Certaines stars du Racing 92 coulent à pic !

Certaines stars du Racing 92 coulent à pic !

1 juin 2024 - 14:16

2 Commentaires

Publicité

Le Racing 92 est en grand danger.

Auteurs d’un début de saison XXL, les Franciliens ont peu à peu coulé au classement.

Au point d’être sixième à l’aube de cette 25ème journée du Top 14 et donc en grand danger pour les phases finales.

En cas de défaite contre Pau ce samedi après-midi, le Racing 92 se ferait éjecter du top 6.

Dans son édition du jour, le journal L’Équipe ne manque pas de pointer du doigt certains joueurs du Racing 92 qui n’apportent pas ce qu’elles devraient apporter.

Le premier joueur cité est l’ailier international Anglais Henry Arundell.

Auteur d’un triplé contre Toulon, au Stade Mayol, lors de son premier match avec le Racing 92, le joueur Anglais avait impressionné.

Mais depuis plusieurs mois maintenant, Henry Arundell est beaucoup plus discret et ne gagne pas forcément ses duels.

Interrogé via L’équipe, son manager Stuart Lancaster tente de le défendre. Extrait:

« Non, physiquement, il est très bien. Les gens pensent qu’il a une grande expérience internationale mais ce n’est pas vrai (10 sélections). C’est encore un très jeune joueur. Il vient de faire un grand saut en changeant de Championnat.

Techniquement et mentalement, il sait qu’il peut progresser, beaucoup. Henry est très honnête avec lui-même sur ses performances. »

Le pilier droit international Français Thomas Laclayat est également pointé du doigt.

Auteur d’un bon début de saison, le joueur Français enchaine les prestations décevantes depuis plusieurs mois.

Celui-ci s’est désormais fait dépasser dans la hiérarchie par Trevor Nyakane et Cedate Gomes Sa. Inquiétant pour le joueur de 26 ans.

L’ouvreur Antoine Gibert est également dans le dur.

Au mois de janvier dernier, l’ouvreur Français était convoqué au sein du groupe France par Fabien Galthié grâce à ses belles prestations.

Mais depuis quelques mois, Antoine Gibert déçoit dans son jeu et son jeu au pied laisse à désirer.

Stuart Lancaster se confie sur son ouvreur. Extrait:

« C’est souvent comme ça avec un jeune joueur ou un joueur qui a beaucoup progressé. Il y a un moment où il atteint un plafond. Antoine a fait un super début de saison (Finn Russell parti, l’héritage n’était pas évident à porter).

Retenu en équipe de France, il n’a pas joué pendant sept semaines. C’est très long. D’un côté, ça a été une super expérience, une vraie reconnaissance. Mais d’un autre, ça a affecté son rythme, sa condition physique.

Je l’ai déjà observé en Irlande, particulièrement à des postes clés. Et comme on a manqué de profondeur en 10, en 9 ou au talonnage, ça a été compliqué. On sait qu’il y a un gap entre un joueur qui n’a pas encore joué au niveau international et des garçons comme Finn Russell et Owen Farrell (qui rejoindra le Racing cet été).

Mais Antoine a beaucoup travaillé pour retrouver ses sensations. On est tous derrière lui. C’est notre ouvreur numéro 1. »

Autre joueur à décevoir et non pas des moindres : le troisième ligne champion du monde en titre : Siya Kolisi.

Arrivé au Racing 92 à l’issue du Mondial, le Springbok est méconnaissable.

Contre Bayonne, il avait fait son mea culpa sur ses performances décevantes. Extrait:

« Prendre quarante points (37 en réalité) à la maison, ce n’est pas possible, carton rouge ou non (Sanconnie avait été exclu dès la 14e minute). Moi, je n’ai pas été pas bon. Pour quelqu’un qui est censé apporter du leadership et de l’énergie, ça n’allait pas. Je ne suis pas fier de moi, l’équipe entière ne peut pas l’être. »

Pour le moment, Siya Kolisi ne s’est pas adapté au Top 14 et va devoir passer la vitesse supérieure.

Le deuxième ou troisième ligne Cameron Woki déçoit également. Il peut en tout cas faire bien mieux.

Vous l’avez compris : les joueurs Franciliens vont devoir se remettre en question pour éviter une grosse désillusion dans deux semaines.

Publicité

2 Commentaires