Guy Novès : « On se demande qui peut battre le Stade Toulousain à l’heure actuelle »

Guy Novès : « On se demande qui peut battre le Stade Toulousain à l’heure actuelle »

28 mai 2024 - 11:02

16 Commentaires

Publicité

L’ancien entraineur du Stade-Toulousain, Guy Novès s’est confié via L’équipe suite à la victoire du club de la Ville Rose contre le Leinster, en finale de la Champions Cup.

Il a évoqué cette génération Toulousaine très brillante.

Il a également parlé de cette défense de fer contre le Leinster. Extrait:

Ce que je remarque, c’est qu’un état d’esprit perdure. Au-delà de la technique et du jeu, sur cette notion de donner le meilleur, toutes les générations sont comparables. On parle souvent de « jeu de mains, jeu de Toulousains », mais le Stade Toulousain a toujours eu une défense de fer, comme l’a prouvé l’équipe face au Leinster samedi (22-31 a. p.).

Il indique être en admiration devant cette génération et le bon recrutement effectué par Toulouse. Extrait:

Je peux simplement dire que l’équipe d’aujourd’hui est impressionnante. Il y a du talent partout. Mais il y a aussi une intelligence dans le recrutement en allant chercher des étrangers de très haut niveau comme Willis, Arnold, Meafou et d’autres. Sans oublier également un travail de formation exceptionnel.

Lorsque j’accompagne mes deux petits-fils de 6 et 7 ans à l’entraînement et que je regarde les gamins jouer, je comprends pourquoi ils sont bons à 17 ans. Il faut enfin souligner l’apport de ce staff de grande qualité. La différence entre les générations se situe au niveau du nombre de joueurs cumulés qui peuvent prétendre jouer en équipe première. Avant, ils étaient une trentaine. Aujourd’hui, ils sont plus de quarante ! Mais c’est difficile de comparer.

Par exemple, la génération Michalak, ils ont commencé à jouer à 18 ans, pas à 21 ans comme la dernière, ce qui est pourtant déjà fabuleux. Quand vous avez Dupont, Ntamack, Baille, Marchand…. En deuxième-ligne, vous avez Meafou, Flament, Arnold. À mon époque, si mes deux titulaires n’étaient pas là, c’était moins bon. Là, ce n’est pas le cas. La preuve encore avec un Thomas Ramos remplaçant. C’est impressionnant.

Selon lui, peu d’équipes sont en mesure de battre le Stade-Toulousain actuellement. Extrait:

On se demande qui peut battre le Stade Toulousain à l’heure actuelle. Cette génération est capable de gagner quatre Brennus consécutifs, comme la génération du Stade Toulousain entre 1994 et 1997, ou même trois Coupes d’Europe, comme Toulon entre 2013 et 2015. Plus vous gagnez, plus vous avez envie de gagner. Et surtout, quand vous gagnez au Stade Toulousain, vous n’avez plus envie d’en partir.

Publicité

16 Commentaires