Racing/Toulon, un parfum de finale

Racing/Toulon, un parfum de finale

22 octobre 2011 - 13:10

Publicité

Le Métro-Racing affronte samedi à Colombes le Rugby Club Toulonnais pour le choc de la 8e journée. Entre ces deux ambitieux qui n’ont pas encore atteint leur pic de forme mais qui visent la finale en juin prochain, l’affiche –identique à la finale du championnat 1987- promet beaucoup. Toulouse, qui reçoit Bordeaux-Bègles, espère profiter du déplacements de Castres à Montpellier (Clermont ayant maté Perpignan 39-3 vendredi) pour doubler le CO classement.
Il y a 24 ans, Nouvelle-Zélande/France constituait déjà une finale de Coupe du monde et les deux pays se retrouvent dimanche en finale de l’édition 2011. En 1987, la finale du championnat de France opposait le RC Toulon au Racing Club de France et, coïncidence, les deux formations se jaugent également ce week-end. Les Franciliens, qui restent sur trois défaites consécutives, doivent se reprendre contre une équipe varoise qui vise un succès à l’extérieur pour effacer son échec à Mayol contre Clermont (17-0). Le troisième ligne Sébastien Chabal ne sera toujours pas de la partie. Il est encore en délicatesse avec son épaule gauche. « On préfère utiliser Sébastien à 100% plutôt que pas totalement guéri et risquer une rechute », a commenté l’un des entraîneurs, Philippe Berbizier, qui déplore de n’avoir pu aligner la même équipe en première ligne trois matches de suite en raison des blessures et de la Coupe du monde. « J’espère que nous pourrons relever le défi qui s’annonce avec Toulon. Quand on joue Toulon, les joueurs savent que s’ils ne sont pas prêts, ils seront punis ». Pour le jeune centre Henry Chavancy, ce sera un match très important. « On n’a plus le droit à l’erreur. En plus c’est notre concurrent direct. Aujourd’hui on ne fait plus peur, on doit avoir un peu de fierté. »
A toulon, c’est l’hécatombe en troisième ligne: en plus d’Olivier Missoup (suspendu à titre provisoire par la Ligue nationale de rugby pour son altercation avec le Montpelliérain Rémy Martin), Juan Martin Fernandez Lobbe et Stéphane Munoz, victimes d’entorses à un genou, Joe Van Niekerk est lui aussi sur le flanc. Victime d’un décollement de la plèvre début septembre à Bayonne, le capitaine du RCT a rechuté en début de semaine. Il a été opéré mercredi et devra observer deux mois d’arrêt. Egalement absents, le deuxième ligne Kris Chesney (contusion à un biceps), le centre Mafileo Kefu (douleur aux cervicales) et le deuxième ligne sud-africain Bakkies Botha (talon d’Achille). Le RCT doit encore se passer des mondialistes Alexis Palisson (France) et Matt Giteau (Australie, réserviste) alors que le Fidjien Gabriele Lovobalavu n’a rejoint Toulon que mercredi en raison d’un problème de visa.

Le Métro-Racing affronte samedi à Colombes le Rugby Club Toulonnais pour le choc de la 8e journée. Entre ces deux ambitieux qui n’ont pas encore atteint leur pic de forme mais qui visent la finale en juin prochain, l’affiche –identique à la finale du championnat 1987- promet beaucoup. Toulouse, qui reçoit Bordeaux-Bègles, espère profiter du déplacements de Castres à Montpellier (Clermont ayant maté Perpignan 39-3 vendredi) pour doubler le CO classement.

Il y a 24 ans, Nouvelle-Zélande/France constituait déjà une finale de Coupe du monde et les deux pays se retrouvent dimanche en finale de l’édition 2011. En 1987, la finale du championnat de France opposait le RC Toulon au Racing Club de France et, coïncidence, les deux formations se jaugent également ce week-end. Les Franciliens, qui restent sur trois défaites consécutives, doivent se reprendre contre une équipe varoise qui vise un succès à l’extérieur pour effacer son échec à Mayol contre Clermont (17-0). Le troisième ligne Sébastien Chabal ne sera toujours pas de la partie. Il est encore en délicatesse avec son épaule gauche. « On préfère utiliser Sébastien à 100% plutôt que pas totalement guéri et risquer une rechute », a commenté l’un des entraîneurs, Philippe Berbizier, qui déplore de n’avoir pu aligner la même équipe en première ligne trois matches de suite en raison des blessures et de la Coupe du monde. « J’espère que nous pourrons relever le défi qui s’annonce avec Toulon. Quand on joue Toulon, les joueurs savent que s’ils ne sont pas prêts, ils seront punis ». Pour le jeune centre Henry Chavancy, ce sera un match très important. « On n’a plus le droit à l’erreur. En plus c’est notre concurrent direct. Aujourd’hui on ne fait plus peur, on doit avoir un peu de fierté. »

A toulon, c’est l’hécatombe en troisième ligne: en plus d’Olivier Missoup (suspendu à titre provisoire par la Ligue nationale de rugby pour son altercation avec le Montpelliérain Rémy Martin), Juan Martin Fernandez Lobbe et Stéphane Munoz, victimes d’entorses à un genou, Joe Van Niekerk est lui aussi sur le flanc. Victime d’un décollement de la plèvre début septembre à Bayonne, le capitaine du RCT a rechuté en début de semaine. Il a été opéré mercredi et devra observer deux mois d’arrêt. Egalement absents, le deuxième ligne Kris Chesney (contusion à un biceps), le centre Mafileo Kefu (douleur aux cervicales) et le deuxième ligne sud-africain Bakkies Botha (talon d’Achille). Le RCT doit encore se passer des mondialistes Alexis Palisson (France) et Matt Giteau (Australie, réserviste) alors que le Fidjien Gabriele Lovobalavu n’a rejoint Toulon que mercredi en raison d’un problème de visa.

Source: sport.francetv.fr

Publicité

  1. Since-1908 22 octobre 2011 à 15h

    Philippe Berbizier

  2. pat83200 22 octobre 2011 à 16h

    :mrgreen: 😐 👿 😥 😆 😕

  3. pat83200 22 octobre 2011 à 16h

    Parsque toulon 😛

Comments are closed.