Melvyn Jaminet : « À la longue, c’était pesant, c’est devenu fatigant »

Melvyn Jaminet : « À la longue, c’était pesant, c’est devenu fatigant »

27 août 2022 - 21:09

12 Commentaires

Publicité

L’arrière international Français Melvyn Jaminet s’est longuement confié dans les colonnes du Midi Olympique pour évoquer la saison 2021 / 2022 très intense qu’il a vécue.

Il confirme avoir perdu beaucoup d’énergie au cours de cette saison car énormément sollicité. Extrait:

« J’ai été sollicité de toutes parts et je sais désormais que l’on peut perdre de l’énergie avec ce qu’il y a autour. Ça peut te faire sortir du cadre de joueur. Je l’ai compris. C’était aussi la première saison où je faisais la navette entre la sélection et le club et ça n’a pas été facile non plus. Pendant que je partais en équipe de France durant deux mois, l’équipe continuait d’avancer et à évoluer. J’ai parfois eu du mal à reprendre les repères, à retrouver les automatismes. »

Il précise également que l’attente des supporters était très forte autour de lui.

Lorsqu’il manquait un match, certains expliquaient qu’il avait déjà la tête à l’équipe de France ou au Stade-Toulousain. Extrait:

« Il y avait beaucoup d’attentes du côté des supporters. C’est compréhensible, j’étais le seul international français du groupe. Quand j’étais moins bien, quand je loupais une pénalité, ça parlait sur moi : on disait que j’étais déjà parti à Toulouse, que je ne pensais qu’à l’équipe de France… À la longue, c’était pesant. Quand j’ai réussi à faire le vide et me sortir de ça, ça s’est mieux passé. Ce qui m’a fait du bien, c’est la petite blessure que j’ai eue. Pendant trois semaines, j’ai été éloigné des terrains et de l’attention. J’étais très heureux de pouvoir revenir pour le barrage et de disputer mon dernier match avec l’Usap. Je pense que ça s’est vu sur le terrain, j’étais bien. »

D’ailleurs, il a totalement zappé les réseaux sociaux pendant un certain temps pour éviter de sombrer. Extrait:

« Au début, ça allait, je lisais, j’entendais. Mais quand je voyais que l’on en parlait tous les mois dans les médias, c’est devenu fatigant. Je prenais sur moi mais j’y ai lâché du jus mentalement. Les réseaux sociaux ? Mais je n’y allais pas. C’est juste qu’en allumant le téléphone, je voyais que les gens m’identifiaient et je tombais dessus. Je ne voulais pas le voir mais ça me revenait tout de même.

Je m’étais préparé à vivre ça mais ça a été au-delà de ce que je pensais. La difficulté est que tout est arrivé très vite et en même temps : il y a eu mon transfert à Toulouse, la tournée, la victoire contre les Blacks, le grand chelem en suivant. J’ai tout reçu dans la tête. Je n’ai que 23 ans, je n’avais que deux saisons en pro… »

Pour conclure, Melvyn Jaminet se dit soulagé d’avoir réussi à laisser l’USAP en Top 14 avant son départ pour Toulouse. Extrait:

« C’est facile à dire maintenant mais je ne concevais pas que ce club descende en Pro D2. Avec ce que l’équipe avait prouvé et produit sur les mois passés, elle méritait de rester en élite. Ce n’est d’ailleurs pas le travail d’une année qui a payé mais celui mené depuis trois ou quatre ans. »

Publicité

12 Commentaires

  1. Publicité

  2. Don Juan 28 août 2022 at 09h- Répondre

    Aïe. En régie on m’indique que le fameux ouvrage illustré, la vierge rouge et les 40 uceaux n’a pas fait de réédition pour la saison 2021/2022.

    J'aime 3
    J'aime pas 17
    • Don Juan 28 août 2022 at 10h- Répondre

      En revanche, vous pouvez toujours vous procurer : 2022 ou les 120 journées de Gomorrhe par Saint Didier (avec une préface particulièrement émouvante) ou les crimes de l’amour par un certain Bernard Lemaître aux éditions de la glacière.

      J'aime 7
      J'aime pas 5
  3. MG2183 28 août 2022 at 11h- Répondre

    les Toulousains ont la mémoire courte, il y a 10 ans ils étaient loin de dominer le Top 14, n’est ce pas Guy Noves dont son palmarès est bien maigre sur ses 5 dernières années de manager ….
    D’ailleurs il n’est pas resté et on sait ce qu il a fait par le suite en EDF!!!!

    alors aligner les titres à une époque ou la concurrence Lorenzetti, Altrad, Boudjellal n’existait pas était facile , les meilleurs Français n’avaient pas trop le choix

    j’espère que toutes les équipes qui rencontreront le ST , TOP 14 ou Europe cette saison auront une faim de loup , comme si elle rencontrait l EDF …

    Vous aurez compris le ST ne m’a jamais fait rêvé

    J'aime 7
    J'aime pas 25
    • ST 28 août 2022 at 21h- Répondre

      Je ne comprend pas ton défoulement de haine MG2183. Il n’y a rien dans l’article ni dans les commentaires qui explique un déferlement de jalousie pareil. Tu parles de 4 ou 5 ans où le ST était dans le creux de la vague comparé à plus d’un siècle d’existence à haut niveau, comme si c’était tout ce qui fallait retenir. Comme quoi, quand tu dis que certains ont la mémoire courte mais tu ferai mieux de balayer devant ta porte.
      Tu souhaites que les équipes qui vont affronter le ST, le fasse comme si ils affrontaient l’EDF et là aussi tu as un wagon de retard car c’est le cas depuis longtemps.
      Enfin, tu parles de l’époque Lorenzetti et Altrad comme si c’était du passé alors que ces présidents sont tjrs à la tête de leur club et ne sont pas prêts de lâcher l’affaire!
      On dit que l’amour rend aveugle mais je dirais que la jalousie rend con.

      J'aime 19
      • ANDRE 29 août 2022 at 18h- Répondre

        ST, je souhaitais répondre à l’autre naze, mais il n’y a pas une virgule à retirer dans tes propos, c’est clair, précis et vrai !!

  4. Stade58 28 août 2022 at 12h- Répondre

    Don juan 6è étape il faut se renouveler le disque est rayé. Pour tes posts il y a un blog OM

    J'aime 12
    J'aime pas 3
    • DedeLePremier 28 août 2022 at 14h- Répondre

      Il n’attend que des réponses à ses interventions.
      Tu n’as qu’à l’oublier, il va fatiguer.

      J'aime 6
      J'aime pas 1
  5. Stade58 28 août 2022 at 12h- Répondre

    Don Juan brillait par son esprit. Là il y a du travail

    J'aime 7
    J'aime pas 3
    • Mylène Farmer 28 août 2022 at 15h- Répondre

      Moi je t’adore stade 58. Si tu suis l’actualité tu sais que je suis un coeur à prendre. Maudit sois Don Juan. Laisses tomber cet animal.

      • Mylène Farmer 28 août 2022 at 15h- Répondre

        Dis moi stade 58, as tu déposer ton pseudo a l’Inpi ?

        J'aime 1
        J'aime pas 1
  6. Stade58 28 août 2022 at 13h- Répondre

    MG2183 à Toulouse il nous a fait rêver. Toi aussi tu as la mémoire courte pendant que le ST enfilé les titres (2 coupes d’Europe, 3 finales championnat de France dont une gagnée) le RCT était en 2è division et que dire de ces 3 dernières années. C’est sûr que le RCT ne fait plus rêver sauf ce qui veulent gagner 1 million€ par an

    J'aime 12
    J'aime pas 3
  7. Stade58 28 août 2022 at 13h- Répondre

    MG2183 Vouloir est une chose pouvoir en est une autre. Il ne faut pas prendre ses désirs pour des réalités

    J'aime 11
    J'aime pas 2
  8. Publicité