Ce Bayonnais raconte la difficulté du Top 14 : « On sent que c’est long pour tout le monde, pour nous, pour toutes les équipes »

Ce Bayonnais raconte la difficulté du Top 14 : « On sent que c’est long pour tout le monde, pour nous, pour toutes les équipes »

31 mai 2024 - 0:38

0 Commentaire

Publicité

Ce samedi après-midi, l’Aviron Bayonnais défiera l’US Oyonnax au Stade Charles Mathon dans le cadre de la 25ème journée du Top 14.

Pour Bayonne, l’objectif est clairement de remporter une victoire afin d’intégrer le top 8 et se qualifier pour la prochaine Champions Cup.

Interrogé via France Bleu, le pilier Bayonnais Swan Cormenier confirme les ambitions de son équipe. Extrait:

On a acquis le maintien, c’était la première chose. Maintenant, au vu du classement, c’est vrai qu’il y a possibilité de rentrer dans le top huit ou le top six. Notre objectif serait d’atteindre le top huit, comme la saison passée. On a une victoire à l’extérieur contre le Racing. On va prétendre à essayer d’aller chercher une victoire à Oyonnax et suite à ça, on pourra voir pour autre chose, quelque chose de plus grand. C’est-à-dire le top six au mieux. On en a discuté, on s’est mis de nouveaux objectifs.

La saison n’est pas terminée. Il reste deux matches. Bienvenue dans le Top 14 ! Toutes les équipes se tirent la bourre, qu’elles soient dans le top six ou dans le bas de tableau. Toutes les équipes sont en mesure d’engranger un maximum de points comparé à la saison dernière. Même l’avant-dernier, l’avant-dernier possède presque dix points de plus que la saison dernière. Ce n’est donc pas facile parce que c’est serré et chaque week-end, une performance ou une contre-performance te fait varier dans un extrême du classement, vers le haut ou vers le bas. Maintenant, on est à deux matchs de quelque chose de très grand pour le club. Dans tous les cas, ce sera quelque chose quand même de grand, de pouvoir réintégrer le top huit et d’être européen ou d’intégrer le top six pour la première fois de l’histoire du club.

Il ne cache pas que cette saison est très difficile sur le plan physique. Extrait:

Ça n’a pas été facile, ça a été quand même assez long. Il y a eu deux préparations physiques cette saison. Il a fallu qu’on jongle pas mal, avec la découverte de la Champions Cup, il a fallu le prendre en compte un peu les plannings. On sent que c’est long pour tout le monde, pour nous, pour toutes les équipes, mais on se prépare chaque week-end à performer. On travaille dur donc c’est devenu une habitude et il faut faire avec. Mais je pense que tout le monde a hâte que la saison se termine.

Mais si elle se termine de la meilleure des façons, elle sera encore meilleure ! On sait qu’on a, on a un groupe qui ne triche pas et c’est ce qui fait aussi notre force de caractère. C’est hyper positif pour nous, c’est motivant. C’est toujours plus positif dans la tête de parler d’une éventuelle entrée dans le top six que du maintien.

Il est ensuite revenu sur la dernière victoire de Bayonne remportée contre le Racing 92 à Auxerre. Extrait:

Je ne pense pas qu’il y ait une certaine libération mentale, parce qu’on a régulièrement fait de belles prestations à l’extérieur sans pour autant revenir avec des résultats. Mais c’est vrai qu’on gagne ce match à Auxerre contre une très grosse équipe du Racing, avec de nombreux internationaux, après un acharné, et du coup, cela fait du bien à la tête parce qu’on se prouve qu’on est capables de gagner à l’extérieur ou de faire correctement les choses. Ça a permis de concrétiser un peu les efforts.

On s’est prouvé que quand on se disait les choses, on pouvait aussi le faire. Il y a eu une forme d’une forme de respect en interne de la part du collectif, vis-à-vis du groupe de joueurs et aussi que du club. En allant gâcher la fête à Auxerre du Racing comme on a pu nous la gâcher depuis deux saisons à Anoeta. Ça fait du bien de retourner la chose. On sait très bien qu’à Oyo, le contexte sera particulier. C’est leur dernier match de Top 14 à domicile cette saison, devant leur public. Ils vont avoir à cœur de nous recevoir. Il y a aussi, mine de rien, un passé entre Oyonnax et l’Aviron qui reste encore dans les mémoires des supporters. Il faut donc s’attendre à beaucoup de combat, pendant 80 minutes et beaucoup d’envie.

Désormais, il veut prendre beaucoup de plaisir sur les deux derniers matches de la saison. Extrait:

Il y a énormément de plaisir à prendre. Outre les objectifs, c’est aussi pour certains leurs deux derniers matchs avec l’équipe. C’est important pour eux de bien finir. Il y a des mecs qui n’ont pas eu ou ont eu peu de temps de jeu. C’est important pour eux, donner ce qu’il faut pour les mettre dans les meilleures conditions et qu’ils aient un match agréable à disputer. On a la chance cette saison de terminer le Top 14 à la maison (contre Castres, NDLR). Il faut donc que ce soit une belle fête pour la suite.

Mine de rien, on est tous les jours ensemble. Pour certains, ils partent du club après avoir passé quatre voire cinq saisons, donc ça commence à faire, même si ça passe vite en interne. Et puis, quand on se retrouve un week-end end sur deux en déplacement dans la même chambre que son pote, qu’on partage les nuits ensemble, les déplacements et que du jour au lendemain, il va quitter le club et continuer son aventure ailleurs, c’est sûr que ça impacte.

De ne plus voir certaines têtes, ça va faire bizarre dans le vestiaire. Mais c’est un cycle, c’est comme ça partout, dans tous les clubs. Par chance, on retrouvera certaines têtes la saison prochaine sous d’autres couleurs. C’est bien. Mais on tient à profiter de ces derniers instants ensembles, sur le terrain, avant de profiter différemment en troisième mi-temps. C’est quelque chose qui prend du sens à mes yeux et qu’il ne faut pas mettre de côté.

Publicité

0 Commentaire