Le RCT a de l’orgueil (Rugby365)

Le RCT a de l’orgueil (Rugby365)

4 novembre 2010 - 22:15

Publicité

Cinq jours après sa déroute à Toulouse, Toulon a frappé fort en s’imposant à Perpignan. Les Varois se relancent après un passage à vide. Les Catalans n’ont même pas pris le bonus défensif.

Dans les coulisses d’Aimé-Giral
– Les ambitions affichées par les Varois n’ont pas été bien reçues à Perpignan avant le choc. «Ça nous énerve qu’ils aient ciblé ce match. C’est toujours surprenant, et en même temps non, car Toulon affiche des ambitions depuis le début de saison. À juste titre au regard de leur potentiel important», admettait dans L’Indépendant Jacques Brunel. Le coach de Perpignan réagit au discours des Toulonnais qui ont indiqué vouloir à tout prix s’imposer à Aimé-Giral jeudi soir. «Soit c’est maladroit de leur part, soit c’est fait sciemment, mais ça nous a fait sortir un peu de nos gonds. Il nous tarde vraiment ce match», expliquait de son côté Florian Cazenave. Le choc était lancé.

– Les deux défaites de suite de Toulon face au Stade Français (22-15) puis face à Toulouse (44-5) ont réveillé la colère du Président Boudjellal. A l’heure de ce troisième déplacement capital, il était temps de prendre des points, lui qui voulait «en ramener cinq » de ces trois matches. Actuellement en stage du côté de Perpignan, le RCT s’est fait remonter les bretelles et Boudjellal a fait lui-même le «casting » de la prochaine rencontre contre Perpignan. A noter les retours dans le groupe d’Emmanuelli, Bruno, Ivaldi, Suta, Van Niekerk, Smith, Mignoni, Messina, Lovobalavu et Sackey.

– Jacques Brunel a décidé de faire confiance à l’équipe qui est allée faire match nul sur la pelouse du Métro-Racing, vendredi dernier.

– La défaite à Toulouse a donc fait du grabuge pour Toulon. Seuls Wulf, qui passe de l’aile à l’arrière, Contepomi et Fernandez-Lobbe sont reconduits. Plusieurs cadres font leur retour dont Mignoni et Van Niekerk.

– Perpignan est la seule équipe de ce Top 14, qui n’a toujours pas glané le moindre point de bonus.

– L’USAP n’avait plus concédé deux défaites à domicile dans une même saison depuis l’exercice 2006/2007.

Le jeu
De la parole aux actes, il n’y a qu’un pas que les Toulonnais ont allègrement franchi. Les hommes de Phllippe Saint-André avaient ouvertement clamé leur volonté de venir s’imposer à Aimé Giral tout au long de la semaine. Ils l’ont fait et avec la manière. Après la claque reçue contre Toulouse, le RCT n’a pas tendu l’autre et a remis les pendules à l’heure grâce à une réussite insolente lors du premier acte. Les visiteurs ont scoré à chaque fois qu’ils ont pénétré dans le camp catalan grâce à la botte de Contepomi. Mais pas seulement. L’Argentin a été aussi le chef d’orchestre de son équipe, envoyant Fernandez-Lobbe sur orbite, puis Sackey juste avant le repos. En infériorité à ce moment-là, Perpignan a payé cher son indiscipline. Avec 20 points dans la besace à combler au retour des vestiaires, l’USAP a jeté toutes ses forces dans la bataille, misant sur son paquet d’avants. Si le club de Mourad Boudjellal a vacillé, il a également retrouvé des vertus, bien aidé en outre par la seconde biscotte adverse, celle de Vilavelda. Toulon se reprend alors que Perpignan s’incline déjà pour la deuxième fois de la saison à domicile. Le président du RCT pourra peut être donner sa recette : une bonne colère et un stage à Canet-en-Roussillon.

Les PERPIGNANAIS
L’USAP montait en puissance avant ce match. Le vice-champion de France est renvoyé à ses chères études. TINCU a été le symbole de la première mi-temps cauchemardesque des siens avec de nombreuses fautes liées à l’indiscipline. SCHUSTERa bien redonné l’espoir à quelques minutes de la fin, mais le mal était déjà fait et ce n’est pas la faute au sol de GRANCLAUDE, qui a été fatale. PORICAL a une fois encore été étincelant avec un 100% dans son jeu au pied alors qu’EDMONDS a alterné le bon défensivement et le moins bon offensivement avec des ballons gâchés. Il a tout de même marqué un essai après un beau mouvement avec CAZENAVE, un peu trop irrégulier. Le carton jaune de TCHALE-WATCHOU aura finalement pesé trop gros dans la balance.

Les TOULONNAIS
La colère du Prèsident Boudjellal a porté ses fruits. Le RCT n’avait encore jamais gagné quand Wilkinson, forfait pour la tournée anglaise, était absent. L’erreur est réparée. Et c’est son remplaçant, CONTEPOMI, qui a été le grand artisan de ce succès. L’Argentin s’est offert un joli 7/9 dans ses tentatives au pied. Il a également régalé à la dernière passe, puisque c’est lui qui a envoyé sur orbite et surtout en terre promise son compatriote FERNANDEZ-LOBBE, omniprésent, et SACKEY, qui a débloqué son compteur en Top 14. MIGNONI et VAN NIEKERK ont, incontestablement, apporté plus au niveau de l’expérience. C’est avec les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures et il faudra sans doute compter sur la cuvée 2010/2011 en fin de saison.

Publicité