« Parce que Toulon », un documentaire sur le RCT ce soir

« Parce que Toulon », un documentaire sur le RCT ce soir

17 octobre 2011 - 18:40

Publicité

Un film sur le RCT a été projeté au théâtre Liberté avant d’être diffusé sur France 3, ce mercredi soir
Le théâtre Liberté a pris des airs de stade Mayol, lundi, avec la projection en avant-première de « Parce que Toulon, chronique d’un club différent ». Après une « Coupo Santo » chantée a cappella par « Occi-Cant » comme dans l’enceinte du Rugby club toulonnais, quelque 700 privilégiés ont découvert ce documentaire de 52 minutes sur le RCT, (re)diffusé sur l’antenne régionale de France 3 ce soir à 23 h 55 et sur France 3 national dans la nuit de lundi à mardi prochain à 0 h 30.
Présentation avec les journalistes Laurent Blanchard, coauteur, et Gilles Rof, coauteur et réalisateur.
Pourquoi avoir réalisé un documentaire sur le RCT ?
Gilles Rof : J’ai commencé ma carrière comme journaliste sportif et je suivais le RCT pour des radios. Ce club m’intéresse depuis toujours. Il a un côté identitaire : il est le reflet de la ville. Et comme maintenant je travaille beaucoup sur le sport et la société, je voulais me pencher sur l’impact du RCT sur Toulon, faire un portrait du club qui soit aussi celui de la ville.
Laurent Blanchard : Le RCT est vraiment imbriqué dans Toulon, club et ville ne font qu’un. J’en ai pris conscience depuis trois ans que je travaille ici. Et quand Gilles m’a appelé et m’a présenté le projet, j’ai tout de suite dit oui.
Quel a été votre critère pour choisir vos intervenants ?
GR : Leur attachement au RCT. Par exemple, Philippe Saint-André ne nous intéressait pas : tout professionnel et grand entraîneur qu’il est, il ne correspond pas à l’esprit toulonnais. C’est pourquoi nous avons préféré Aubin Hueber, un non Toulonnais devenu un vrai Toulonnais, comme Joe Van Niekerk, Jonny Wilkinson… En revanche, nous avions prévu une rencontre entre Jérôme Gallion et Wilkinson, qui n’a malheureusement pas pu avoir lieu en raison des obligations de chacun.
Quand avez-vous réalisé ce documentaire ?
LB : Au début de cette année. Nous avons écrit et préparé les interviews ensemble de février à mi-mars et Gilles a tourné de fin mars à mi-mai.
GR : Laurent était quand même là quand je tournais avec Christian Mathieu, dont la présence a aussi été très importante : pas seulement comme journaliste reporter d’images mais aussi comme connaisseur du club.
Un documentaire de 52 minutes, n’est-ce pas trop court pour résumer un club comme le RCT ?
LB : Forcément… Le RCT, c’est une véritable épopée, qui continue aujourd’hui. Mais, 52 minutes, c’est le maximum pour un doc…
GR : C’est évidemment trop court et c’est hyperfrustrant. On aurait pu aller plus loin. Le bon format aurait été 90 minutes. On a dû se tenir à 52 minutes car c’est le format standard d’un documentaire à la télévision… Mais ce n’est pas une mauvaise durée non plus : cela donne quelque chose de dense, tonique. Et il y a un bonus de 40 minutes sur le DVD !
« Parce que Toulon » : le titre s’imposait…
GR : C’est la réponse à la question : pourquoi on aime le RCT ? C’est irrationnel… et cela peut s’expliquer de 1001 façons.
LB : Parce que Toulon, ce sont aussi des paroles du Pilou-Pilou. Cela veut tout et ne rien dire. Mais cela résume bien ce club où tout le monde se retrouve autour d’une folie.
Un autre projet toulonnais ?
GR et LB : Ça nous intéresserait d’aller plus loin, au-delà du rugby, avec Jonny Wilkinson : il a une culture et une personnalité tellement riches, il a d’autres choses à faire découvrir. Cela nous tient à cœur mais ça va être difficile : il est très pris… et nous ne devons pas être les seuls à y avoir pensé !

Un film sur le RCT a été projeté au théâtre Liberté avant d’être diffusé sur France 3, ce lundi soir.

Le théâtre Liberté a pris des airs de stade Mayol, lundi, avec la projection en avant-première de « Parce que Toulon, chronique d’un club différent ». Après une « Coupo Santo » chantée a cappella par « Occi-Cant » comme dans l’enceinte du Rugby club toulonnais, quelque 700 privilégiés ont découvert ce documentaire de 52 minutes sur le RCT, (re)diffusé sur l’antenne nationale de France 3 cette nuit à 00h30.

Présentation avec les journalistes Laurent Blanchard, coauteur, et Gilles Rof, coauteur et réalisateur.

Pourquoi avoir réalisé un documentaire sur le RCT ?

Gilles Rof : J’ai commencé ma carrière comme journaliste sportif et je suivais le RCT pour des radios. Ce club m’intéresse depuis toujours. Il a un côté identitaire : il est le reflet de la ville. Et comme maintenant je travaille beaucoup sur le sport et la société, je voulais me pencher sur l’impact du RCT sur Toulon, faire un portrait du club qui soit aussi celui de la ville.

Laurent Blanchard : Le RCT est vraiment imbriqué dans Toulon, club et ville ne font qu’un. J’en ai pris conscience depuis trois ans que je travaille ici. Et quand Gilles m’a appelé et m’a présenté le projet, j’ai tout de suite dit oui.

Quel a été votre critère pour choisir vos intervenants ?

GR : Leur attachement au RCT. Par exemple, Philippe Saint-André ne nous intéressait pas : tout professionnel et grand entraîneur qu’il est, il ne correspond pas à l’esprit toulonnais. C’est pourquoi nous avons préféré Aubin Hueber, un non Toulonnais devenu un vrai Toulonnais, comme Joe Van Niekerk, Jonny Wilkinson… En revanche, nous avions prévu une rencontre entre Jérôme Gallion et Wilkinson, qui n’a malheureusement pas pu avoir lieu en raison des obligations de chacun.

Quand avez-vous réalisé ce documentaire ?

LB : Au début de cette année. Nous avons écrit et préparé les interviews ensemble de février à mi-mars et Gilles a tourné de fin mars à mi-mai.

GR : Laurent était quand même là quand je tournais avec Christian Mathieu, dont la présence a aussi été très importante : pas seulement comme journaliste reporter d’images mais aussi comme connaisseur du club.

Un documentaire de 52 minutes, n’est-ce pas trop court pour résumer un club comme le RCT ?

LB : Forcément… Le RCT, c’est une véritable épopée, qui continue aujourd’hui. Mais, 52 minutes, c’est le maximum pour un doc…

GR : C’est évidemment trop court et c’est hyperfrustrant. On aurait pu aller plus loin. Le bon format aurait été 90 minutes. On a dû se tenir à 52 minutes car c’est le format standard d’un documentaire à la télévision… Mais ce n’est pas une mauvaise durée non plus : cela donne quelque chose de dense, tonique. Et il y a un bonus de 40 minutes sur le DVD !

« Parce que Toulon » : le titre s’imposait…

GR : C’est la réponse à la question : pourquoi on aime le RCT ? C’est irrationnel… et cela peut s’expliquer de 1001 façons.

LB : Parce que Toulon, ce sont aussi des paroles du Pilou-Pilou. Cela veut tout et ne rien dire. Mais cela résume bien ce club où tout le monde se retrouve autour d’une folie.

Un autre projet toulonnais ?

GR et LB : Ça nous intéresserait d’aller plus loin, au-delà du rugby, avec Jonny Wilkinson : il a une culture et une personnalité tellement riches, il a d’autres choses à faire découvrir. Cela nous tient à cœur mais ça va être difficile : il est très pris… et nous ne devons pas être les seuls à y avoir pensé !

Source: varmatin.com

Publicité

  1. Diabolo 12 octobre 2011 à 13h

    dommage………………..

  2. parcequetoulon 12 octobre 2011 à 14h

    aujourd'hui a 13h00 il y avait une émission sur Toulon (FR3 région)

  3. Fafa 12 octobre 2011 à 19h

    Tout les jours cette semaine a 13h00

  4. la raison 12 octobre 2011 à 20h

    Laurent Blanchard est le connard (désolé il n'y a pas d'autres mots)de pseudo journaliste qui a surmédiatisé l'affaire Henson en volant notamment la photo montage des vestiaires….. sans préciser que tous les joueurs avaient des caricatures. Il ne mérite que mépris et dégoût… ne faites plus d'articles sur lui svp

  5. guillaume 17 octobre 2011 à 18h

    En tous cas, le doc est sympa a regardé, je l’ai vu la semaine derniere!

  6. sylvain-06 17 octobre 2011 à 20h

    oui sauf le passage politique , toujours la même rengaine . Le président qui dit que sans le Fn à la mairie en 1995 , il n'aurait jamais repris le club . En gros avant

    d'être président par passion , il est président par revanche . C'est une trés mauvaise publicité pour les toulonnais, et sa réussite dans le rugby n'effacera rien.

  7. bernardo 17 octobre 2011 à 21h

    assez creux comme truc

  8. LazyM 18 octobre 2011 à 13h

    Possible d'avoir un lien sur Youtube parceque je la trouve pas sur FR3

Comments are closed.