Victime d’insultes racistes : un joueur amateur sort du silence et attend des excuses rapidement !

Victime d’insultes racistes : un joueur amateur sort du silence et attend des excuses rapidement !

24 janvier 2023 - 17:34

1 Commentaire

Publicité

Dimanche après-midi, lors d’un match opposant le Boucau Tarnos à l’US Orthez, le jeune Cheikh Sanha a été victime d’insultes racistes par un joueur de l’équipe adverse.

C’est suite à une échauffourée que ce dérapage a eu lieu.

L’ailier de 23 ans a expliqué qu’il ne s’agissait pas de la première insulte raciste qu’il entendait.

Interrogé via Rugbyrama, ce-dernier a expliqué comment s’est déroulé la scène. Extrait:

« C’était un match très tendu, dès le retour de la deuxième mi-temps. Orthez vise le maintien, nous les quatre premières places. Il y a une action où les Béarnais peuvent tuer le match suite à une percée de leur ailier. Il se fait rattraper par notre ailier opposé et se fait plaquer en touche assez violemment, mais dans les règles. À partir de ce moment, une bagarre générale a éclaté, car il y a eu du chambrage et qu’il était vexé.

La bagarre a commencé sur le terrain, puis elle s’est décalée sur la piste d’athlétisme avant de se rapprocher de la main courante. Des supporters s’en sont mêlés. En tant que remplaçants, nous avons essayé de séparer, c’était compliqué, les délégués ont dû intervenir. Pendant que ça chauffait avec les supporters, il y a un des joueurs de l’équipe réserve d’Orthez, à qui on disait de se taire, qui l’a mal pris et qui m’a lâché un “sale noir”, comme ça. »

Une bagarre générale a éclaté dans la foulée. Exrait:

« Lorsque j’ai entendu ça du bout de l’oreille, je repartais dans l’en-but. Le temps que je me retourne, tous les gars de mon équipe réserve avaient pris ma défense puisqu’ils étaient à côté. Ils sont partis sur le mec et une nouvelle bagarre générale a éclaté. Sur le coup, ça m’a énervé. Je suis parti aux vestiaires. Je savais très bien que si j’allais dans le tas, mon club allait prendre une sanction et ça ne servait à rien sur le moment. »

A la fin du match, Cheikh Sanha a tenté de retrouver l’auteur des propos, en vain. Extrait:

« À la fin du match, quand j’ai voulu avoir le mec en face de moi, les dirigeants d’Orthez et les mecs de la réserve n’ont pas su me dire où était le joueur en question. Devant l’arbitre de la rencontre, j’ai demandé aux dirigeants d’Orthez de réunir tous leurs joueurs pour que je puisse retrouver qui c’était, afin qu’il assume ses propos devant moi. Je leur ai aussi dit que s’il venait de la part des coachs, je ne ferais rien sur le moment. Sauf que les entraîneurs d’Orthez n’ont pas voulu faire l’effort d’aller chercher le mec qui se cachait dans le bus ou qui était déjà parti en voiture. Avec un de mes dirigeants, on leur a précisé que s’ils ne voulaient pas faire les démarches maintenant, l’affaire se poursuivrait devant la Fédé, et ce, même si dans les prochains jours le joueur qui a tenu ces propos venait à se présenter. »

Il affirme que ce n’est pas la première fois qu’il est victime d’insultes racistes sur un terrain de rugby. Extrait:

« Cette saison, c’est la première fois pour moi, mais un autre ailier du BTS en a reçu également. Après, dans le monde du rugby, depuis sept ans que j’en fais, ce n’est pas la première fois que j’en reçois, puisque lorsque je jouais à l’AS Bayonne il y a trois ou quatre ans, j’en avais reçu de la part d’un supporter pendant un déplacement. J’avais vrillé sur le terrain et ça m’avait valu un carton rouge. Lorsque je jouais chez les jeunes, j’en avais aussi reçu, à chaque fois face à des clubs du Béarn. Quand j’ai joué contre des clubs du fin fond du Pays basque, où il n’y a pas forcément des personnes de couleur, je n’ai jamais reçu de telles insultes. C’est hyper respectueux et c’est ce qui fait, pour moi, l’amour du Pays basque. Au-delà du rugby, il y a pas mal de villes, dans le Béarn, avec de la diversité au niveau des origines. C’est assez anormal et irrespectueux qu’il y ait des insultes. »

Il conclut. Extrait:

« Il faut que les personnes victimes de racisme ne restent pas dans l’ombre. Au fur et à mesure qu’il y aura des témoignages, des récits par rapport à ce genre d’acte chaque week-end, et que ceux-ci sont remontés, la situation pourra s’améliorer. »

Ce mardi après-midi, le club d’Orthez a publié un communiqué pour condamne les propos racistes tenus par son joueur.

Voici le communiqué : Extrait:

« Le club de l’USO dans son entièreté est aujourd’hui mis à mal dans la presse suite aux faits qui se sont déroulés derrière la main courante lors de la rencontre Boucau Tarnos – Orthez. Nous condamnons fermement les propos qui ont été entendus par le joueur du Boucau et qui sont aux antipodes des valeurs prônées par notre club : le racisme ou toute autre forme de discrimination n’a pas sa place au sein de l’USO.

Nous ne connaissons malheureusement pas à ce jour l’identité du spectateur qui a proféré ces insultes et nous le regrettons profondément, explique Orthez dans son communiqué. Cela aurait permis de clarifier la situation. Notre club a également connu par le passé des situations similaires et nous ne savons que trop bien quel peut être le ressenti du joueur dans ces moments-là. Nous lui adressons tout notre soutien. »

Ce mardi, nous apprenons que le joueur insulté a décidé de ne pas porter plainte. Il souhaite cependant que l’auteur des propos racistes lui présente ses excuses par téléphone.

Selon Rugbyrama, en ce début de semaine, les dirigeants boucalais vont envoyer un courrier en ce sens à l’US Orthez, dans lequel figurera le numéro de téléphone de Cheikh Sanha. Si ledit coup de fil de la part du coupable venait à arriver dans les prochains jours, le BTS ne portera pas l’affaire auprès de la FFR.

Affaire à suivre…

Publicité

1 Commentaire

  1. Publicité

  2. Danslaverte 25 janvier 2023 at 10h- Répondre

    L’équipe d’Orthez parle d’un supporter qui serait l’auteur des insultes ?? Mais le joueur du Boucau parle bien d’un autre joueur de l’équipe réserve ! C’est quoi cet imbroglio ? S’il s’agit d’un joueur il est facile à retrouver puisqu’il a été identifié visuellement par la victime de ces insultes. Ça parait assez clair non ?

  3. Publicité