L’agent Miguel Fernandez dévoile les quatre catégories des salaires des joueurs du Top 14

L’agent Miguel Fernandez dévoile les quatre catégories des salaires des joueurs du Top 14

2 septembre 2021 - 10:52

5 Commentaires

Publicité

L’agent de joueurs, Miguel Fernandez s’est longuement confié via « Poulain Raffûte », une émission diffusée sur Rugbyrama.

Ce-dernier a évoqué le sujet épineux des transferts des joueurs mais également les salaires des joueurs du Top 14.

Ainsi, Miguel Fernandez annonce l’existence d’une grille de salaires découpée en quatre catégories.

Dans la première catégorie, on retrouve les jeunes qui sortent du centre de formation. Dans le seconde catégorie, ce sont les joueurs qui effectuent un match sur trois ou quatre en moyenne. Dans la troisième catégorie se trouvent les joueurs de rotation qui effectuent un match sur deux. Dans la quatrième catégorie, on retrouve les joueurs incontournables, à savoir les titulaires en puissance.

Viennent ensuite les stars et les internationaux qui sont au sommet de la pyramide des salaires.

Miguel Fernandez dévoile les salaires que touchent ces joueurs en fonction des catégories. Extrait:

« Sur une grille de salaires d’un club, pour faire simple vous avez quatre catégories : vous avez les minots qui sortent du centre de formation. C’est entre 2 000 et 4 000 euros nets avant impôts. Ce sont les joueurs qui signent leur premier contrat professionnel. Ensuite, vous avez des joueurs qui suivent ceux du centre de formation et qui font une feuille de match sur trois ou quatre matches. Ces joueurs sont rémunérés entre 5 000 et 7 000 euros en Top 14. Ensuite, vous avez les joueurs de rotation qui font une feuille de match sur deux. On est sur un salaire entre 10 000 et 14 000 euros. Vous avez les joueurs incontournables : entre 15 000 et 25 000 euros. Et enfin, vous avez les internationaux et les stars. »

Il indique que les stars et les joueurs sortant du centre de formation sont les deux seules catégories de joueurs dont les salaires n’ont pas été impactés durant la crise. Extrait:

« Et en réalité, les stars et les jeunes sortis du centre de formation sont les seuls joueurs n’ayant pas vu leurs salaires êtres impactés par la crise sanitaire. Tous les autres ont vu leurs salaires être compressés en moyenne de 20%. Un joueur de Top 14 qui joue ses 20 matches par an et qui touchait 15 000 euros, on va lui proposer un contrat de 12 000 euros. Pas parce qu’il est moins bon mais parce que l’économie fait qu’aujourd’hui c’est plus compliqué. Le salaire moyen en Top 14 aujourd’hui, c’est 14 ou 15 000 euros. »

Pour conclure, Miguel Fernandez explique pourquoi le marché des transferts ne s’est pas véritablement emballé cet été. Extrait:

« Il y a eu moins de mutations cet été car les joueurs et leur entourage ont compris que c’était une période compliquée, que l’herbe n’était pas forcément plus verte ailleurs. Ils vont donc s’assurer des contrats qui vont les amener sur deux ou trois ans, le temps que cette crise soit derrière nous. Le deuxième phénomène c’est la Coupe du monde. Les internationaux sont plutôt calmes jusqu’à la Coupe du monde. C’est après la Coupe du monde que ça peut évoluer, que ce soit en France ou à l’étranger. Il y a un effet booster de Coupe du monde car la planète du sport a les yeux braqués sur le rugby et tu as un effet booster sur les salaires. Les plus grosses évolutions salariales sont post Coupe du monde. C’est un double phénomène. »

Publicité

5 Commentaires

  1. Publicité

  2. Trompette 2 septembre 2021 at 13h- Répondre

    Kolbe a marqué 2,09 points par match au ST
    Villière a marqué 2,14 points par match au RCT

    à performance équivalente, pas sûr qu’il y a salaire équivalent, hein…

    J'aime 5
    J'aime pas 3
  3. Romain 2 septembre 2021 at 14h- Répondre

    L’ère des stats c’est pour les rugbymen Windows de derrière les claviers : on ne juge pas une performance aux points marqués !

    Celui qui aplatit en bout de ligne pour concrétiser le surnombre créé collectivement n’a souvent pour mérite que d’être là !

    J'aime 11
    • Trompette 2 septembre 2021 at 16h- Répondre

      si c’était le cas, on mettrait n’importe qui en 11 et 14…

      J'aime 1
      J'aime pas 2
  4. D'énormes dépenses 3 septembre 2021 at 15h- Répondre

    Très intéressant cette information !

  5. Catherine 8 septembre 2021 at 01h- Répondre

    Et les filles médaillées olympiques en rugby à 7: on en parle de leur salaire?

  6. Publicité