Marc Dal Maso se confie sur sa maladie lors d’un entretien touchant

Marc Dal Maso se confie sur sa maladie lors d’un entretien touchant

17 décembre 2016 - 9:58

14 Commentaires

Publicité

dal masoIl y a un an, Marc Dal Maso annonçait à la presse être atteint de la maladie de Parkinson. Interrogé dans les colonnes du Midi Olympique, l’entraîneur des avants du Rugby Club Toulonnais a accepté de revenir sur ce sujet sensible.

Ainsi, ce-dernier explique que sa vie à changé le jour qu’il était malade. Il précise notamment ressentir de nombreuses douleurs un peu partout dans le corps. Extrait:

« Lorsque j’ai décidé de l’annoncer officiellement, je ne pensais plus pouvoir entraîner. Mais c’est là où l’homme est particulier. J’ai su rebondir et aujourd’hui on me demande de venir dans des conférences avec d’autres victimes de la maladie pour qu’ils voient que l’on peut parfaitement vivre avec. Je suis hyper positif. Pour faire simple : ma vie ! Je mange différemment, je me lève tôt. Tous les matins, à six heures je suis réveillé. J’ai mal au dos, mal partout, mais j’arrive à vivre avec. Est-ce un combat quotidien ? Non, il faut que je me lève c’est tout. Je ne parlerais même pas de force de caractère. Soit tu te lèves, soit tu restes allongé. Et si tu restes allongé, tu ne vis plus. »

Ce-dernier rappelle néanmoins que c’est « grâce » à sa maladie qu’il a pu connaître un tel parcours professionnel, ces-dernières années. Extrait:

« Il faut bien comprendre que, grâce à ma maladie, je suis un privilégié dans la vie. Sans elle, je ne serai pas ici. Sans elle je ne serais pas allé me cacher au Japon et sans elle je n’aurais pas participé à la Coupe du monde en Angleterre. Je ne la supporte pas mais elle est là et il faut faire avec. La différence, c’est qu’avant, elle était devant moi, maintenant elle est à côté. Aujourd’hui nous sommes à égalité elle et moi. « 

Pour conclure, Marc Dal Maso affirme ne pas savoir si sa maladie progresse. Extrait:

« Est-ce qu’elle progresse ? Ils ne savent pas réellement mais je pense que la progression est assez lente. (il prend une cuillère du bout des doigts et tend le bras). Par exemple, je ne tremble pas. Puis la maladie m’a appris à relativiser. Auparavant sur un banc de touche, j’étais excité, j’invectivais les arbitres, je m’en prenais à la terre entière. Alors qu’aujourd’hui j’ai compris que ça ne changerait rien. J’ai appris à me canaliser. « 

Publicité

14 Commentaires

  1. Publicité

  2. JP83 17 décembre 2016 at 10h- Répondre

    Témoignage Très Touchant ! Respect Monsieur Dal Maso ! Go Marc !
    Go Toulon !

  3. Chispi 17 décembre 2016 at 10h- Répondre

    J’e admire sa force et l’optimisme, monsieur Dal Maso. Courage!!!

  4. dedeLePremier 17 décembre 2016 at 10h- Répondre

    Cela fait du bien d’entendre çà.

  5. mayol/canalhistorique 17 décembre 2016 at 10h- Répondre

    Quelle superbe leçon de vie, avec des mots simples, des mots forts, qui forcent le respect.
    Pour un entraîneur armé d’une telle volonté nos gros peuvent renverser les montagnes.

  6. boom09 17 décembre 2016 at 10h- Répondre

    leçon de courage et d’ objectivité , comme quoi il faut tout RELATIVISER !

  7. Pgougne 17 décembre 2016 at 11h- Répondre

    Un grand monsieur ! Souhaitons lui une belle réussite à Toulon…

  8. Eric 17 décembre 2016 at 11h- Répondre

    Un grand merci grand merci à la vie. Belle vie à Toulon monsieur j’ai dit Monsieur Dal Maso et comme ici c’est différent vous allez la museler cette saloperie.
    D’habitude je conclue en disant allez le RcT la je dis aller Marc.
    Eric
    Pilou Pilou

  9. SHELL83130 17 décembre 2016 at 12h- Répondre

    l’air varois va vous faire le plus grand bien MARC bonne chance comme disait WILKO

  10. T-max 17 décembre 2016 at 12h- Répondre

    Courage Mr Dal Maso, mais j’ai compris que vous n’en manquiez pas face à cette maladie.

  11. jj83 17 décembre 2016 at 14h- Répondre

    Admiration et respect devant une telle détermination , un grand courage pour lutter tous les jours . Le regard sur l’entraineur de rugby passe au second plan, même si ce travail doit l’aider dans la motivation de tous les matins , ce qui est le plus beau c’est la réaction de l’homme devant la maladie , mes meilleurs souhaits pour l’avenir

  12. RALFIN 17 décembre 2016 at 15h- Répondre

    marc,on est avec toi et on t apprecie beaucoup,tres content que tu sois l entraineur du rct,la maladie,je connais et je sais combien ça peut changer notre vision et approche de la vie,combien on essaye de faire les choses a 200% et en meme temps avec un certain lacher prise ,car on ne maitrise pas tout

  13. Michel Fery 17 décembre 2016 at 16h- Répondre

    PUNAISE !… Pfff !!!… QUE D’EMOTION !. Chapeau bas MARC , nous sommes de tout coeur avec toi , par la pensée , nous luttons avec toi !.. Sois en certain !.. Et qu’à TOULON , et bien , qu’absolument TOUT , puisse te sourire comme tu le souhaites , et comme nous le souhaitons aussi également , pour la belle personne que tu représentes ..

  14. jimini83 17 décembre 2016 at 17h- Répondre

    profitez bien Mr Dalmaso… Ma femme est atteinte de cette saloperie depuis maintenant 17 ans… j’étais abonné Bonnus depuis et j’ai arreté cet année car je ne peux plus la laisser seule plus de 2 heures…comme elle n’est pas en fauteuil roulant je ne peux plus l’emmener au stade. seul les handicapés fauteuils sont admis…la Lune de miel peut durer mais cette salope vous rattrape… Bravo a vous. Je suis le rcToulon maintenant de plus loin.

  15. Tacade 17 décembre 2016 at 18h- Répondre

    Bon courage Monsieur Dalmaso vous étes un exemple pour beaucoup de gens.

  16. Publicité