Maxime Lucu : « Je suis arrivé à Bordeaux en sachant que Christophe Urios ne me voulait pas forcément »

Maxime Lucu : « Je suis arrivé à Bordeaux en sachant que Christophe Urios ne me voulait pas forcément »

21 janvier 2023 - 14:23

3 Commentaires

Publicité

Le demi-de-mêlée de l’Union Bordeaux-Bègles, Maxime Lucu s’est confié via RMC Sport pour évoquer sa saison.

Il est dans un premier temps revenu sur sa saison avec l’Union Bordeaux-Bègles.

Il l’affirme : cette saison ne doit pas du tout être une saison de transition pour l’UBB. Extrait:

« Un changement de staff ce n’est jamais évident de basculer mais la confiance que le groupe avait en lui et les bonnes relations avec le staff ont fait qu’on est repartis sur des choses plus simples.

Il est hors de question de parler de saison de transition. Il reste huit mois, c’est long. Si tu lâches, tu ne progresses pas du tout et ça te dégoûte du rugby. Il fallait reprendre les choses en main, croire en nous, se dire les choses. On avait besoin que les leaders prennent les choses en main, ce qu’on n’arrivait pas trop à faire. Cette 11e place a fait qu’on a eu cet esprit de révolte. On s’est plus imprégné du projet pour aider le staff en place. Il fallait aussi que je prenne le leadership en tant que demi de mêlée. Cet instinct de compétiteur, voir Bordeaux 11e, m’a touché, je voulais qu’on retrouve notre place. »

Dans la foulée, il affirme que son expérience avec le XV de France lui a fait énormément de bien. Extrait:

« Ça m’a fait du bien en tant qu’homme. Les responsabilités qu’on a en équipe nationale, savoir qu’on est plus regardé, ça change. Le rôle de finisseur en Bleu est très important, ça te fait progresser comme joueur et dans ta façon de voir les choses. C’est un rôle que je n’avais pas forcément à Bordeaux. Quand tu es remplaçant tu es souvent frustré mais avec le rugby moderne on sait que c’est capital. Je me sens beaucoup mieux, plus légitime désormais que quand j’étais convoqué par le passé. Dans ma qualité de joueur, dans l’analyse des matchs, je suis meilleur depuis que je porte ce maillot. Ça me fait du bien et j’essaie d’apporter tout ça à Bordeaux.

Le fait de battre l’Afrique du Sud lorsque je rentre après le carton rouge d’Antoine (Dupont), ma première titularisation contre le Japon (hors tournée estivale) où on fait un match très sérieux, ces moments ont donné plus de confiance au staff pour m’utiliser. Ça montre qu’on a tous un rôle important dans cette équipe quels que soient les absents. Il y a eu beaucoup de blessés en novembre et à chaque fois les gars qui sont rentrés ont apporté à l’équipe. Le travail qui est fait en amont est important, le staff sait nous mettre en confiance. Je me sens légitime désormais, ce qui n’était pas le cas quand je suis arrivé en Bleu au début.

Ta place est en jeu à chaque instant que tu manques avec l’équipe de France. Personne n’est légitime en Bleu. Beaucoup de joueurs émergent chaque année et on sait que quand on loupe un évènement, on peut perdre notre place. C’est ce qui est bien pour l’équipe aussi. Peu importe les absents, les entrants amènent une plus-value et font que les résultats sont en croissance depuis trois ans. Il faut voir ce côté positif mais quand tu es blessé, à titre personnel, tu te poses des questions pour la suite. Est-ce que la Coupe du monde va nous passer sous le nez ? Mais ce n’est pas encore d’actualité. Il faut revenir au mieux, montrer qu’on est là. Le staff fera ses choix mais c’est plutôt de se dire qu’il y a autant de concurrence. »

Il ne pensais pas être appelé avec les Bleus lors de son arrivée à l’UBB. Extrait:

« Je suis arrivé à Bordeaux très timidement, je ne me voyais pas être appelé six mois après avec les Bleus. J’ai été très surpris. C’est là où je ne me disais pas légitime. Mais je crois en moi sur le terrain et je donne tout à tous les matchs, je me suis donné les moyens de progresser. Goûter de plus en plus à l’équipe de France m’a donné envie d’y croire. Quand j’ai été 24e homme au pays de Galles, je m’étais promis de jouer en Bleu. Etre en préparation, dans l’effectif de la sélection à huit mois d’une Coupe du monde, jamais je n’y aurais cru. Avant, je regardais la Coupe du monde avec les copains dans des bars. Si je peux leur permettre de vivre ça depuis les tribunes, ce serait top mais le chemin est encore long. C’est vrai que mon évolution a été très rapide, je ne suis arrivé qu’à 27 ans dans le très haut niveau. »

Actuellement blessé, Maxime Lucu va manquer le Tournoi des Six-Nations, du moins le début. Mais il croit énormément aux chances du XV de France. Extrait:

« Je pense qu’elle est capable de challenger le tournoi, oui. Il y a trois déplacements, notamment en Irlande qui, à part une défaite contre nous, a tout gagné. Il y a ce déplacement en Angleterre qui va être costaud. Les matchs vont être importants, les équipes vont se jauger pour la Coupe du monde, il y a énormément de changements. La préparation commence à partir de ce tournoi mais à chaque fois que je vais dans cette équipe, on sent qu’on a de la confiance. On ne va pas dire que rien ne peut nous arriver mais la confiance entraine quelque chose de positif autour du groupe et ça travaille très bien. Les gros vont vouloir nous faire tomber. L’Irlande va jauger notre début de tournoi et nous montrer où on en est. »

Pour conclure, Maxime Lucu l’affirme : Christophe Urios ne souhaitait pas forcément de lui lorsqu’il est arrivé à Bordeaux. Extrait:

« J’ai toujours été au pied du mur. Je n’étais jamais le premier choix de mes entraîneurs. A Biarritz on m’a dit que je ne jouerai pas sauf s’il y a des blessés. Je suis arrivé à Bordeaux en sachant que Christophe Urios ne me voulait pas forcément. On me disait que je n’allais pas jouer, que j’allais redescendre en Pro D2. J’ai toujours refusé ça en me disant: « Je peux jouer. Je vais montrer que je peux le faire. » A chaque fois que j’ai eu des défis comme ça, j’ai toujours réussi à les relever. Ça me pique dans mon orgueil. Beaucoup me disaient que l’équipe de France, c’était impossible. J’ai voulu montrer l’inverse en portant le maillot. J’essaie d’avoir de l’abnégation pour attraper tout ce que je peux, profiter de tout ce que je peux. J’ai de la chance de faire ce sport et quand il y a un défi, j’essaie de le relever. Depuis que je joue au rugby c’est comme ça. »

Publicité

3 Commentaires

  1. Publicité

  2. Flat6 21 janvier 2023 at 15h- Répondre

    Foutez la paix à urios !!, c est emmerdant un mec qui mets les joueurs archi gâtes au pied du mur hein ? Ceci dit c est pas près d arriver à Toulon , nos sénateurs peuvent continuer à roupiller tranquilles !! 😂😂

    J'aime 11
    J'aime pas 8
  3. Danslaverte 21 janvier 2023 at 15h- Répondre

    Certains doivent des apnées du sommeil vu comment ils sont fatigués sur le terrain

    J'aime 4
    J'aime pas 3
  4. NANOU 22 janvier 2023 at 14h- Répondre

    Il faut que les rugbymen arrêtent de se regarder le nombril, et qu’ils canalisées leur mental sur le jeu. Il y a assez des footeux qui se prennent la grosse tête. Le rugby était un sport propre et bon enfant, que les joueurs fassent en sorte qu’il en soit de nouveau ainsi. C’est un sport d’équipe où les performances doivent être partagées tout comme les déceptions. A chacun de se remettre en question sans écraser ses coéquipiers.

  5. Publicité