Le RCT parie sur la finale

Le RCT parie sur la finale

27 avril 2012 - 11:59

Publicité

Pour la première fois de l’histoire, le dernier carré du Challenge européen est 100 % tricolore. Ce qui n’empêche pas le RCT de rêver d’une finale contre le vainqueur de Biarritz-Brive.

À quatre-vingts minutes d’une finale : voilà ce qui attend le RCT, si d’aventure, il parvenait, ce soir, à écarter de sa route le Stade Français.

Les Toulonnais ont largement les moyens de participer à leur deuxième finale de Challenge européen après celle de 2010. Tout un groupe est animé par cette même envie, le capitaine Van Niekerk en tête : « Ce rendez-vous est exceptionnel. Magique ! Ces matchs éliminatoires, ils sont faits pour être gagnés », dit-il, sourire aux lèvres.

Les Toulonnais qui ont terminé sur les talons contre Castres après une rude semaine de travail ont rechargé les accus pour ce rendez-vous européen.

Pour Alexis Palisson, la fatigue effacée, jouer sur les deux tableaux n’est pas un problème. Au contraire !

Et d’affirmer sans sourciller : « On a les armes pour remporter les deux titres. On est tous déterminés à aller le plus loin possible ».

Quant à Bernard Laporte, il se réjouit de prendre part à cette compétition. « Les matchs éliminatoires ont une saveur à part. Ce challenge européen a un parfum particulier même si dans ces confrontations franco-françaises, il y en a un peu moins. »

Et de replacer le match dans son contexte : « Dans ces matchs couperets, la ferveur est différente. La pression monte. On commence à voir la fin du tunnel. Et en pareil cas, on veut voir le jour ».

En grand.

Voir Twickenham… et mourir

Tous les Toulonnais ont les yeux rivés vers le « Twickenham Stoop » dans trois semaines. Ils savent que ça passe par une copie irréprochable à rendre face au Stade Français.

Les Parisiens, qui jouent un match capital au Stade de France la semaine prochaine contre le Racing-Métro ont, pour l’occasion, laisser du monde sur la touche.

Ainsi Contepomi, diminué ne sera pas de la fête, de même que Szarzewski, Roncero ou encore Papé. Par ailleurs, Parisse ou encore Dupuy sont, quant à eux, sur le banc des remplaçants.

Face à cette formation de la capitale amputée de quelques-uns de ses meilleurs éléments, Toulon a sorti l’artillerie lourde pour faire pencher la balance du bon côté, avec quatre joueurs du cinq de devant tout frais.

Solidarité, sérieux, constance, lucidité et réalisme seront autant d’éléments dont devront faire preuve quatre-vingts minutes de rang les Rouge et Noir s’ils espèrent revivre une finale du Challenge européen.

Source: varmatin.com

Publicité

  1. Jean-no 27 avril 2012 à 13h

    Euh, me semble que c'est la 3ème fois que les francais trust les 4 places.

    Après, faut arrêter de faire sa toulousaine en se voyant beau et fort avant chaque match. On pourra se la péter ce soir à 22h30

Comments are closed.