La crise à Bordeaux-Belges entre joueurs et Urios ? Le président Laurent Marti intervient

La crise à Bordeaux-Belges entre joueurs et Urios ? Le président Laurent Marti intervient

14 juin 2022 - 10:59

20 Commentaires

Publicité

Des tensions sont apparues dans le groupe Bordelais, il y a une dizaine de jours, à l’issue de la défaite de l’UBB sur la pelouse de Perpignan, dans le cadre de la 26ème et dernière journée de la phase régulière du Top 14.

Le manager Bordelais Christophe Urios n’a pas manqué de sévèrement recadrer ses joueurs.

Il a d’ailleurs refusé de leur adresser la parole la semaine dernière et a attendu jusqu’à vendredi pour réintégrer le groupe, leur reparler et les entrainer. Durant quatre jours, les Bordelais se sont pris en charge seuls donc.

Suite à la victoire remportée contre le Racing 92, les tensions semblent doucement s’apaiser, même si certaines déclarations étaient encore limites entre Christophe Urios et ses joueurs dimanche soir.

Interrogé via Sud-Ouest, le président de l’Union Bordeau-Bègles, Laurent Marti a fait un point sur la situation.

Il refuse d’évoquer une fracture entre Christophe Urios et ses joueurs. Extrait:

« Une fracture entre les joueurs et Christophe Uriso ? Non. Il y a tout simplement une situation liée au fait qu’on est dans le sport de haut niveau, le sport professionnel. À ce niveau, tu retrouves des hommes fiers, compétiteurs dans l’âme. Cela peut créer des petits dérapages. Cela ne me dérange pas. J’ai même envie de dire bien au contraire. Je ne pense pas qu’on puisse construire une histoire dans un contexte trop lisse. On sait que la dernière fois que ce club a été champion, c’est en 1991. Je n’ai pas le souvenir que c’était un groupe très lisse. Il devait y avoir quelques tensions mais elles n’étaient pas médiatisées comme maintenant.

Je suis sûr qu’il se passe la même chose ailleurs. Je ne pense pas que Ronan O’Gara soit un entraîneur lisse, je ne pense pas qu’Ugo Mola soit un entraîneur lisse. Je ne pense pas qu’ils aient des joueurs leaders lisses. Cela ne me dérange pas. Je le vois plutôt comme la force de caractère qui s’installe dans ce groupe. Elle est indispensable pour espérer continuer à haut niveau.

Moi, je suis plutôt dans la devise « On perd ensemble, on gagne ensemble ». Sur la durée d’une saison, il y a forcément des déceptions pour Christophe, pour le staff sur le comportement des joueurs. Tu attends les joueurs et ils ne sont pas là. À l’inverse, les joueurs peuvent être déçus par ce qu’un club peut leur proposer. On a tous des coups de mou. C’est pour ça que je pense qu’on a perdu ensemble contre Perpignan, et gagné ensemble contre le Racing 92. C’est tout ce qui m’intéresse. »

Selon lui, cette situation tendue est plutôt un avantage. Il s’explique. Extrait:

« Je la vois plus comme un avantage. Ce n’est rien. C’est déjà oublié. C’est lundi, il fait beau, on a vu une deuxième mi-temps fabuleuse dans une ambiance magique. Car le public a été extraordinaire ; certains m’ont dit que cela leur avait rappelé l’ambiance de Girondins – Juventus. Maintenant, on est tous focalisé sur la demi-finale contre Montpellier. Il n’y a que ça qui compte. Et je pense que ça va être compliqué. »

De son côté, Laurent Marti affirme avoir toujours été proche et respectueux de ses joueurs. Extrait:

« J’ai toujours été proche des joueurs et j’ai toujours été respectueux d’eux. Ils me le rendent. Sinon, je ne vois pas l’intérêt d’être président. Je mets un point d’honneur à laisser les clés à Christophe et à ne pas interférer. Ce qui ne m’empêche pour les plus jeunes ou ceux que je connais depuis plus longtemps de donner quelques conseils qui peuvent être pris pour des recadrages. Mais il n’y en a pas toujours besoin. Et puis encore une fois, si l’on ne veut avoir que des joueurs lisses, on n’ira pas très loin. »

Pour conclure, le président du club Bordelais indique que son équipe a simplement rempli l’objectif fixé en début de saison, à savoir une qualification pour les demi-finales du Top 14. Extrait:

« Dimanche soir, nous avons seulement rempli l’objectif que l’on s’était fixé. On a juste fait le boulot. Je m’explique : le groupe s’était fixé la qualification directe en demi-finale. On a rattrapé notre retard dû notamment à notre défaite à Perpignan. Il ne vous aura pas échappé que nous sommes inconstants, depuis plusieurs semaines. On restait sur neuf défaites en douze matchs. Nous souhaitons désormais écrire notre histoire. »

Publicité

20 Commentaires

  1. Publicité

  2. Romu83 14 juin 2022 at 11h- Répondre

    La crise à Bordeaux-Belges??? Beau lapsus!! 😀

    J'aime 10
    J'aime pas 2
  3. Bonnus2013 14 juin 2022 at 11h- Répondre

    Je suis effaré par ce discours. Il cite des entraineurs et des joueurs qui ne sont pas lisses mais eux, ne critiquent par leurs joueurs devant des caméras comme Urios. Aucune allusion à ce que je considère comme une faute professionnelle de la part d’ Urios. Bizarre aussi ses objectifs: la qualification directe alors qu’on a été demi-finaliste la saison passée!! si ça c’est de l’ambition faudra revoir le terme. Moi je crois que s’ils se font étendre contre l’équipe de PSA ( un autre grand ambitieux) il va y avoir du remu ménage dans le club. Des joueurs, qui eux sont plus ambitieux et veulent gagner des titres, vont se lâcher et ça risque de ronfler. Là on verra si Marty sait gérer.

    J'aime 12
    J'aime pas 24
    • MerciJojo63 14 juin 2022 at 13h- Répondre

      Bien d’accord avec toi Bonnus, il n’y a que Urios qui critique ses joueurs devant tout le monde.
      Et Marty dit: « Moi, je suis plutôt dans la devise « On perd ensemble, on gagne ensemble ». » Eh bien son entraîneur lui balance les joueurs…
      Aprés, c’est vrai qu’avec Urios c’est pas du tout du discours lisse… ce dont on peut parfois avoir marre aussi… ce sera quitte ou double: s’il gagne ce sera 1 génie, s’il perd…
      Moi j’ai déjà dit je n’aime pas trop sa com et son management mais bon, c’est vrai que sans lui ce serait un peu plus fade!

      J'aime 9
      J'aime pas 8
  4. Peyresblanques 14 juin 2022 at 11h- Répondre

    Un entraîneur au caractère fort, des joueurs idem, des personnalités qui se testent, c’est excellent pour qu’une équipe fonctionne. Cependant il ne faut pas trop jouer sur cet affrontement des égos, une fois ok mais plusieurs fois et c’est la crise!

    J'aime 16
  5. Fmayol83 14 juin 2022 at 11h- Répondre

    La fracture entre Urios et ses joueurs est flagrante.
    Qu un entraîneur ne soit pas lisse avec ses joueurs est une chose , la ça , s apparente plus en manque de respect.
    Je pense que Mr Urios a pris la grosse tête depuis pas mal de temps.
    Descendre de son petit nuage lui ferait sûrement un grand bien.
    C est certainement un bon entraîneur , mais au niveau management et communication , la , il y a du boulot

    J'aime 19
    J'aime pas 16
    • La Rafale 14 juin 2022 at 11h- Répondre

      Pourquoi c’est Urios qui aurait pris la grosse tête et pas les joueurs? Urios est à l’UBB comme il était à Oyonnax.Pourquoi Il aurait le droit de dire de ses leaders qu’ils ont bien joué mais pas qu’ils ont été nuls ? Peut être que le coach pense que pour être champion faut aussi mettre la tête dans la fosse et que personne n’est dispensé international ou pas.

      J'aime 24
      J'aime pas 6
      • Sylvestre Twester 14 juin 2022 at 13h- Répondre

        Qu’il recadre ses joueurs cela est normal, qu’il le fasse au travers de la presse demontre une erreur de management et un manque de respect envers ses joueurs. A chacun sa façon de croire que fouet ou discussion sont les mêmes choses. Je préfère discuter que d’utiliser le fouet, nous n’en sommes plus au temps des esclaves.

        J'aime 7
        J'aime pas 9
        • Loydmc 14 juin 2022 at 14h- Répondre

          Les joueurs n’entendaient petite être plus rien… Dans ce cas aux grands maux, les grands remèdes !
          La façon de faire de Christophe le rappelle la formation militaire.
          Tu sens un excellent groupée mais ça tire au flanc. Le formateur passe pour une pourriture mais sort le meilleur des hommes et reset le groupe.

          De plus, le public ne s’y est pas trompe, il n’y a que Max Lucu qui a été ovationné pas les 2 plus grosses « stars ».

        • Raffidinfluence 14 juin 2022 at 14h- Répondre

          Tout a fait. Peut on sérieusement reprocher à Woki d’avoir un coup de moins bien a la fin de saison alors que la mentalité du joueur est exceptionnelle. Attention parce qu’il va finir pas shooter la glacière.

          J'aime 6
          J'aime pas 4
  6. Bonnus2013 14 juin 2022 at 13h- Répondre

    Ah bon ? Marty delocalise L’UBB en Belgique. L’ Union Belge_Bruxelloise ou l’ Union Begles-Bruxelles. Bien vu c’est toujours l’ UBB. Ah ces correcteurs d’orthographe, c’est bien mais des fois……

    J'aime 5
    J'aime pas 1
    • Toutoune 14 juin 2022 at 15h- Répondre

      Comme quoi c’est media ils écrivent n’importe quoi, ils aiment la merde

      J'aime 5
      J'aime pas 4
  7. Php83 14 juin 2022 at 13h- Répondre

    Mon dieu , j’aime l’ensemble des commentaires mais l’ego de Mr Urios est sans limite … n’oubliez pas son comportement à son départ de Castres , pas de présence au BBQ avec les joueurs.. ce monsieur est devenu égocentrique et ne pense qu’à son image !!
    Vraiment un manque de classe et finesse…

    J'aime 5
    J'aime pas 3
    • Olivedups 15 juin 2022 at 09h- Répondre

      Quel est le problème en fait? Urios dit devant les caméras que tels et tels joueurs ont mal joué… c est ça le problème???
      Il me semble que l entraîneur à la légitimité de dire cela.
      La nouvelle génération adore les réseaux sociaux, pour se faire mousser mais ne supporte pas qu on leur dise qu’ils ont fait un mauvais match??? Des coups de pieds au cul ouiiii . Le lundi ça repart au boulot, ça s entraîne correctement est basta. Ils ont rectifié le tire c est parfait est professionnel, le reste c est du blabla de cours de récréation.

  8. Larade 14 juin 2022 at 14h- Répondre

    Dommage, dommage… Une bien belle équipe avec de très très bons joueurs ! Quand la mouïse s’installe c’est rarement de l’entière faute d’une seule partie, par contre c’est souvent rédhibitoire et le clash n’est pas loin avec des départs programmés, des mises au frigo ou des déclarations fracassantes qui précèdent tout ça… Toujours est-il qu’il reste une plaie plus ou moins ouverte dans l’égo de chacun même si d’apparence le calme est revenu. Je vois bien quelques  »pointures » quitter la chaloupe bordelaise sous peu…

    J'aime 3
    J'aime pas 3
    • Jotango 15 juin 2022 at 05h- Répondre

      Urios l’a annoncé depuis son arrivée à Bordeaux ;
      Il y aura de la joie, du sang et des larmes.Cet UBB me régale.

      J'aime 3
      J'aime pas 1
  9. Hieronymus 14 juin 2022 at 15h- Répondre

    A un m’ment donné, il faut pouvoir avoir un autre discours que de poser ses couilles sur le terrain !

  10. Franck 14 juin 2022 at 17h- Répondre

    D’ici qu’il y aille de sa baffe sur PSA, il n’y a pas loin !
    Lâcher ses joueurs 4 jours; du jamais vu.

    J'aime 3
    J'aime pas 3
  11. Mieston 14 juin 2022 at 18h- Répondre

    Vous savez ce que l’on dit , qui sème le vent , recolte la tempête, la je crois que bordeaux en traverse une belle

    J'aime 3
    J'aime pas 2
  12. Félix 14 juin 2022 at 20h- Répondre

    Il a été déçu par son groupe et ça l’a affecté .
    Il a créé un sentiment de révolte contre lui .
    Ces joueurs ont voulut lui montrer qui ils étaient . Les joueurs incriminés ont marqué et dans leurs célébrations il semblaient dire  » regarde si ont est pas la , ferme ta bouche maintenant . » Et Urios a réussi son coup . Pour cette fois après faudra trouver autre chose .

    J'aime 6
    J'aime pas 1
  13. Lextork 15 juin 2022 at 13h- Répondre

    On verra bien si le président le prendra toujours aussi bien quand Woki partira et que Jalibert fera une Carbo a cause de Furios…

  14. Publicité