Didier Lacroix s’enflamme : « Nous avons eu au moins 800 000 demandeurs ! »

Didier Lacroix s’enflamme : « Nous avons eu au moins 800 000 demandeurs ! »

26 avril 2024 - 18:55

4 Commentaires

Publicité

Le président du Stade-Toulousain, Didier Lacroix s’est confié en conférence de presse ce vendredi midi.

Ce-dernier a notamment évoqué la très forte ferveur qui existe autour de son club.

Selon lui, son club a enregistré plus de 800 000 connexions dans la file d’attente de la billetterie pour la demi-finale de Champions Cup contre les Harlequins.

Il se confie. Extrait:

« Nous avons eu jusqu’à 60 000 connexions instantanées sur la billetterie pour la demie contre les Harlequins. Il y avait au moins 800 000 demandeurs. Je ne sais pas la taille du Stade qu’il aurait fallu pour satisfaire tout le monde.

A la veille d’un match comme celui-là, nous sommes presque sans limite. Nous sommes très fiers d’être le dernier club français toujours en lice dans cette compétition. On s’attend à une rencontre particulièrement animée contre ces Anglais qui ont causé bien des misères à nos amis de l’UBB. J’espère que le temps sera de la partie. »

Dans la foulée, Didier Lacroix a expliqué que le dernier match de la phase régulière du Top 14, programmé au mois de juin contre le Stade Rochelais, allait se jouer au Stadium. Extrait:

« Nous disputerons la 25ème journée de Top 14 au Stadium, face au Stade Rochelais, le week-end du 1-2 juin 2024. »

Le match se jouera très probablement à guichets fermés.

Avec un ultime « guichets fermés », Toulouse aura réussi à disputer ses 13 matches à domicile à « guichets fermés ».

A noter que le Stade-Toulousain a déjà disputé tous ses matches de Champions Cup à domicile à guichets fermés.

Il a également annoncé que la campagne d’abonnements pour la saison prochaine allait bientôt ouvrir. Extrait:

« La semaine prochaine, on va ouvrir notre abonnement pour la saison 2024-2025. C’est le rempart, le joker, pour avoir le sésame pour s’offrir les phases finales. En étant abonné, on est sûr d’être servi. S’abonner, c’est l’occasion d’avoir au printemps 2025 les portes ouvertes. » 

Didier Lacroix a expliqué que Toulouse n’accueillera finalement pas d’étape de Super Sevens.

La ville de Toulouse n’a pas trouvé d’accord avec World Rugby sur ce dossier. Cette étape se jouera finalement à Madrid, début juin.

Aussi, Didier Lacroix a expliqué que le Stade Ernest-Wallon allait accueillir de nombreux événements. Extrait:

« Le stade Ernest-Wallon va accueillir beaucoup d’évènements en cette fin de saison : nous allons recevoir les phases finales d’Élite 1, la finale de Pro D2… Mais aussi le passage de la Flamme Olympique, dans un avenir plus proche.

Aujourd’hui, l’utilisation du stade Ernest-Wallon pour nos propres besoins représente 60% du temps d’occupation total. Les 40% restants sont dédiés à des manifestations publiques. »

Enfin, il a évoqué le projet d’agrandissement du Stade Ernest-Wallon. Extrait:

« Le Stade Toulousain et les institutions travaillent conjointement pour le projet d’agrandissement de notre écrin. Le dossier est ouvert, mais rien n’est encore acté. Nous avons l’ambition de pouvoir présenter des éléments plus concrets pour la rentrée 2024.

Il faut voir aussi comment le quartier va se réorganiser. Cette enceinte ne pourra pas naître sans l’arrivée du métro. C’est ce qui nous permettra d’avoir un stade de meilleure capacité avec une fluidité acceptable. On va se phaser avec l’arrivée du métro. On a la chance d’entretenir un sentiment d’affection avec les habitants du quartier. Mais si on multiplie les événements « hors Stade Toulousain », leur tolérance sera moindre. Nous avons besoin d’autres aménagements, côté parkings aussi, pour que le quartier accepte tout ça. Le projet entraîne une vraie rénovation de quartier. »

Il annonce songer à avoir recours à un naming pour le Stade Ernest-Wallon. Extrait:

« Il n’est pas impossible que nous ayons recours au naming. Mais c’est une discussion, l’Association des Amis du Stade et l’Association auront plus que leur mot à dire, ils sont les propriétaires des murs. Je ne crois pas au naming quand il arrive après la construction d’un stade. Mais c’est loin de ce qu’on veut faire, qui serait un vrai pôle, sportif mais aussi sport et santé. Avec une vie de quartier autour. Il y a 30 ans, un stade ne servait qu’à accueillir un match. Aujourd’hui, c’est un lieu de vie, on doit y trouver des services. »

Publicité

4 Commentaires