Gueule de bois pour Bayonne : « Trop de joueurs sont passés à côté ! »

Gueule de bois pour Bayonne : « Trop de joueurs sont passés à côté ! »

2 juin 2024 - 10:38

0 Commentaire

Publicité

Ce samedi, Bayonne défiait Oyonnax à l’occasion de la 25ème journée du Top 14.

En s’inclinant face à l’USO dans les dernières secondes de la rencontre (27-20), Bayonne a plombé ses ambitions.

Adieu le top 6 synonyme de phase finale, adieu le top 8 synonyme de qualification pour la prochaine Champions Cup.

Interrogé via France Bleu à l’issue de la défaite des siens, le manager Bayonnais Grégory Patat a indiqué que de nombreux joueurs étaient passés à côté du match. Extrait:

« Je voulais du contenu, mais il n’y en a pas eu, et pas d’investissement. 12 ballons perdus, des fautes faciles… On ne peut pas parler de contenu, de résultat et de performance. On a eu la possession, c’est au moins ce qu’on voulait. Mais on a fait trop d’erreurs et on s’est exposé à des contres. On a essayé de réagir avec des ballons portés, mais c’était insuffisant.

Il y a de la colère, parce que je pense qu’on pouvait largement gagner aujourd’hui. Avec tout le respect que j’ai pour Oyo’, c’était une équipe fragile, mais on n’a pas réussi à les mettre suffisamment sous pression. Ils ont cru en leur histoire, pour leur dernière à domicile devant leur public, et ils ont fait un match sérieux. Je n’ai même pas de regrets parce que le contenu n’est pas bon.

Trop de joueurs sont passés à côté pour faire quelque chose. C’était un match très accessible, mais je félicite Oyonnax. Si on veut apprendre à grandir, c’est le style de match qu’on doit gagner dix fois sur dix. On aurait même pu prendre le bonus offensif sur cette dernière action, mais on ne le méritait vraiment pas. Être 11ème avant la 25ᵉ journée et pouvoir viser la coupe d’Europe ou la qualification en phase finale, c’était une chance énorme. On voulait jouer ce match, venir faire un résultat et se donner une dernière chance contre Castres.

Notre motivation, maintenant ? Bien finir à Jean Dauger. On ne peut pas rester sur cette contre-performance parce que c’est réducteur. On ne veut pas finir comme ça. On veut montrer un autre visage, celui d’une équipe conquérante qui veut bien finir devant son public. »

De son côté, le demi-de-mêlée Maxime Machenaud évoque une certaine colère. Extrait:

« Tous les sentiments sont un peu mélangés. Il y a de la colère, oui. Tu ne réponds pas présent sur un rendez-vous qui était aussi important. On ne peut pas être déçu, ce résultat résume un peu notre saison. Pourtant, sans manquer de respect à Oyonnax, on s’est un peu perdu le match. En première mi-temps, on sent qu’il y a des opportunités, en profitant des ballons portés, on aurait pu se créer des choses.

Je ne sais pas si on avait pris conscience suffisamment de l’enjeu de ce match. Si ça avait été le match du maintien, je ne sais pas si on l’aurait joué comme ça. Il va falloir repartir de l’avant pour samedi prochain.

Je pense que quand tu as l’opportunité de jouer la Champions Cup, ce sont des matches qui me parlent et c’est dur de se dire que l’an prochain, on ne la jouera pas. C’est beaucoup mieux de jouer au Munster, à Thomond Park, c’est dommage. Je pense que sur l’état d’esprit, l’ambition, la constance, les grandes équipes répondent présent à chaque fois, et quand on les attend dans les moments charnière de la saison. On a eu l’opportunité d’aller chercher le haut du table, à Anoeta, avec la réception de l’UBB à Dauger, le déplacement à Pau, mais à chaque fois on est passé à côté. Il faut pour le groupe, qui va changer, que l’on finisse bien, pour le public, pour les joueurs qui partent, pour nous, pour ne pas finir comme ça. »

La deuxième année est toujours la plus difficile. Difficile de confirmer, on était plus attendu. On a répondu présent puisque l’objectif était le maintien, mais l’année prochaine, il faudra passer un cap. Stagner, c’est le pire. C’est une marge de progression énorme. Il faut que ça passe par les actes. C’est bien de se dire les choses, mais il faut que sur le terrain, on réponde présente. Cela nécessite peut-être une autre façon d’aborder les matchs. Et le haut-niveau, c’est très fragile. Je crois beaucoup en la remise en question. C’est un recommencement perpétuel. »

Arthur Iturria conclut en expliquant que rien n’a vraiment fonctionné contre Oyonnax. Extrait:

« Il n’y pas grand-chose de bien ce soir. On avait mis l’accent sur nos ballons portés, mais est-ce qu’on peut se contenter de ça ? C’est la seule chose qu’on ait, à peu près, bien réalisé et encore, on aurait pu être bien meilleur dans ce secteur-là. Pour le reste… La semaine n’a pas été correcte. On avait parlé de l’entame, la première action n’est pas trop mauvaise, mais on termine par un en-avant. On fait une succession de conneries et individuellement, on n’a pas été au niveau. L’équipe a sombré dans la première période. »

« Maintien et relâchement ? Il y a eu une décompression après Perpignan, c’est clair, mais ça serait sans doute arrivé dans les autres clubs. Maintenant, il y a des joueurs de qualités à Bayonne et on avait la capacité de reswitcher. Ça ne veut pas dire qu’on est une petite équipe, mais on n’a pas su le faire individuellement et collectivement. Et on ne peut pas se cacher sur le fait que la saison est longue, il ne faut pas se cacher derrière ces excuses. Aujourd’hui, on passe à quelque chose qui aurait pu être joli. »

Publicité

0 Commentaire