Le départ de Cameron Woki de l’UBB était inéluctable !

Le départ de Cameron Woki de l’UBB était inéluctable !

6 juillet 2022 - 22:00

8 Commentaires

Publicité

L’information a été officialisée cette semaine : le deuxième ou troisième ligne Cameron Woki va quitter l’Union Bordeaux-Bègles un an avant le terme de son contrat afin de rejoindre le Racing 92.

C’est mardi en fin de matinée que le Racing 92 a enfin officialisé la nouvelle. Celle-ci avait fuité en fin de semaine dernière.

Que Cameron Woki quitte l’UBB n’est pas une surprise puisque le joueur avait déjà refusé une première offre émise par les dirigeants Bordelais. La surprise, c’est de le voir partir dès cet été, soit un an avant la fin de son contrat.

Selon les informations du journal L’équipe, Cameron Woki avait une forte envie de revenir en région Parisienne afin de se rapprocher de ses proches et de sa compagne. Deux clubs se sont alors rapidement positionnés : le Stade-Français Paris et le Racing 92.

On pouvait penser que la prolongation de contrat de l’un de ses meilleurs amis, à savoir Matthieu Jalibert, pouvait convaincre Cameron Woki de faire de même. Mais non.

Lors de son retour d’équipe de France à l’issue du Grand Chelem, des tensions sont apparues entre Cameron Woki et son manager Christophe Urios. Celle-ci ont continué de croitre jusqu’à cette défaite concédée sur la pelouse de Perpignan à l’occasion de la dernière journée de Top 14.

Marqueur lors du barrage de Top 14 remporté contre le Racing 92, Cameron Woki avait célébré son essai avec son index positionné sur sa bouche comme pour demander à son manager de se taire et d’arrêter les critiques.

A l’issue de la rencontre, Christophe Urios n’hésitait pas à tacler une nouvelle fois son joueur suite à cette célébration. Extrait:

« Le geste de Cameron, je ne l’ai pas vu. Qu’il continue de marquer des essais. J’aurais préféré qu’il le fasse à Perpignan, mais il ne l’a pas fait. Le patron, c’est moi. Quand je décide de parler, je parle. Celui qui n’est pas content, il reste sur le côté. »

Et c’est justement ce qu’a décidé de faire Cameron Woki. Lassé par le management prôné par Christophe Urios, l’international Français a décidé de claquer la porte.

Le Racing 92 a donc passé la vitesse supérieure dans la foulée et le président Bordelais Laurent Marti décidait de ne pas retenir son joueur qui souhaitait réellement partir.

Après les départs de Roumat, Lam, Paiva, Seuteni, Picamoles et Trinh-Duc, l’UBB perd un nouvel homme fort.

Pour l’heure, Laurent Marti et Christophe Urios n’ont pas souhaité s’exprimer sur ce départ soudain. Ces-derniers lui cherchent actuellement un remplaçant.

Du côté du Racing 92, on a dû faire de la place pour accueillir Cameron Woki. C’est pour cette raison que Baptiste Pesenti et Luke Jones vont quitter le club dès cet été, sans quoi l’arrivée de Cameron Woki n’aurait pas été possible vis-à-vis du Salary Cap.

De son côté, le manager Francilien Laurent Travers a exprimé sa satisfaction. Extrait:

« Nous connaissons tous le talent de Cameron Woki. Il est capable de jouer à plusieurs postes, 4, 6, 7 et 8. Un peu comme Bernard Le Roux ou Boris Palu. Il a également pris en maturité grâce à son expérience à Bordeaux et en équipe de France. Cameron va nous apporter sur le jeu d’avant, en touche. Il peut enfin être leader. »

Voilà la fin d’un feuilleton.

Publicité

8 Commentaires

  1. Publicité

  2. Raffidinfluence 7 juillet 2022 at 07h- Répondre

    Non c’est pas la fin d’un feuilleton. On peut en augurer la poursuite avec les déclarations de Paeva dans rugby Scapulaire. Très intéressant sur le management de Furios qui fait le contraire de ce qu’il dit.

  3. Raffidinfluence 7 juillet 2022 at 07h- Répondre

    On peut lire dans rugby Scapulaire les raisons du départ de T Paeva qui décrit avec pas mal d’humour ses relations avec Furios.

    • Don Juan 7 juillet 2022 at 08h- Répondre

      Avec Urios c’est plutôt l’air du scalp.

  4. whitefern 7 juillet 2022 at 08h- Répondre

    Allez c’est tellement bon de taper sur Urios, ce mec tellement critiqué a une qualité rare , se foutre complètement du vent médiatique et du qu’en dira -t’on!!
    Ce n’est pas lui qui se laissera influencer par un gamin à l’égo sur-dimensionné et c’est une bonne chose car le rugby se footballise de plus en plus…

    J'aime 12
    J'aime pas 3
    • ralax31 7 juillet 2022 at 08h- Répondre

      je dirai plutôt l’inverse, il a tout compris au vent médiatique: il fait le buzz à chaque interview et est devenu consultant sur rmc…. Pour un type qui se désintéresse des medias….

      Quant à l’ego de woki, je demande à voir. Ce n’est pas lui qui a tiré le premier.

      J'aime 5
      J'aime pas 2
    • Raffidinfluence 7 juillet 2022 at 12h- Répondre

      Sauf que l’ubb a perdu woki, Seuteni, Paeva, ben lam et je pense que cela ne va pas s’arrêter là. Mais puisqu’il en a rien a foutre tout va bien.

      J'aime 1
      J'aime pas 1
    • Raffidinfluence 7 juillet 2022 at 13h- Répondre

      Jusqu’à présent c’est lui qui tape sur les autres et qui dévalorise l’image du rugby en le footballisant. Oui Urios n’est pas un exemple mais une espèce d’hooligan entraîneur. On peut chercher mais j’ai jamais vu un entraîneur étranger a fortiori de bon niveau se comporter comme lui vis a vis de ses pairs. Il a pris le cigare et aujourd’hui il atteint ses limites.

      J'aime 2
      J'aime pas 3
    • Bonnus2013 7 juillet 2022 at 14h- Répondre

      T’es à côté de la plaque, celui qui a le plus gros melon c’est Urios qui se la pète en conf de presse. Quand ton manager dit de toi « il se chie dessus » devant les médias ne pas accepter ça est tout à fait normal pour tout homme qui se respecte. Toi bien sûr à sa place tu te serais couché….

  5. Publicité