La traction avant du RCT

La traction avant du RCT

17 octobre 2011 - 14:51

Publicité

Irréguliers depuis le début du championnat, les Toulonnais ont réalisé leur prestation la plus aboutie de la saison contre Perpignan samedi. Une victoire construite par le paquet d’avants, impérial face à l’USAP.
Tout l’un ou tout l’autre. Depuis le début de la saison, Toulon a soufflé le chaud et le froid dans son antre de Mayol. Capables de perdre sans inscrire le moindre point contre une équipe de Clermont descendue dans le Var avec sa classe biberon (0-17), les joueurs du président Mourad Boudjellal ont administré des déculottées à leurs trois autres visiteurs. Les Biarrots (30-5) et les Parisiens (34-8) sont rentrés les fesses rougies à la maison. Les Perpignanais ont subi le même sort samedi pour le compte de la septième journée du Top 14 (38-0). A la recherche d’un match référence, les hommes de Bernard Laporte ont répondu aux attentes. Irréguliers ces dernières semaines, ils ont rendu leur copie la plus propre depuis longtemps, avec une prestation particulièrement aboutie de leurs avants. « On a su focaliser les joueurs sur l’essentiel, c’est-à-dire être performant au niveau du paquet d’avants, explique Olivier Azam, leur entraîneur attitré depuis l’intersaison. Comme je le dis depuis le début de la saison, la performance du paquet est importante et pas les individualités. »
Solides en mêlée, avec une domination outrageuse de la première ligne, omniprésents sur les phases de rucks, où le retour de Joe van Niekerk a pesé dans les débats, les Toulonnais se sont offerts de nombreuses munitions face à des Perpignanais dépassés par les événements. « On a vraiment pu exprimer le travail effectué depuis le début de la saison, se félicite Olivier Azam. On a respecté les consignes en première mi-temps et on en a récolté les fruits en deuxième. C’est bien que les joueurs adhèrent au choix tactique qu’on leur a proposé avant le match. » Derrière une conquête impériale et le travail de sape de leurs avants, les trois-quarts ont bénéficié de ballons d’attaque très propres pour développer leur jeu. « Les avants ont fait un travail énorme, nous ont permis de jouer en avançant, admet Fabien Cibray. Quand on joue en avançant, on a toujours l’avantage sur l’adversaire. On su garder de la vitesse et se créer des occasions. Quand tout le monde fait son boulot, ça semble plus évident pour tout le monde. »
Après la triste défaite concédée à Montpellier avant la trêve de deux semaines (19-6), les Rouge et Noir se devaient une revanche à eux-mêmes, même si Azam réfute cette idée. « Ce n’est pas une réaction. Les joueurs ont montré de la concentration et appliqué les choses que l’on a travaillées. On ne travaille par rapport au match précédent. On essaye surtout d’avoir une progression et d’amener des choses petit à petit pour que l’équipe ait un bon rendement. A Montpellier, tout n’était pas à jeter à la poubelle. » Le remplaçant d’Aubin Hueber, arrivé cet été en provenance de Gloucester, estime que son groupe commence à prendre forme alors que le staff et l’effectif ont bougé ces derniers temps. « Il faut prendre conscience que beaucoup de joueurs ont intégré l’effectif en début de saison. Il y a deux nouveaux entraîneurs, un changement de manager, avec en plus huit internationaux à la Coupe du monde. On a bossé et on ne s’est pas plaint de l’absence de ces joueurs. Par rapport à ces choses-là, pas faciles à gérer, on est bien classé. » Sans faire de bruit, les Toulonnais sont désormais quatrièmes. Alors, « En avant toute ! »

Irréguliers depuis le début du championnat, les Toulonnais ont réalisé leur prestation la plus aboutie de la saison contre Perpignan samedi. Une victoire construite par le paquet d’avants, impérial face à l’USAP.

Tout l’un ou tout l’autre. Depuis le début de la saison, Toulon a soufflé le chaud et le froid dans son antre de Mayol. Capables de perdre sans inscrire le moindre point contre une équipe de Clermont descendue dans le Var avec sa classe biberon (0-17), les joueurs du président Mourad Boudjellal ont administré des déculottées à leurs trois autres visiteurs. Les Biarrots (30-5) et les Parisiens (34-8) sont rentrés les fesses rougies à la maison. Les Perpignanais ont subi le même sort samedi pour le compte de la septième journée du Top 14 (38-0). A la recherche d’un match référence, les hommes de Bernard Laporte ont répondu aux attentes. Irréguliers ces dernières semaines, ils ont rendu leur copie la plus propre depuis longtemps, avec une prestation particulièrement aboutie de leurs avants. « On a su focaliser les joueurs sur l’essentiel, c’est-à-dire être performant au niveau du paquet d’avants, explique Olivier Azam, leur entraîneur attitré depuis l’intersaison. Comme je le dis depuis le début de la saison, la performance du paquet est importante et pas les individualités. »

Solides en mêlée, avec une domination outrageuse de la première ligne, omniprésents sur les phases de rucks, où le retour de Joe van Niekerk a pesé dans les débats, les Toulonnais se sont offerts de nombreuses munitions face à des Perpignanais dépassés par les événements. « On a vraiment pu exprimer le travail effectué depuis le début de la saison, se félicite Olivier Azam. On a respecté les consignes en première mi-temps et on en a récolté les fruits en deuxième. C’est bien que les joueurs adhèrent au choix tactique qu’on leur a proposé avant le match. » Derrière une conquête impériale et le travail de sape de leurs avants, les trois-quarts ont bénéficié de ballons d’attaque très propres pour développer leur jeu. « Les avants ont fait un travail énorme, nous ont permis de jouer en avançant, admet Fabien Cibray. Quand on joue en avançant, on a toujours l’avantage sur l’adversaire. On su garder de la vitesse et se créer des occasions. Quand tout le monde fait son boulot, ça semble plus évident pour tout le monde. »

Après la triste défaite concédée à Montpellier avant la trêve de deux semaines (19-6), les Rouge et Noir se devaient une revanche à eux-mêmes, même si Azam réfute cette idée. « Ce n’est pas une réaction. Les joueurs ont montré de la concentration et appliqué les choses que l’on a travaillées. On ne travaille par rapport au match précédent. On essaye surtout d’avoir une progression et d’amener des choses petit à petit pour que l’équipe ait un bon rendement. A Montpellier, tout n’était pas à jeter à la poubelle. » Le remplaçant d’Aubin Hueber, arrivé cet été en provenance de Gloucester, estime que son groupe commence à prendre forme alors que le staff et l’effectif ont bougé ces derniers temps. « Il faut prendre conscience que beaucoup de joueurs ont intégré l’effectif en début de saison. Il y a deux nouveaux entraîneurs, un changement de manager, avec en plus huit internationaux à la Coupe du monde. On a bossé et on ne s’est pas plaint de l’absence de ces joueurs. Par rapport à ces choses-là, pas faciles à gérer, on est bien classé. » Sans faire de bruit, les Toulonnais sont désormais quatrièmes. Alors, « En avant toute ! »

Source: rugby365.fr

Publicité

  1. eric.7283 17 octobre 2011 à 16h

    j avais cru comprendre en lisant certains blogeurs que vnk était "fini","l ombre de lui même",etc…et qu il était toujours traumatisé par sa rupture sentimentale.

    n étant pas du tout dans la région,il m est impossible de vérifier par moi même.alors je crois ce que vous racontez.je tiens donc a vous demander de ne pas faire comme certains journalistes.car si vnk est fini vu son match, moi soit je n y comprends rien au rugby, soit il a suivi une grosse thérapie.

  2. jj83 17 octobre 2011 à 17h

    Peut être une grosse thérapie , je l'ai trouvé beaucoup plus appliqué et concentré , moins cheval fou perdu dans des courses en travers mais toujours aussi présent pour encourager et motiver les équipiers , un Captain Joe avec un C majuscule qui a retrouvé toute son efficacité sur ce match .

  3. Cyril 17 octobre 2011 à 17h

    Très belle prestation des avants! Une mêlée qui avance pendant 80 minutes c'est ce qu'on attendait depuis longtemps avec les Sephaka, Larrouy et autres Tonga Lea'ateoa (je ne sais plus si c'est ça…).

    Là on a du trouver deux bonnes paires avec Emmanuelli-Hayman et Roberts-Kubriashvili sans compter notre poste de talonneur parfaitement fourni!

    Il ne reste plus qu'à vraiment gérer la touche et tout sera presque parfait devant!

    Allez Olivier Azam on compte sur toi!!

  4. Georges 17 octobre 2011 à 17h

    😀 …perso…je fais partie de cette frange de blogueurs qui n'a jamais critiqué BIG JOE….reconnaissant l'efficience de ce SUD AF…la seule thérapie qui lui convient c'est celle de l'air marin Toulonnais….le reste..une de perdue…quelques unes de retrouvées…ALLEZ BIG JOE…sors nous un match énorme en Terre Parisienne et ta saison définitivement lancée !!!!! 😀 😀

  5. rctrop 17 octobre 2011 à 17h

    il a peut être trouvé une copine ,,,?? 😛 tout le monde espère qu'il redevienne au top , car immanquablement c'est un dynamiteur pour l'équipe qui se fait entendre,et comme le dit jj83 il a plus avancé droit devant que de faire ses courses de travers d’où son efficacité,pour ce match 😀 😀 😆

  6. joker 17 octobre 2011 à 17h

    le retour du boss……big joe is come back !!!! et c 'est toulon qui avance…

Comments are closed.