenace, les sélectionneurs se sont tournés vers ce jeune élément de 22 ans pour le stage préparatoire au match Écosse-France de dimanche.

Demain matin, lorsque Lièvremont énumérera la liste des 23 joueurs appelés à effectuer le déplacement à Edimbourg, son nom ne devrait certainement pas résonner dans l’amphithéâtre de Marcoussis, mais Maestri a accueilli sa première convocation au sein du XV de France avec enthousiasme. Avec lucidité aussi.

« Depuis quelque temps déjà, on spéculait sur ma présence en sélection, mais je savais aussi qu’il n’y avait rien d’automatique, confiait le Varois joint hier en début d’après-midi, à l’aéroport d’Hyères, juste avant qu’il ne décolle pour Orly. Une sélection, ce n’est pas une science exacte. D’abord, je n’oublie pas que je rejoins les Bleus à la suite de deux absences à mon poste (Millo-Chlusky en plus de Chabal). Ensuite, si l’on a fait appel à moi, c’est en raison du travail fourni quotidiennement en club. »

Au Stade Toulousain donc. Mais également au RC Toulonnais auparavant. C’est là que « Mama », comme on le surnommait à Mayol, s’est épanoui après avoir effectué ses toutes premières gammes au RC Carqueiranne-Hyères. Au RCT, il s’est vite hissé au-dessus du lot, intégrant le groupe professionnel lors de la dernière saison en ProD2 (2007-2008), au côté d’un certain Victor Matfield, champion du monde un an plus tôt avec l’Afrique du Sud.

« D’emblée, j’ai pu côtoyer de grands joueurs et à leur contact, j’ai sacrément progressé, relève Maestri (2m01, 104 kg). Si aujourd’hui, j’évolue dans un club comme le Stade Toulousain, si je joue la H-Cup et si je suis retenu dans le XV de France, je le dois au RCT. »

En Haute-Garonne depuis l’été dernier, le bleu des Bleus a pris une autre dimension malgré une première partie de saison mitigée. « Il a fallu s’adapter à ce nouvel environnement et de plus, j’ai été contrarié par des pépins physiques, mais j’ai de solides repères dorénavant« , précise celui qui avait déjà impressionné son monde, en juin 2009, avec l’équipe de France A, lors de la coupe d’Europe des nations.

Voici venu le temps du XV de France. Maestri y a fait son apparition, hier, en fin d’après-midi. À peine arrivé à Marcoussis et à moins d’une énorme surprise, le dernier appelé, devancé par Nallet, Papé et Pierre dans la hiérarchie des 2es lignes, devrait normalement quitter les lieux demain. Il y reviendra certainement. Pour des séjours moins éphémères.

Publicité

  1. Publicité

  2. cisou 2 février 2010 at 14h

    voici une personne qui fallait pas faire partir …

  3. Flavien 2 février 2010 at 21h

    On l'a pas fait partir, bien au contraire : on l'avait fait signer pour longtemps, et on a tout fait pour le conserver… mais Toulouse le voulait, et il voulait Toulouse (on peut le comprendre).

  4. cisou 7 février 2010 at 00h

    il fallait renchérir , il savait que si il va a Toulouse il joueras moindre qu'ici

  5. Publicité

Comments are closed.