Ibrahim Diallo : « Je me serais tiré une balle…. »

Ibrahim Diallo : « Je me serais tiré une balle…. »

11 août 2021 - 9:03

5 Commentaires

Publicité

Le troisième ligne du Racing 92, Ibrahim Diallo a fêté sa première sélection avec le XV de France, cet été, lors de la Tournée estivale des Bleus en Australie.

Lors d’un long entretien accordé au Midi Olympique, le joueur Francilien a concédé que la période de confinement en Australie a été longue à vivre.

Durant deux semaines, les joueurs Français ont dû rester dans un hôtel. Extrait:

« C’était long, hein… Tu fais vingt heures d’avion, t’es loin de chez toi et là, t’es obligé de passer deux semaines de ta vie dans un hôtel ! D’un autre côté, cela nous a aussi permis de créer des liens, de nous découvrir. »

Finalement, les joueurs ont appris à se connaître durant ce confinement et ont partagé des loisirs.

Un soulagement pour Ibrahim Diallo qui déteste la solitude. Extrait:

« On jouait aux cartes, on faisait des tournois de ping pong, on rigolait. De toute façon, je déteste la solitude et n’aurais pas pu passer deux semaines à regarder le plafond de ma chambre ou mater des séries sur Netflix. Je me serais tiré une balle. […] Au tennis de table, les grands maîtres étaient Louis Carbonel et Jérôme Garcès. Ils étaient quasiment intouchables. »

Publicité

5 Commentaires

  1. DedeLePremier 11 août 2021 à 10h- Répondre

    Carbonel champion au ping-pong, tient tient tient !

    Problème de préparation ?
    Il aime la musique petit Louis ?

    Pour les grincheux 😉

  2. belzebuth 11 août 2021 à 15h- Répondre

    plus moderne ce nouveau blog , j’aime bien

  3. Diabollo83 11 août 2021 à 17h- Répondre

    D’où le fait que PC ait retiré la table de ping-pong…

  4. Dranix 11 août 2021 à 18h- Répondre

    Mon commentaire a disparu pendant le lifting du blog…

    • Dranix 11 août 2021 à 18h- Répondre

      Visuel plus agréable et mieux adapté aux smartphones. Bien joué Dav’
      Cependant, c’est toujours le même logiciel de modération qui bloque de façon incongrue, comme le mot « b.l.o.g »