Les confidences d’Eben Etzebeth sur les accusations qui lui ont été portées en Afrique du Sud

Les confidences d’Eben Etzebeth sur les accusations qui lui ont été portées en Afrique du Sud

22 juillet 2020 - 18:01

7 Commentaires

Publicité

Le deuxième ligne du Rugby Club Toulonnais, Eben Etzebeth a été accusé d’avoir insulté un sans-domicile fixe puis d’avoir pointé une arme
à feu sur lui au mois d’août 2019, soit un mois avant la Coupe du monde au Japon.

Rapidement, les médias ont pointé du doigt le joueur des Springboks.

Interrogé à ce sujet dans les colonnes du Midi Olympique, le joueur du XV de la Rade réfute tous les faits qui lui sont reprochés. Il l’affirme : ce sont des inepties.

Il précise qu’à l’issue de la Coupe du monde au Japon, plus personne n’a parlé de cette affaire.

Il espère un joueur connaître la vérité sur cette campagne de déstabilisation. Extrait:

« Si cette histoire était vraie, je serais aujourd’hui en prison. Ce sont des inepties. Je ne sais pas pourquoi ces gens-là s’en sont pris à moi. Tout ça est très bizarre, en fait. Pendant la Coupe du monde, ceux qui m’accusaient voulaient que je revienne au pays pour m’expliquer. Et une fois que la Coupe du monde s’est terminée, je n’ai plus entendu parler de rien. C’est comme si cette histoire n’avait jamais existé, en fait. C’est très étrange. Je ne sais pas quelles sont les motivations des uns et des autres. Mais un jour, je saurai la vérité. »

Où en est aujourd’hui l’affaire ? Lui-même ne le sait pas. Extrait:

« Je ne sais pas. Je devrais peut-être poser la question à mon avocat. (il soupire) Quand il se produit un incident comme celui dont on m’accuse, il y a toujours des photos, des vidéos pour en attester. Les gens filment tout avec leurs téléphones de nos jours ! Y a-t-il eu des photos ou des vidéos de moi en train de maltraiter un homme ? Aucune. Parce qu’il ne s’est absolument rien passé. J’aime les gens. Je ne fais pas ce genre de choses. Je n’ai pas été éduqué ainsi. »

Pour conclure, Eben Etzebeth affirme que cette affaire ne l’a pas déstabilisé dans sa préparation du Mondial. Extrait:

« Au début de la compétition, Rassie Erasmus m’a pris à part et m’a demandé ce qu’il en était réellement. Je lui ai expliqué ma version des faits, il m’a cru et n’est plus jamais revenu dessus. Si j’ai pu disputer le Mondial à peu près normalement, c’est grâce à la confiance qu’il m’a accordée. »

Publicité

7 Commentaires

  1. Publicité

  2. Captspaulding83 22 juillet 2020 at 18h- Répondre

    Tant que les médias peuvent se payer un blanc ils y foncent sans vergogne 🙂
    Nous en France les médias déballent le tapis rouge a une famille de délinquants et on fait même des manifs et des fresques pour un violeur ..oups

  3. Batigol 22 juillet 2020 at 18h- Répondre

    Un peu hors sujet l’ami… mais malheureusement pas vraiment faux ce que tu dis.

    • Captspaulding83 22 juillet 2020 at 21h- Répondre

      Je faisais référence parce que le clochard est…noir et quand ce fait est tombé nombreux de « blogueurs » voir mêmes les journalistes lui ont tombés dessus en le ,bien évidemment, traitant de raciste et on parlait même de le virer de la sélection voir du RCT .

  4. marc83136 22 juillet 2020 at 18h- Répondre

    Dire du mal d’une personne même si cela est faux il en reste toujours quelque chose. Il y a toujours des personnes malsaines.

    • RAPIDO 22 juillet 2020 at 19h- Répondre

      c’est un peu comme sur le blog avec les pour et les contre …de quoi à la fin plus personne ne s’en souvient mais on continue quand meme à s’insulter ..mais le cas de notre sudaf me fait penser aux personnes qui sautent sur les capots de voiture pour prendre de la monnaie avec la complicité des forces de l’ordre (du vécu bien sur …je ne rapporte jamais de conneries)

  5. Groule 22 juillet 2020 at 21h- Répondre

    Etzebeth innocent, Dominici coupable!

  6. raymond 23 juillet 2020 at 18h- Répondre

    Dans chaque affaire, il y a toujours des cons pour attiser et faire du mal !

  7. Publicité