Des nouvelles du Clermontois Thomas Kloeckner, victime d’un AVC

Des nouvelles du Clermontois Thomas Kloeckner, victime d’un AVC

12 mars 2024 - 18:00

2 Commentaires

Publicité

Cela fait maintenant deux ans et demi que Thomas se reconstruit après le terrible accident vasculaire cérébrale qui l’avait laissé entre la vie et la mort lors de l’été 2021. Le prometteur seconde ligne du centre de formation avait oublié le rugby pour réapprendre à vivre. Deux ans plus tard, comme il nous l’avait promis lors de sa dernière rencontre, ce formidable combattant a réorienté sa vie d’Homme et de sportif. Inspirant ! On vous donne de ses nouvelles…

Nous avions révélé la terrible histoire qui a bouleversé la vie de Thomas (le long chemin de Thomas après son AVC) il y a deux saisons. Le jeune homme que nous avions rencontré, la première fois diminué et entouré par sa famille, nous avait donné l’impression d’un combattant emprisonné dans une carapace qu’il apprenait doucement à apprivoiser. Aujourd’hui, il a su s’en détacher.

« Mon AVC m’accompagnera tout au long de ma vie. J’aurais des séquelles tout au long de celle-ci mais le plus important c’est la façon dont je vis… et sincèrement tout va bien. Je suis en train de suivre un BP JEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse de l’Éducation Populaire et du Sport), j’entraine les petits moins de 10 ans de l’ASM, cela se passe super bien, ils m’écoutent. »

Le fracas que la maladie a causé est irréversible, mais Thomas « a appris à vivre avec » « Même quand je sors avec des copains, je n’ai plus de complexes cela fait partie de ma vie. Cela évolue toujours bien, je travaille avec Arthur Roulin (NDLR : kiné en ancien troisième ligne du club) pour éviter que les choses aillent dans le sens inverse, que cela s’enraidisse, mais je ne me plains pas » Toujours plus combatif que fataliste, Thomas continue d‘affirmer une force mentale qui pousse à l’admiration. « L’an dernier j’ai retrouvé l’ASM. C’était une première étape mais Didier (Retière) me pousse à aller vers le DE (Diplôme d’État). On verra ! Pour l’instant, je me régale avec les enfants. Je suis vraiment bien plus à l’aise que l’an dernier. Ma relation a beaucoup évolué. J’adore la pédagogie et les outils que l’on me donne à la formation pour m’épanouir encore davantage avec les petits. Ça va comme sur des roulettes ! »

La vie peut amener des choses très difficiles à chacun d’entre-nous. Il appartient à chacun de faire en sorte que ce ne soit pas fini !

Dans son processus de reconstruction, le retour à l’ASM était une étape importante. Les opportunités qui lui sont proposées ouvrent d’autres horizons. « Revenir au club a été très positif pour moi. En plus des entrainements, j’interviens aussi dans certains team-buildings où je peux parler de mon expérience. Je raconte mon histoire, pas seulement pour me libérer de cela mais aussi pour partager aux autres que la vie peut amener des choses très difficiles à chacun d’entre-nous. Il appartient à chacun de faire en sorte que ce ne soit pas fini !  Il y a toujours de nouvelles opportunités pour s’épanouir en tant qu’homme. » Une définition de la résilience et du combat que Thomas mène depuis plusieurs années. « Je ne suis ni un donneur de leçons, ni là pour renier ce qui m’est arrivé … mais si l’expérience que je partage peut apporter quelque chose de positif, je m’ouvre et le fais avec plaisir. »

Quand nous avions rencontré Thomas l’an dernier, il commençait le lancer du poids avec la section Handisports de l’ASM… sans surprise, il a progressé et revient tout juste des championnats de France avec un très honorable 8,67m (Poids de 5kg). Au-delà du classement (7ème toutes catégories), Thomas retrouve avec la compétition tout un tas de sentiments qu’il apprécie. « En un an, j’ai gagné un mètre. Si je continue comme ça, l’an prochain ça va devenir intéressant ! » se marre-t-il ! Plus que le résultat c’est la démarche qui participe à la reconstruction.

« Les Championnats étaient à St-Brieuc. Nous sommes partis avec une belle délégation clermontoise en mini-bus sur trois jours. Cela m’a rappelé des souvenirs. Le handisport me permet vraiment de relativiser parce que les histoires des autres athlètes sont toutes différentes et beaucoup nous bousculent. Mais c’est surtout la compétition qui me manquait. Que ce soit le Rugby ou dans le handisport : c’est du sport tout simplement. Tu es en compétition avec d’autres athlètes et tu oublis vraiment les situations de chacun. Tu es juste là pour donner le meilleur et avoir un résultat. C’est un endroit où il y a beaucoup d’égalité justement… vis-à vis de soi même ! » 

Une marche de plus vers la sérénité que l’ancien seconde ligne reconnait dans son quotidien. « Dans ma vie de tous les jours, très honnêtement, je me considère comme tout le monde parce que mon tempérament est ainsi, je prends les choses positivement. Cela peut toujours être pire ! » Une leçon de vie qui permet de relativiser les petits tracas du quotidien.

Après 2 années à mener son combat, Thomas participe désormais à celui des autres en ayant intégré l’association Five O’Kloeck (initialement fondée par ses copains pour lui apporter de l’aide et désormais plus généraliste). « Après un bel évènement l’an dernier à Chamalières, nous allons changer de terrain. Nous serons le 18 mai aux Cézeaux car nous organisons un Tournoi de Rugby à toucher à 32 équipes avec une soirée en suivant (place Vasarely) où on espère 2000 personnes alors niveau organisation c’est vrai que l’on va passer un cap. » Les fonds seront reversés aux personnes en situation de handicap de l’Université d’Auvergne. « L’association est née à la suite de mon histoire, elle continue de grandir pour s’occuper de personnes qui ont plus besoin que moi… »

Thomas, lui, continue de s’épanouir et de profiter de la vie, comme tout le monde.

Via asm-rugby

Publicité

2 Commentaires