L’USAP peut-elle se qualifier en phase finale ? La réaction très directe de Franck Azéma !

L’USAP peut-elle se qualifier en phase finale ? La réaction très directe de Franck Azéma !

12 avril 2024 - 1:07

7 Commentaires

Publicité

Le manager de l’USAP, Franck Azéma s’est longuement confié dans les colonnes du Midi Olympique.

Dans un premier temps, le technicien explique pourquoi son équipe est en train de réussir sa mission qui est de se maintenir en Top 14. Extrait:

C’est le fruit de l’investissement des joueurs. Nous voulons performer en proposant du beau rugby pour poser des problèmes à nos adversaires, tous les week-ends. Puis, quand on maîtrise notre jeu, la qualité est au rendez-vous et ce que l’on met en place y contribue fortement.

Il explique comment son équipe a gravi les échelons petit à petit. Extrait:

Les garçons ont cru au projet. Si, à l’époque, il y avait beaucoup de frustration, on se devait de monter notre exigence physique ainsi que nos contenus d’entraînements. Ne pas faire dans le « moyen ». Ce qu’il y a de bien dans ce groupe, c’est qu’il se fixe toujours des challenges. Il est comme une éponge et il se nourrit de toutes les bonnes choses pour progresser. Cela nécessite du temps, même si celui-ci n’est pas trop notre allié.

Les joueurs qui étaient présents avant mon passage ont été éduqués d’une manière qui me correspond. Il y a eu un équilibre entre nous et cela permet notre fonctionnement aujourd’hui.

Il affirme s’être adapté au groupe Perpignanais lors de son arrivée. Extrait:

C’était à moi de m’adapter à eux, pas le contraire. Il n’y avait pas de secteur plus défaillant que les autres. Mon désir était de hisser le curseur un peu partout, sur toutes les facettes de nos lancements comme sur la façon de faire de la musculation ou de récupérer.

La nutrition ne doit pas être prise à la légère. On n’a pas besoin d’être dans le superflu également. L’envie d’être précis dans l’essentiel, c’est important au quotidien.

Il ne veut perdre aucun joueur en route et souhaite que tout le monde reste impliqué à 100% dans le projet. Extrait:

Ce qui m’intéresse, c’est l’osmose que l’on crée tous ensemble. Je ne veux perdre personne dans ce voyage, que tout le monde soit impliqué. Certains ont moins de temps de jeu mais tant qu’ils continueront à travailler, ils seront récompensés.

Dans la foulée, il révèle le type de jeu qu’il souhaite mettre en place à l’USAP. Extrait:

J’aime le jeu rythmé. Tu prends du plaisir au rugby quand tu mets en permanence la pression sur ton adversaire, avec ou sans le ballon. Je cherche donc toujours comment exprimer notre identité et notre culture à travers cela. Puis il est important d’avoir une complicité avec les Dragons Catalans, qui peuvent nous apporter sur leur façon d’aborder les choses.

Il l’affirme : l’USAP n’a pas le droit de se tromper sur ses choix. Extrait:

Si on a envie de construire, ce n’est pas pour être moyens. La route est encore longue, on va d’abord essayer de pérenniser le club en Top 14. On n’a pas le droit de se tromper, ni sur le recrutement, ni sur nos choix.

Aussi, Franck Azéma dévoile les postes encore recherchés par les dirigeants de l’USAP pour les saisons à venir. Extrait:

Je regarde avec l’ensemble du staff le poste de demi de mêlée, un joueur des lignes arrière capable de jouer dans le triangle offensif, un deuxième ligne qui peut jouer 4 ou 5 et peut-être un troisième ligne.

Il l’affirme haut et fort : l’objectif de l’USAP, c’est le maintien et pas le top 6. Extrait:

Franchement, on n’invente rien d’extraordinaire mais on se définit des objectifs. Perpignan réfléchit à se maintenir et on se prépare à recevoir une belle équipe de Lyon. On verra sur quoi on se projette mais quand j’entends parler de phase finale, c’est du cirque.

Questionné sur la grosse ferveur autour du club avec notamment un enchaînement de matches à guichets fermés, il se dit très fier. Extrait:

C’est de la fierté. C’est pour cela que l’on fait ce sport, qui réunit tous ces gens. Ce qui fait plaisir, quand nous étions dans le dur, c’est que les gens sentaient qu’on donnait tout. Cette ferveur exceptionnelle donne un supplément d’âme incontestable.

Lié avec l’USAP jusqu’au mois de juin 2026, Franck Azéma refuse de se projeter trop loin. Il explique pourquoi. Extrait:

Honnêtement, quand j’entends des plans sur plusieurs années… Non, je crois qu’il faut préparer le long terme avec les jeunes et la formation. La stabilité, nous l’aurons ainsi, avec un socle solide. Mais, personnellement, je n’ai pas un métier qui permet de réfléchir à très long terme. Mon plaisir, c’est d’être chez moi, avec ma famille. Ce n’est pas faire du cinéma.

Il a ensuite parlé de son départ de Toulon. Il se sentait très bien au sein du RCT. Extrait:

On s’appelle pratiquement toutes les semaines avec Pierre. Ce furent 18 mois extraordinaires, là-bas. J’étais parti pour rester un long bail, et c’est aussi pour cela que je dis que, dans mon métier, on ne peut jamais savoir. J’étais bien à Toulon et j’ai beaucoup appris avec eux.

Lorsque le journaliste lui demande s’il pourrait rejoindre le staff de l’équipe de France si on faisait appel à lui, Franck Azéma confirme qu’il y réfléchirait sérieusement. Extrait:

C’est dur d’y répondre comme ça, les résultats que l’on obtient y jouent forcément. Si un jour cela se représente, j’y réfléchirai, c’est certain, selon le contexte. Mais je ne me lève pas le matin en pensant au XV de France. Je me concentre sur comment faire gagner l’Usap.

Publicité

7 Commentaires