Victor Vito avoue être resté à La Rochelle en raison d’une belle proposition financière

Victor Vito avoue être resté à La Rochelle en raison d’une belle proposition financière

25 mai 2022 - 11:40

6 Commentaires

Publicité

Le troisième ligne du Stade Rochelais, Victor Vito s’est longuement confié dans les colonnes du journal L’équipe pour évoquer sa carrière sportive du côté de Marcel-Deflandre.

Ce-dernier a notamment indiqué avoir entendu parler du club Rochelais pour la première fois lors d’un échange avec Jason Eaton, ancien joueur des Blacks. Extrait:

« C’est Jason Eaton qui, le premier, m’a parlé de cette ville. Je ne savais même pas où c’était. Je buvais un coup avec lui à Wellington, en 2014, il m’a dit : « je joue dans un endroit énorme, La Rochelle, c’est sur la côte Atlantique ». Je lui ai demandé, c’est une ville de combien d’habitants ? Il m’a répondu : « pas beaucoup, 30 000 personnes, quelque chose comme ça ». (Rires.) Ça m’étonnait un peu, j’ai alors cru que c’était une petite ville, où personne n’allait au stade. Mais il m’a montré quelques vidéos de la fête qu’il y avait eue sur le port après la montée en Top 14 (2014). Là, je me suis dit que ça pouvait être le genre d’expérience que j’aimerais vivre. Et il m’a parlé du projet sportif et de l’équipe. Je me souviens qu’il a eu ces mots : « Il y a ce mec, Levani Botia, honnêtement, c’est le meilleur joueur du monde. » J’ai regardé quelques highlights de « Leps ». Ouah ! Ça m’a donné envie de jouer avec lui. Je suis resté en contact avec Jason et j’ai bien fait ! Parce que j’ai signé à La Rochelle et, six ans après mon arrivée, je suis toujours là. »

Il se remémore de sa première rencontre avec le manager Rochelais de l’époque : Patrice Collazo. Extrait:

« La première fois que j’ai rencontré Patrice, c’était en Nouvelle-Zélande. La conversation n’avait pas été très longue, parce que son anglais était correct, mais pas assez pour tenir une longue discussion. Il m’a expliqué qu’il avait un beau projet et qu’il avait beaucoup aimé ce qu’il avait entendu sur moi. Il avait hâte de me voir ici et il m’avait dit qu’il pensait pouvoir me faire progresser. Je lui ai répondu : « OK, on verra… » Il m’a dit aussi que la famille était primordiale pour lui. Finalement, il a tenu parole. Grâce à lui, j’ai pu rentrer en Nouvelle-Zélande pour assister à l’enterrement de mon beau-père, le mari de ma mère. J’ai appris la nouvelle le matin d’un match contre Brive. J’ai appelé Patrice pour lui annoncer, il m’a dit : « Tu peux partir maintenant, tu n’as pas à jouer ce match. » J’ai aimé sa réaction et j’ai décidé de jouer. On avait gagné, j’avais bien joué et j’avais pu repartir deux ou trois semaines en Nouvelle-Zélande dans la foulée. Ça m’a beaucoup touché. Je sens que Ronan O’Gara a le même genre d’attitude concernant ces sujets familiaux… Il a cinq enfants, c’est normal. (Rires.) Mais j’aurai toujours une part de gratitude pour Patrice Collazo. »

Pour conclure, Victor Vito avoue avoir été tout proche de quitter La Rochelle en 2018 afin de rejoindre le club Anglais de Bristol.

Mais La Rochelle a su convaincre le Néo-Zélandais de rester avec une offre financière plus importante. Extrait:

« Ça s’est passé en 2018. Des discussions ont commencé avec Bristol. Et quelques semaines plus tard, j’ai été sélectionné avec les Barbarians, dont l’entraîneur était celui des Bears, Pat Lam. Il m’a montré quelques astuces sur le terrain, il m’a parlé de sa vision du jeu, ça m’a beaucoup intéressé. On a battu les Anglais avec les Barbarians. C’est aussi durant cette période que Patrice Collazo a quitté le club. Tout ça m’a fait réfléchir. Mais le Stade m’a fait une proposition supérieure à celle du club anglais. Il y avait une grosse équipe, vraiment soudée, avec des mecs comme Uini (Atonio), Tawera (Kerr-Barlow), Levani (Botia). Et je voulais de la stabilité pour ma famille. C’était autant de raisons de rester un peu plus ici. »

Publicité

6 Commentaires

  1. Publicité

  2. loule 25 mai 2022 at 13h- Répondre

    … »Mais j’aurai toujours une part de gratitude pour Patrice Collazo. » V.Vito
    Juste pour souligner qu’on peut juger un bilan sportif, des choix, une façon de fonctionner mais jamais l’homme qu’on ne connais pas.

    J'aime 18
    J'aime pas 1
  3. Franck 25 mai 2022 at 14h- Répondre

    Tu pars définitivement e retraite du rugby et du SR.
    Bonne et belle vie à toi l’ami, tu nous a enchantés.
    Nous, ici on ne siffle jamais les anciens du club, ceux qui se sont faits défoncés pour lui,
    et qui ont tout donné.
    Nos partants pour le RCT, seront toujours aussi nos héros.

    J'aime 12
    J'aime pas 1
  4. FLAT 6 25 mai 2022 at 14h- Répondre

    collazo ??? a 1 mois pres on, etait en pro d 2 , ne parlait plus de ce type !!

    J'aime 7
    J'aime pas 18
    • SPINOZI 25 mai 2022 at 21h- Répondre

      Encore un connard, qui petite du être un enfant gâté. COLLAZO est quelqu’un de très bien il a fait de l’excellent boulot auStade Rochelais, il a su fédérer les joueurs et le public. C’est vous toulonnais qui n’avaient pas fait ce qu’il fallait, ce sont vos joueurs quisont responsables. Le bouc émissaire et le fusible c’est Collazo, malheureusement !

      J'aime 10
      J'aime pas 4
  5. Alan 25 mai 2022 at 15h- Répondre

    Victor Vito, le All Black (qui à l’époque aurait imaginé qu’un All Black signe à la Rochelle… personne), a activement participé à la progression du Stade Rochelais qui est en train de devenir un grand club européen (2 finales consécutives, ce n’est pas rien). Certes, le SR n’a à ce jour rien gagné mais il met tout en œuvre pour y parvenir.
    Et ne l’oublions pas, il n’y a pas de grandes équipes sans de grands joueurs, sans un staff compétent, sans une équipe dirigeante humaine et professionnelle, et bien sûr sans un soutien sans faille de son public. Tous ces ingrédients sont aujourd’hui réunis pour un bel avenir du SR (le recrutement pour la prochaine saison est très bon).
    Bonne chance à Victor Vito et merci.
    Vive le Stade Rochelais.

    J'aime 18
    • Expat 25 mai 2022 at 17h- Répondre

      Oui beau club en construction et qui monte régulièrement depuis une dizaine d’années.
      Super travail de l’équipe dirigeante, de Collazo puis désormais de Ronan.
      Bravo à eux
      J’espère qu’ils vont peser en finale

      J'aime 10
      J'aime pas 2
  6. Publicité