On sait pourquoi Bernard Laporte était obligé de démissionner de son poste à World Rugby

On sait pourquoi Bernard Laporte était obligé de démissionner de son poste à World Rugby

15 décembre 2022 - 13:55

13 Commentaires

Publicité

Suite à sa condamnation, le président de la Fédération Française de Rugby, Bernard Laporte a décidé de démissionner de son poste à World Rugby contrairement à son poste de président de la Fédération.

Dans son édition du jour, le journal L’équipe révèle les raisons de cette démission.

Comme l’explique le code d’intégrité de World Rugby, Bernard Laporte aurait été éjecté. Extrait:

« Un membre officiel de World Rugby ne doit pas avoir de condamnations pénales à la date de sa candidature et pendant la période où il occupe un poste d’officiel de World Rugby ; Une condamnation pénale désigne une décision d’un tribunal ou d’une autorité de réglementation, de toute juridiction selon laquelle une personne est coupable d’une infraction pénale, que cette décision fasse ou non l’objet d’une procédure d’appel ; Si le Responsable de l’éthique (et/ou le Comité d’appel en cas de contestation) détermine qu’une personne contrôlée n’est pas éligible au poste pour lequel elle cherche à être élue ou nommée ou qu’elle occupe actuellement, les mesures suivantes seront prises : la personne contrôlée inéligible ne pourra pas devenir un officiel de World Rugby pendant une période de trois ans à compter de la date de la décision d’inéligibilité du responsable de l’éthique… »

Par ailleurs, selon une source proche de World Rugby, le président Alan Gilpin avait demandé à Bernard Laporte de quitter son poste en cas de condamnation en première instance, et cela même en cas d’appel de sa part.

Cela a été convenu, en Nouvelle-Zélande, lors de la Coupe du monde féminine, en marge d’une réunion du comité exécutif où plusieurs membres de l’instance avaient demandé à ce que des dispositions soient prises en amont estimant que la Fédération internationale ne pouvait pas avoir un vice président condamné même si l’appel devait être suspensif.

Bernard Laporte n’avait donc pas d’autre choix que de quitter son poste à World Rugby.

Publicité

13 Commentaires

  1. Publicité

  2. Tilosach 15 décembre 2022 at 14h- Répondre

    Bravo World Rugby, leur règlement sur l’éthique est plus strict et rassurant que le tellement de la FFR. Ça me donne une impression renforcée que la France est un pays de magouilleurs et qu’on ne veut pas renforcer nos règlements sur ces points.

    D’où l’impression générale de manque de probité, et qui est symbolisé par les expressions ‘mafia cassoulet’, ‘la bande a Laporte’, ‘cacamou’, ou encore les réticences envers les décisions de Lapasset.

    J'aime 19
    J'aime pas 14
    • Name 16 décembre 2022 at 08h- Répondre

      Le manque de probité touche autant World Rugby que la FFR.
      Faut quand même se souvenir que Ferrasse et Lapasset ont présidé cette institution. Et que beaucoup d’anglo-saxons tout aussi pourris se sont fait attraper avec les doigts dans le pot de confiture. Par exemple, les millions de $ que World Rugby (alors appelée l’IRB) envoyait à un copain à eux aux Tonga, dont l’équipe nationale ne voyait jamais la couleur, si bien que les joueurs mendiaient leurs équipements dans les pays où ils voyageaient…

      • name 16 décembre 2022 at 16h- Répondre

        Je me corrige : il s’agissait des Samoa, pas des Tonga.

  3. Gilles COURTENS 15 décembre 2022 at 15h- Répondre

    Non , Bernard Laporte n’a pas « décidé » de démissionner…….il a été poussé vers la sortie et contraint de respecter le règlement

    J'aime 15
    J'aime pas 1
  4. Gg13 15 décembre 2022 at 15h- Répondre

    Non Tilosach ce n’est pas ce que tu exprimes . La vérité c’est que Word rugby en tant qu’entité internationale n’a pas à se plier à une loi qui n’est valable que sur le sol français ( même si elle existe aussi dans de nombreux pays ) elle peux ainsi avoir son propre règlement.
    De plus il apparaît que cela avait été négocié et accepté par Laporte en amont, si on doit croire cet article ?!
    En France Laporte est protégé par la loi, et c’est tant mieux pour les droits de la défense, car si cette loi n’existait pas on reviendrait vite vers un état totalitaire…se faire emprisonné pour de simples accusations, enquêtes uniquement à charge etc ( là je parle en général, pas spécialement du cas Laporte)
    Il faudra démontrer en appel qu’il il y corruption volontaire et non concordance de circonstances tel que le proclame la défense .
    Et tout ceci si tu y réfléchis bien est bien plus sein et logique et non comme tu exprimes un  » pays de magouilles » . Je pense au contraire qu’on donne l’image d’un pays qui respecte sont droit ….
    Après la vox populi c’est autre chose, mais là justice doit être, elle, professionnelle et impartiale.

    J'aime 13
    J'aime pas 6
  5. Mola the best 15 décembre 2022 at 19h- Répondre

    Ce qu’on oubli c’est que le patron de la CDM c’est World Rugby. La France va l’organiser mais le décideur c’est WR. Comme ils ont mis en place une règle stipulant que tout c-ondamné ne peut exercer même en attendant l’appel, je ne vois pas comment Laporte va pouvoir faire pendant cette CDM. Je ne c-onnait pas le fonctionnement de cet organisme mais comme ils l’ont dégagé rapidement j’ai des doutes sur sa légitimité à exercer pendant cet évènement. Ils ne pourra pas assister aux réunions et prendre part aux décisions.

    J'aime 3
    J'aime pas 3
    • Pitoumacfly 15 décembre 2022 at 19h- Répondre

      C’est indépendant … N’importe quel pays peut organiser une CDM, pas d’obligation de faire partie de l’organisation WR …

      De plus, c’est la FFR qui gère pas Laporte !
      Faut arrêter de tout ramener à un seul homme comme si c’était lui qui s’occupait de tout !

      J'aime 5
      J'aime pas 1
      • Mola the best 15 décembre 2022 at 20h- Répondre

        WR c’est comme la FIFA, c’est le patron c’est lui qui attribue les CDM et qui en assure le déroulement. La FFR fournit les stades et l’intendance. Je ne sais pas d’où tu tiens cette info mais WR auparavant IRB est l’organisme qui organise les compétitions. Dire qu’il n’y a pas d’obligation de faire partie de WR pour organiser une CDM me parait farfelue.

        J'aime 2
        J'aime pas 3
        • Pitoumacfly 15 décembre 2022 at 20h- Répondre

          Je parle du comité directeur… L’organisateur n’est pas forcément membre du comité directeur…

          J'aime 3
          J'aime pas 1
          • Mola the best 15 décembre 2022 at 21h

            ?????

            J'aime 1
            J'aime pas 1
      • Name 16 décembre 2022 at 08h- Répondre

        Les pays capables d’organiser une Coupe du Monde de Rugby se comptent sur les doigts d’une main.

        La toute première de 1987 était conjointement organisée par l’Australie et la Nouvelle-Zélande car aucune des 2 ne pouvait en assumer le coût.

        Et encore ! La première en France en 2007 était conjointement organisée avec le… Pays-de-Galles !

        Celle en Nouvelle-Zélande en 2011 a été largement subventionnée et gérée par les autres nations et World Rugby que ce soit pour la construction des stades, l’organisation et les recettes financières car seule, la NZ ne pouvait pas !

        Donc, si, il faut être forcément inscrit à World Rugby, et de préférence siéger au comité directeur parce que le monde du rugby se limite à ce comité.

        • Mola the best 16 décembre 2022 at 10h- Répondre

          Merci pour cette précision, je ne comprenais rien à ce qu’avançait Pitoumacfly.

  6. pradal 16 décembre 2022 at 10h- Répondre

    L’animal ( ou margoulin) ,il a voulu faire croire que c’était sa décision :hélas , tout se sait dans la vie , il n’avait pas le choix …
    Vivement que l’on tourne cette page , tout ceci n’est pas à l’honneur du rugby français ,des gens comme cela n’ont rien à faire parmi les instances dirigeantes de notre sport …

  7. Publicité