Quand Picamoles et Ouedraogo rendent un merveilleux hommage à François Trinh-Duc

Quand Picamoles et Ouedraogo rendent un merveilleux hommage à François Trinh-Duc

18 décembre 2021 - 0:57

0 Commentaire

Publicité

Il y a quelques jours, l’ouvreur international Français François Trinh-Duc officialisait sa décision de mettre un terme à sa carrière à l’issue de la saison actuelle.

L’occasion pour ses amis Louis Picamoles et Fulgence Ouedraogo de lui rendre un bel hommage via Midi Libre.

C’est le troisième ligne Bordelais Louis Picamoles qui commence en indiquant avoir toujours été épaté par son ami. Extrait:

« Quand il arrive dans une équipe, il prend vite sa place dans un vestiaire. À Bordeaux, il n’est là que depuis quatre mois et pourtant… S’il est réservé ? Disons plutôt que le plus important pour lui, c’est d’être bien avec ses proches, ses potes, sa famille. Il a eu des périodes dures à gérer et c’est sa capacité à se focaliser uniquement sur l’essentiel qui fait qu’il est resté épanoui, malgré certains moments injustes. La pression du résultat ou quoi, tout ça n’a pas d’impact sur lui, l’essentiel n’est pas là. À Montpellier, on a d’ailleurs grandi cette mentalité. À l’époque, il n’y avait que les relations humaines qui nous animaient et qui nous permettaient de nous maintenir.

On joue ensemble depuis qu’on est en crabos .On a tout connu ensemble jusqu’à l’équipe de France. C’est rare d’avoir un suivi aussi long comme ça. C’est un joueur qui aime manger la ligne. Un temps, on cherchait souvent ses défauts plutôt que ses qualités. Pourtant, ses qualités ballon en main… Il y a des mecs, leur truc, c’est le pied, comme George Ford. D’autres, c’est la main, comme François. Puis il m’a toujours épaté par sa défense. Des ouvreurs dans ce style-là, il n’y en a pas beaucoup. Souvent on disait qu’il fallait attaquer la zone du dix. Ben avec François, il fallait trouver une autre zone.

Plus jeune ? On a un peu le même parcours là-dessus dans le sens où on n’était pas les meilleurs. En sélection, il y avait des mecs de Béziers ou d’Agde qui étaient plus forts que lui. Mais c’est le seul à avoir vraiment explosé. Ça montre son tempérament.

À Bordeaux, forcément, il n’a plus le même rôle qu’avant, plus la même fougue (rire). Et il en est conscient, bien sûr. À cet âge, t’apportes autre chose. C’est une force tranquille. Il amène toute son expérience à notre équipe de trois-quarts. Je pense que notre ligne a pris confiance et François n’y est pas étranger. »

De son côté, Fulgence Ouedraogo évoque un joueur entier qui est bien plus qu’un ami pour lui. Extrait:

« C’est un mec entier. Il a un côté réservé mais dès qu’il s’ouvre, il s’ouvre à 200 %. C’est un de mes meilleurs amis. C’est même plus qu’un ami, c’est dire… Puis il est très présent pour sa famille.

C’est un joueur fantastique. On se connaît depuis qu’on est petit. Je le définirai comme un joueur capable de tout, technique, puissant, gros plaqueur, à même de réaliser n’importe quel geste. Et surtout qui transmet beaucoup de plaisir dans ce qu’il fait. C’est quand même le seul que j’ai vu asseoir trois All Blacks sur une action. »

Publicité

0 Commentaire