Les joueurs du Stade-Français choqués : « La cheffe de cabine avait les larmes aux yeux ! »

Les joueurs du Stade-Français choqués : « La cheffe de cabine avait les larmes aux yeux ! »

14 mai 2024 - 19:11

10 Commentaires

Publicité

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) a annoncé ce mardi avoir ouvert une enquête pour faire la lumière sur l’atterrissage en urgence de l’avion qui transportait l’équipe de rugby du Stade français à Toulouse, dimanche.

Une gigantesque frayeur pour l’équipe de rugby du Stade Français, mais plus de peur que de mal à l’arrivée. Samedi, l’avion de l’équipe francilienne – un Embraer 170 affreté par la filiale Air France HOP -, a connu un atterrissage mouvementé à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, avant son match contre le Stade toulousain, lors de la 23e journée du Top 14.

Ce mardi, le Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) a annoncé l’ouverture d’une enquête pour comprendre les raisons de cet imprévu. Le BEA se penche sur une « anomalie sur l’indicateur de position du train d’atterrissage », comme il l’indique dans un post sur le réseau social X.

Incapable d’atterrir, l’engin, qui transportait 53 passagers et quatre embres de l’équipage, a dû faire une boucle supplémentaire avant de procéder à un atterrissage d’urgence, racontent plusieurs médias. « C’était impressionnant: on te dit qu’il y a un problème avec un train d’atterrissage, tu penses à plein de choses… », a glissé un membre du club parisien à l’AFP.

Interrogé via Actu Rugby, le directeur du rugby du Stade-Français, Laurent Labit a raconté. Extrait:

« On a bien entendu des bruits anormaux mais cela ne nous a pas inquiété plus que ça au début. Par contre, quand le pilote a remis les gaz alors que nous étions en phase descendante, qu’on est remontés et que l’avion a fait un virage, là, on s’est dit qu’il y avait un souci et qu’il avait peut-être raté la piste. »

Au moment d’activer la procédure d’atterrissage d’urgence, le commandant de bord demande à l’équipage de prévenir les voyageurs de la situation.

Des joueurs racontent que la cheffe de cabine avait les larmes aux yeux. Extrait:

« Elle était un peu loin de nous donc on n’entendait pas bien ce qu’elle disait mais on voyait bien son visage changer d’expression.

Dans ces moments-là tu te dis que l’équipage est censé te rassurer mais c’était de pire en pire à chaque fois qu’elle s’adressait aux passagers. Quand tu vois la cheffe de cabine avec les larmes aux yeux, tu commences à t’imaginer des trucs vraiment pas cool. 

 Juste avant d’atterrir, le pilote annonce ‘impact’, ce qui n’est pas des plus rassurants. »

Les joueurs Parisiens ont ensuite été bloqués pendant une heure dans l’appareil avant de pouvoir quitter l’avion et rejoindre leur hôtel.

Malheureusement, le cauchemar s’est poursuivi à Ernest-Wallon pour le Stade-Français avec une lourde défaite contre Toulouse.

Publicité

10 Commentaires

  1. Trinita 14 mai 2024 at 19h- Répondre

    Que toutes les langues de .utes (et dieu sait qu’il y a du boulot ici) s’excusent auprès de notre commentateur préféré.

    J'aime 16
    J'aime pas 17
    • Larrade 15 mai 2024 at 08h- Répondre

      J’espère que tous les dégourdis qui ont fustigé Bayle hier sur ce bl.og lui feront des ex.cuses. Quand je disais qu’il fallait être mesurés sur les infos et que Bayle devait détenir des éléments probants ! La h.aine du ST av.eugle certains ici

      J'aime 9
      J'aime pas 4
  2. Ernest Wallon 14 mai 2024 at 20h- Répondre

    Bien sûr qu’il y a eu un problème, il y avait une pièce du train d’atterrissage qui menaçait de casser et qui heureusement a tenu sinon ça risquait d’être plus grave. Bayle n’a pas rac.onté de c………, mais la Dépêche a voulu éviter de faire une mauvaise pub à la cie nationale. Donc que ceux qui ont insulté Bayle s’excusent. Mais ça m’étonnerait qu’il y en ait beaucoup, ils sont trop lâches et leur melon les en empêche.

    J'aime 2
    J'aime pas 3
    • LLOYD 15 mai 2024 at 15h- Répondre

      En fait il n’y avait qu’un problème de voyant qui ne s’était pas allumé et qui a donc donné une fausse indication aux pilotes ….ça arrive parfois .
      Moralité pour se rendre à Toulouse , il vaut mieux un Airbus qu’un Embraer .
      (un ex aviateur)

  3. Le+Mouliennon 14 mai 2024 at 20h- Répondre

    Faites pas le coup à Pierrot ! Il risque de faire une crise cardiaque.

    J'aime 12
  4. Toulousela 15 mai 2024 at 06h- Répondre

    Comme quoi, ce n´était pas si anodin que ça…. Après, La cheffe de cabine devrait revoir sa communication et apprendre à gérer ses émotions…

  5. hannibal 15 mai 2024 at 07h- Répondre

    ah oui tous ceux qui ont bavé sur Bayle !!!! Bah ils trouveront bien une pirouette pour s’en sortir. A vos clavier les Baylebashing, en attendant je bois du petit lait !

    J'aime 6
    J'aime pas 4
    • Jojo83 15 mai 2024 at 07h- Répondre

      T’appelle ça tu petit lait ?
      Arrête de sucer Bayle 😉

      J'aime 4
      J'aime pas 6
      • lambert 15 mai 2024 at 08h- Répondre

        commentaire d’imbécile….!!!!!!!!

        J'aime 4
        J'aime pas 2
  6. PatCracker 15 mai 2024 at 10h- Répondre

    Quand tu es pax dans un avion ou hélicoptère et que le pilote dit de se mettre en position de crash, peu de monde fait la fête à ce moment là.
    Et même si tu t’es entrainé à avoir un accident d’hélico comme on le faisait dans le temps avec la grue de la base aéronavale de St Mandrier, dans une maquette d’hélicoptère (baptisée la gloute) qu’on descendait dans l’eau alors personnel sanglé dedans, il fallait attendre que le largueur à la porte donne l’ordre de sortir dans l’ordre numéroté pour ne pas se faire découper par les pales tournant encore, et bien même à l’entrainement c’est long.
    Alors rien que d’y penser, il ne vaut mieux pas l’envisager, car là on sait comment la plupart du temps ça se termine.