Aubin Hueber s’exprime pour Le Figaro

Aubin Hueber s’exprime pour Le Figaro

17 septembre 2010 - 18:56

Publicité

Comment avez-vous accueilli la suspension de dix jours infligée par la commission de discipline ?
Aubin Hueber : Je crois qu’à un moment donné, il faut savoir accepter et assumer ce qu’on fait sur le banc. Dix jours, cela me fait louper deux matches…Ce qui est important, pour nous, entraîneurs et joueurs, c’est qu’il faut éviter les dérives et faire attention à notre comportement sur le bord du terrain. J’ai pris conscience de ça, mais j’espère juste que la passion ne me fera pas déraper encore…

Ne serez-vous pas trop frustré samedi dans les tribunes du Vélodrome ?
Aubin Hueber : Je ne sais pas, je le dirai après le match (rires). Moi qui suis habitué à être sur le banc, je suis toujours très passionnel et excessif, c’est ce que j’ai dit à la commission. Quand on est comme ça, on reste toujours dans l’excès. Je vais essayer d’analyser un peu plus haut le jeu de Toulon et de l’adversaire pour aider Philippe (Saint-André) sur le banc.

Quel a été le message délivré aux joueurs avant la confrontation face à Clermont ?
Aubin Hueber : On a bien bossé pendant toute la semaine et le discours était clair. Les joueurs ont pris conscience de l’importance du rendez-vous et si on n’élève pas notre niveau, cela risque d’être difficile.

Après un début compliqué, le succès face à Agen (41-10) semble avoir redonné confiance au RCT…
Aubin Hueber : Tout à fait. Les joueurs ont joué tout simplement. Ils ont pris du plaisir en mettant en place ce qu’on avait programmé. Il fallait marquer des essais, s’envoyer un peu et jouer au rugby.

Qu’est-ce qu’il manquait à Toulon pour avoir ce genre de résultats ?
Aubin Hueber : De la confiance c’est une certitude, mais pas seulement. Il manquait aussi un certain vécu dans les séances collectives, des détails. On a travaillé depuis pas mal de temps et c’est en train de revenir. On sait qu’il manque encore quelques blessés, mais on mange notre pain noir tranquillement.

Le retour de la confiance se sent-il aux entraînements ?
Aubin Hueber : Complètement. Les joueurs ont pris conscience qu’il fallait enlever le frein à main et se donner.

Votre équipe est encore dans le doute malgré une dernière sortie séduisante. La perspective d’évoluer au Vélodrome aura-t-elle une influence dans la gestion de l’avant-match ?
Aubin Hueber : Marseille, c’est notre deuxième Mayol et chaque fois que les joueurs entrent sur cette pelouse, ils se transcendent. Au contraire, je pense que ça va nous faire du bien.

Le champion de France se présente face à vous. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
Aubin Hueber : On respecte beaucoup les Clermontois. Ils ont démontré, avec leur titre de champion, que c’était une grande équipe. A nous de relever notre niveau de jeu pour savoir les recevoir. Devant 60 000 personnes, on ne doit pas se rater.

Y aura-t-il un sentiment de revanche après la défaite en demi-finale l’an dernier ?
Aubin Hueber : Non pas du tout. Le passé est derrière nous et on s’oriente vers une nouvelle saison. Ils sont devant nous au classement, on veut passer devant. Rien de plus.

Un succès lancerait-il définitivement votre saison ?
Aubin Hueber : Je pense que ça peut être un élément déclencheur pour la suite. Mais après derrière, il faut aussi enchaîner car on va à Bourgoin et on reçoit Castres avant d’entamer la H Cup. C’est compliqué tout ça. Le programme est copieux, il n’y a pas le temps de s’ennuyer (rires).

Publicité

  1. colbert83 17 septembre 2010 à 20h

    comme je l'ai dit avant le blog est très calme car comme moi même les fans du rct ont est conscient que demain la saison ce joue au stade vélodrome , aller les mecs ont croise les doigts et aller toulon !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Antwon 17 septembre 2010 à 21h

    Le Figaro ne fait presque jamais d'article sur le Top 14 et encore moins d'interview, c'est Sport24 qui s'en charge pour eux.

Comments are closed.