Bernard Laporte soulagé : La France ne pourra pas recroiser les All-Blacks avant la finale

Bernard Laporte soulagé : La France ne pourra pas recroiser les All-Blacks avant la finale

14 décembre 2020 - 15:51

5 Commentaires

Publicité

Le président de la Fédération Française de Rugby, Bernard Laporte a réagi au tirage de l’équipe de France pour la Coupe du monde de 2023.

Ce-dernier l’affirme logiquement : la Nouvelle-Zélande est clairement l’une des meilleures équipes du monde.

Il précise cependant que la bonne nouvelle est que la France ne pourra pas recroiser le chemin des Blacks avant la finale. Extrait:

« Je ne vais l’apprendre à personne : la Nouvelle-Zélande, c’est l’une des meilleures équipes du monde. La seule consolation c’est qu’on ne pourra pas la rencontrer à nouveau avant la finale. Certains disent qu’il vaut mieux une poule facile. Mais il n’y a pas de vérité. La seule vérité, c’est que pour être champion du monde, il faut battre tout le monde. »

Publicité

5 Commentaires

  1. Publicité

  2. arm 14 décembre 2020 at 17h- Répondre

    ne vend pas la peau de l’ours… C’est fort possible qu’on se fasse taper par l’Afrique du Sud ou l’Australie en demi…

  3. Totof 14 décembre 2020 at 18h- Répondre

    CELA ME RAPPELLE 1998 OÙ IL FALLAIT ÉVITER LE BRÉSIL !

    MAIS CHUT….

    • RAPIDO 14 décembre 2020 at 18h- Répondre

      mdr merci pour ton humour , tu vas te faire plein d’amis ici

  4. PipiouRCT 14 décembre 2020 at 20h- Répondre

    La 1ère des choses à avoir c’est une grosse équipe et on l’a…
    ( staff compris )

    La 2ème c’est qu’on aura l’avantage du terrain et donc d’un arbitrage
    au minimum équitable.

    Puis tertio effectivement une poule sinon facile au moins avec une seule grosse confrontation de préférence en 3ème confrontation de mùanière à pouvoir axer l’optimisation physique de la préparation pour le plus tard possible : quarts et demies.
    Le pic s’obtient sur un week-end ( quarts ) et se maintient sur le suivant ( demies ), ensuite ça baisse ce qui est généralement pas trop grave puisque pareil pour l’autre équipe, à plus forte raison qu’une finale de Coupe du monde se joue davantage sur le mental que sur le physique. La pression y est énorme .

  5. PipiouRCT 14 décembre 2020 at 21h- Répondre

    laporte dit une chose qui était généralement tenue pour acquise : pour être champions il faut battre tout le monde.

    C’était le cas, en particulier au rugby mais depuis 2019 ce n’est plus vrai : les Boks avaient parfaitement illustré ce que je viens de dire, il ne s’étaient pas préparés pour être au summum dès le 1er match ( face aux Blacks ) d’autant plus que pour éviter l’Angleterre ( et donc les Blacks dans la même partie de tableau ) il valait mieux finir 2èmes de poule….

    Quand ça se joue à trois…

    Mais là c’est un peu l’inconnue car hormis les anglais égaux à eux-mêmes, les Blacks sont en reconstruction et les Boks n’ont pas joué cette année et le seront un peu quand même, moins que les Blacks cependant. Des Blacks motivés et revanchards ça fait 38-00 face aux Pumas mais qui s’étaient fait taper avant. On se sait pas vraiment où ils en sont réellement.

    Gallois et australiens ne sont plus ce qu’ils ont été, les irlandais non plus avec d’ici là la retraite de Sexton, Murray certainement et peut-être Healy ( un client en mêlée ). La tête pensante Joe Schmidt plus là non plus le danger pour nous sera limité aux Anglais d’abord puis aux deux mastodontes du Sud.

    Tournoi à 4 qu’on ne peut pronostiquer avant de connaître les tableaux
    d’autre part : il nous faut éviter les anglais qui nous connaissent le mieux, ne craignent pas Paris où ils sont comme chez eux en terme de supporters, avant la finale.

    Mais les français ne sont pas mentalement des anglo-saxons, capables comme les Boks de planifier une défaite sans séquelles psychologiques en terme de confiance. Sauf à mettre la B comme déjà fait en 2011.
    On verra selon les tableaux mais nous connaissant on va tout mettre pour battre les Blacks et on le fera, à eux de se la jouer façon Boks 2019 !

  6. Publicité