Défi physique à relever pour Agen contre Toulon

Défi physique à relever pour Agen contre Toulon

12 décembre 2011 - 9:37

Publicité

Six matchs dans le mois de décembre, les rugbymen du SUA sont sur une cadence de footballeurs. Pas étonnant, du coup, que le staff agenais ait choisi de faire deux groupes : celui qui dispute le Top 14 et celui qui joue en Amlin Challenge Cup. « Mais il faut toujours gérer ceux qui ont joué contre Sale et qui sont dans le groupe pour aller à Toulon », prévient le manager du SUA Christian Lanta. C’est le cas notamment de l’ailier fidjien Saïmoni Vaka qui a joué une heure contre les Anglais jeudi soir après avoir fait tout le match contre Bayonne quatre jours plus tôt. « C’est bien pour lui, il n’a pas beaucoup joué en début de saison (ndlr : blessé les quatre première journées) et a besoin de courses », assure le préparateur physique Alexis Déjardin.
Adri Badenhorst, Dewald Senekal, John Schwalger et Manu Ahotaeiloa sont tous rentrés aussi une vingtaine de minutes jeudi alors qu’ils devraient débuter la rencontre demain soir à Toulon. Le staff agenais n’a, en revanche, pas pris de risque avec le talonneur Jalil Narjissi, alors que ses partenaires étaient restés en tribune après un entraînement dans l’après-midi. L’intégralité du groupe vainqueur de Bayonne (37-18) est d’ailleurs reconduite pour le voyage -en avion- demain à Toulon. Le centre argentin Avramovic et le pilier géorgien Sheklashvili ont été appelés en renfort pour la mise en place ce matin (10 heures) au stade Armandie.
« Faire un match plein »
De son côté, le RCT a prévu un entraînement du capitaine à huis-clos aujourd’hui. Preuve que le club varois, qui n’a plus joué dans son antre de Mayol depuis un mois et demi, prend ce rendez-vous très au sérieux. Les protégés de Bernard Laporte se doutent bien que le SUA de demain n’aura rien à voir avec celui corrigé 41-10 l’an dernier. Le vainqueur de ce match en retard se hissera sur la troisième marche du podium avant l’ultime journée de la phase aller le 23 décembre. Suffisant pour inspirer le respect.
Après quatre victoires consécutives à domicile contre le Stade Français, Montpellier, Bordeaux-Bègles et Bayonne, les Agenais sont en tout cas bien décidés à jouer le coup à fond demain à Mayol. « On ne peut pas passer à côté, il faut faire un match plein, insiste Christian Lanta. C’est aussi une façon de progresser et de s’étalonner face à une des meilleures équipes du Top 14. » Des Varois qui restent sur un revers 6-3 jeudi soir à Newcastle avec, eux aussi, une équipe « bis ».
Mais Christian Lanta a prévenu ses joueurs dès vendredi : « Cette rencontre va se jouer sur notre capacité à défendre, sur la qualité de nos plaquages, c’est là qu’on verra si une performance à Mayol est envisageable. Si on arrive à relever ce défi physique, tout sera possible. »
Le groupe agenais : Schwalger, Cabarry, Narjissi, Janaudy, Muller, Scelzo, Sheklashvili, Fa’aoso, Senekal, Lagrange, O’Connor, Monribot, Badenhorst, Fono, Machenaud, Balès, Barnard, Courrent, Pelesasa, Ahotaeiloa, Avramovic, Robinson, Dulin, Vaka, Tian. Match demain à 20 h 45 au stade Mayol de Toulon, arbitrage de Neil Paterson (Ecosse).

Six matchs dans le mois de décembre, les rugbymen du SUA sont sur une cadence de footballeurs. Pas étonnant, du coup, que le staff agenais ait choisi de faire deux groupes : celui qui dispute le Top 14 et celui qui joue en Amlin Challenge Cup. « Mais il faut toujours gérer ceux qui ont joué contre Sale et qui sont dans le groupe pour aller à Toulon », prévient le manager du SUA Christian Lanta. C’est le cas notamment de l’ailier fidjien Saïmoni Vaka qui a joué une heure contre les Anglais jeudi soir après avoir fait tout le match contre Bayonne quatre jours plus tôt. « C’est bien pour lui, il n’a pas beaucoup joué en début de saison (ndlr : blessé les quatre première journées) et a besoin de courses », assure le préparateur physique Alexis Déjardin.

Adri Badenhorst, Dewald Senekal, John Schwalger et Manu Ahotaeiloa sont tous rentrés aussi une vingtaine de minutes jeudi alors qu’ils devraient débuter la rencontre demain soir à Toulon. Le staff agenais n’a, en revanche, pas pris de risque avec le talonneur Jalil Narjissi, alors que ses partenaires étaient restés en tribune après un entraînement dans l’après-midi. L’intégralité du groupe vainqueur de Bayonne (37-18) est d’ailleurs reconduite pour le voyage -en avion- demain à Toulon. Le centre argentin Avramovic et le pilier géorgien Sheklashvili ont été appelés en renfort pour la mise en place ce matin (10 heures) au stade Armandie.

« Faire un match plein »

De son côté, le RCT a prévu un entraînement du capitaine à huis-clos aujourd’hui. Preuve que le club varois, qui n’a plus joué dans son antre de Mayol depuis un mois et demi, prend ce rendez-vous très au sérieux. Les protégés de Bernard Laporte se doutent bien que le SUA de demain n’aura rien à voir avec celui corrigé 41-10 l’an dernier. Le vainqueur de ce match en retard se hissera sur la troisième marche du podium avant l’ultime journée de la phase aller le 23 décembre. Suffisant pour inspirer le respect.

Après quatre victoires consécutives à domicile contre le Stade Français, Montpellier, Bordeaux-Bègles et Bayonne, les Agenais sont en tout cas bien décidés à jouer le coup à fond demain à Mayol. « On ne peut pas passer à côté, il faut faire un match plein, insiste Christian Lanta. C’est aussi une façon de progresser et de s’étalonner face à une des meilleures équipes du Top 14. » Des Varois qui restent sur un revers 6-3 jeudi soir à Newcastle avec, eux aussi, une équipe « bis ».

Mais Christian Lanta a prévenu ses joueurs dès vendredi : « Cette rencontre va se jouer sur notre capacité à défendre, sur la qualité de nos plaquages, c’est là qu’on verra si une performance à Mayol est envisageable. Si on arrive à relever ce défi physique, tout sera possible. »

Source: sudouest.fr

Publicité