Grégory Patat : « Contre Toulon ? Je sais que ce n’était pas notre vrai visage »

Grégory Patat : « Contre Toulon ? Je sais que ce n’était pas notre vrai visage »

18 avril 2024 - 10:40

2 Commentaires

Publicité

L’Aviron Bayonnais a pris une véritable claque lors de son dernier match de Top 14.

Les Basques s’étaient lourdement inclinés à Anoeta contre le Rugby Club Toulonnais à l’occasion de la 20ème journée du Top 14.

Une défaite qui a fait mal à la tête aux Bayonnais.

Interrogé via Midi Olympique, le manager de Bayonne, Grégory Patat explique comment il a géré son effectif pour la reprise du championnat prévue ce week-end. Extrait:

Il y a eu une période de Coupe d’Europe, où il y a eu un turnover dans l’effectif. Nous sommes restés dans notre division de départ. Nous avons préparé le 8e de finale, puis pour certains, nous avons fait de la récupération afin de préparer le sprint final. Dans le groupe, une partie de l’effectif avait besoin de se régénérer. Elle a travaillé physiquement, sur de la récupération. Une autre, qui est partie à Édimbourg, s’est retrouvée sur des sorties, des visites… Derrière, il y a eu trois ou quatre jours de vacances et nous avons repris jeudi dernier.

Malgré la claque reçue contre le RCT, il trouve ses joueurs très en forme. Extrait:

Très bien. Depuis le début de semaine, ça travaille bien, nous avons un groupe investi et on a hâte de retrouver ce championnat. Le Top 14 est excitant, il y a des enjeux pour tout le monde et, surtout, nous avons hâte de montrer que notre visage à Anoeta n’était pas le bon… On veut montrer que cette équipe vaut mieux que ça, on veut vite retrouver le championnat, afin de montrer que nous sommes capables de mieux.

Il ne veut pas broyer du noir suite à la claque reçue à Anoeta. Extrait:

Ce Top 14 ne permet pas de se lamenter trop longtemps sur des contre-performances. Nous avons pris la réalité au retour d’Anoeta, et avant Édimbourg, nous avons parlé de cet échec. Ensuite, le but a été de vite regarder devant.

Nous sommes complètement passés à côté de l’événement. Tous. Chacun. Il n’y a pas eu de réaction ou de rébellion. Avant ce match, nous avions battu La Rochelle et on ne se voyait pas comme la meilleure équipe. Aujourd’hui, on ne se voit pas comme la pire. Il faut se concentrer sur notre rugby et notre quotidien, pour que notre rugby mette la pression à chaque adversaire.

Dans la foulée, il précise que son équipe n’est pas rentrée en mode maintien ni en mode phase finale. Extrait:

Il n’y a pas de maintien, pas de phase finale… L’équipe est en mode « finir le plus haut possible », tout simplement. Toutes les équipes ont des choses à gagner, il n’y a rien d’écrit. La réalité de la 21e journée ne sera pas celle des prochaines. Nous n’avons jamais parlé de phase finale ou de maintien, nous ne parlons que de performances, sur chaque journée.

Le treizième est à 5 points et le sixième à 6 points. Il y a des enjeux pour l’Aviron et pour toutes les autres équipes. Les matchs, il faut les jouer. Nous sommes habitués à cette pression du résultat, chaque week-end. Nous n’allons pas changer notre philosophie et nous n’allons pas avoir plus de craintes que ça. On va continuer à rester focus sur notre performance et notre jeu. Le match d’Anoeta, je sais que ce n’était pas notre vrai visage et que l’équipe vaut mieux.

Samedi, Bayonne affrontera le leader : le Stade-Français Paris. Extrait:

Le Stade français est premier au classement. Comme toutes les grandes équipes, elle est facile à analyser. Elle fait des choses simples et efficaces. On redoute terriblement leur efficacité. Samedi, il faudra faire un match costaud pour pousser les Parisiens dans leurs retranchements. L’Aviron a démontré, par le passé, qu’elle était capable de perdre le fil d’un match à l’extérieur avec des erreurs qui coûtent des essais faciles. Contre le Stade français, si on fait ça, on ne pourra pas exister. Ce week-end, il faudra être costaud sur les fondamentaux.

Paris est l’équipe qui met le plus de pression sur la conquête adverse, elle possède une défense redoutable, prend peu d’essais ou que dans une certaine zone. On sait la difficulté qui nous attend. C’est parfait par rapport à un match de retour, après trois semaines. On va pouvoir se jauger.

Pour conclure, Grégory Patat explique qu’aucun joueur ne sortira de l’infirmerie pour le match de ce week-end contre Paris. Extrait:

Non. Reece Hodge n’est pas prêt. Sireli Maqala et Luke Tagi non plus. Pour eux, on vise les quatre derniers matchs.

Publicité

2 Commentaires