L’Aviron reste en rade

L’Aviron reste en rade

10 septembre 2011 - 14:17

Publicité

«Il faut rester raisonnables. Nous avons aligné des joueurs à la limite, de retour de blessures, qui n’auraient pas joué en temps normal. On a fait avec les moyens du bord. » Christian Gajan, directeur du rugby de l’Aviron Bayonnais, se montrait philosophe à la fin d’un match crispant entre deux équipes qui n’ont pas montré grand-chose, si ce n’est de la vaillance.

« Les gars ont mouillé le maillot, ils ont montré qu’ils avaient des valeurs et l’amour du maillot toulonnais », renchérissait de son côté Philippe Saint-André, le manager de Toulon.

Partie de chipirons

Sous un ciel bleu, une température digne d’un 15 août passé au bord du Golfe de Saint-Tropez (avec 33° au coup d’envoi à 20 heures !), les deux équipes – qui avaient beaucoup à se faire pardonner après les prestations désastreuses du week-end dernier – n’ont pas tardé à se mettre en actions.

D’abord en partageant une bonne plâtrée de chipirons, dès le coup d’envoi, entre Suta et Boutaty. Mais avant cette dégustation de « soupions », comme on dit dans le sud, un Bayonnais s’était mis à la faute, ce dont profitait l’ex-Palois Dumora pour réussir une pénalité en coin (0-3, 2e).

Actions-réactions pour l’Aviron qui reprenait les choses en main, simplement, en occupant le camp adverse. À coups de chandelles, l’Aviron multipliait les ballons chauds pour Rooney. Lequel s’en sortait sans faiblir.

Si cela ne passait pas dans les airs, les Basques s’employaient en mêlée. Boyet profitait d’une mêlée écroulée par le RCT pour égaliser logiquement (3-3, 13e). Solides en conquête, les Basques avaient par contre beaucoup de mal à enchaîner leurs actions. La faute aux Toulonnais, venus sur la Côte Basque tel un commando des forces spéciales US, en avion spécial, la veille du match, avec huit nouveaux titulaires par rapport à l’équipe étrillée sur sa pelouse de Mayol contre Clermont, mais sans son général en chef, Mourad Boudjellal, resté sur la Rade. Ce dernier, devant sa télé, devait retrouver l’esprit toulonnais, car ses joueurs étaient intraitables sur le premier rideau.

Dans ce match cadenassé, aucun des deux camps ne lâchait une once de terrain. Le jeu se cantonnait au milieu du pré, autour des 40 mètres, avec très peu d’incursions dans les 22 des deux camps. Les buteurs meublaient le score sur des fautes : obstruction de Lacroix sur Smith (3-6, 19e) ; hors jeu d’El Abd (6-6) et brutalité de Loamanu, exclu pour 10 minutes (9-6, 27e).

Trop d’en-avant

Pour le reste, c’était un enchaînement… d’en-avant et de turnovers d’un côté comme de l’autre. Bayonne gâchait ainsi une énorme occasion d’essai lorsque Lacroix commettait un en-avant à cinq mètres de l’en-but après une chandelle de Boyet.

À la reprise, nouvel en-avant bayonnais, cette fois de Gerber lançait une mi-temps qui allait se révéler très crispante. L’Aviron repassait devant grâce à un nouveau but de Boyet (12-9, 61e). Mais c’était sans compter sur la réaction d’orgueil des Toulonnais.

La fin de match était à suspense, après avoir raté deux grosses occasions – Rooney trop gourmand 56e, puis contre de Tawake repris par Gerber à la 63e – le RCT faisait le forcing pour égaliser : un duel Gerber – Lapeyre le long de la ligne tournait à l’avantage du Bayonnais qui aplatissait dans son en-but. Sur la mêlée à cinq, Toulon pilonne et pousse l’Aviron à la faute, Dumora passe le but et égalise (12-12). « C’est mérité, dit Pierre Mignoni, le co-entraîneur, avec plus de lucidité, on pouvait même gagner. »

Source Sud Ouest

Publicité

  1. RABOLIO 10 septembre 2011 à 19h

    Il faudrai quand même, que l'on s'occupe du problème du lancer en touche de notre jeune Toulonnais (encore que jeune, ne veut pas dire grand chose par rapport au jeunes de ASM ou TOULOUSE)

  2. eric.7283 10 septembre 2011 à 22h

    si j ai bien suivi,on a été mauvais en touche! sur le banc on a rokobaro qui est un très bon sauteur et il ne rentre même pas!!!

    je crois rêver,il fait quoi psa sur ce coup.il peut pas le tester? pour hayman pareil,ça fait 2 matchs qu il joue entièrement,il veut nous le cramer? tussac peut tenir la baraque 10 a 15 minutes quand même. moi je ne comprend pas ce qu il fait PSA.

  3. Jéjé 10 septembre 2011 à 23h

    Heymans y est enfin! En mêlée il ne se fait plus avoir comme avant par des gauchers roublards!!! Mais c vrai qu il vient de jouer 2* 80 minutes! C incompréhensible! PSA a peur de mal faire et ne prends plus de risques ou de choix importants! C tout de même dommage mais la situation est tendue alors ….

Comments are closed.