« Exorcisé » (Rugby365)

« Exorcisé » (Rugby365)

18 septembre 2010 - 22:56

Publicité

Pour Mourad Boudjellal, la victoire du RCT samedi à Marseille contre Clermont efface le scénario de la demi-finale du Top 14 au printemps dernier. Le président toulonnais a aussi fait le spectacle en montrant sa note d’hôtel comme preuve de son attachement au club.

Mourad Boudjellal, êtes-vous satisfait par cette victoire contre Clermont ?
Je voudrais d’abord remercier toute l’équipe parce qu’on a fait une deuxième mi-temps exceptionnelle. Avec un grand Jonny Wilkinson. On sait que c’est l’un des plus grands 10 de l’histoire du rugby. Il est absolument irréprochable dans son engagement pour le club. Il l’a montré aujourd’hui (ndlr : samedi). Et c’est un Jonny qui, à mon avis, est beaucoup plus fort que celui de l’an dernier. C’est le Jonny de 2003, j’ai l’impression.

Est-ce que c’était capital de gagner ce match ?
On est resté sur ce match perdu à Saint-Etienne l’an dernier contre Clermont, en demi-finales. Ça a été un traumatisme. Même pas la défaite, mais la façon dont ça s’était passé pour nous. Aujourd’hui, je crois qu’on a exorcisé ce match. Attention, on n’est pas champion de France. On a battu Clermont, mais ce n’est qu’un match. Clermont sera là aussi. Ils seront dans le dernier carré, sûrement en finale même. On ne se prend pas plus la tête que ça. Mais je pense que ce soir, on a clôturé la saison 2009-2010 et on a attaqué la saison 2010-2011. On a fait une très belle deuxième mi-temps. On a retrouvé le RCT de l’an passé.

En quoi avez-vous retrouvé le RCT de la saison dernière ?
Il y avait de l’engagement, du cœur, du sérieux et puis la victoire. Ce qui nous manquait depuis le début de la saison. Quand on connaît une saison comme celle de l’an dernier, on devient un peu des junkies. On avait besoin de cette dose qu’on a eu aujourd’hui. Ce que je voudrais dire aussi, c’est qu’on a montré depuis quelques semaines qu’on était devenu un grand club. Il n’y a pas longtemps, il y avait beaucoup de gens qui disaient « qu’est-ce qu’il fout Boudjellal, pourquoi il ne fait pas si, pourquoi il ne fait pas ça ». On a laissé passer cette petite tempête. Ce mauvais début de saison est en train de se transformer en un début de saison total. Tant qu’on est quatrième alors qu’on dit qu’on fait un mauvais début de saison, c’est très bien. Ce qui est sûr, c’est que c’était un match très important pour nous. Si on le perdait, ça pouvait nous faire très mal. Je suis content parce que je me disais que Clermont n’était pas sympa. Des fois, ils envoient cinq-six joueurs au repos. Ça tombe tout le temps sur moi quand ils mettent l’équipe-type. C’est pour ça que je suis content, on a battu la vraie équipe de Clermont. Ça donne plus de valeur à notre victoire. Et notre joie, qui est immense ce soir, est égale à la valeur de Clermont.

« Cette petite feuille, c’est ma note d’hôtel »

Aviez-vous envisagé une défaite face à Clermont ?
Ça aurait été assez compliqué en cas de défaite puisqu’après, on allait à Bourgoin. Si on perdait ce soir, on pouvait juste essayer de viser la cinquième ou la sixième place. En gagnant, on est encore dans le coup pour être dans les quatre premiers, ce qui est notre objectif. Avant d’attaquer la H Cup, qui est importante parce qu’on a envie de rendre Toulon européen, qu’on appelle le RCT « Toulon Europe », c’est mieux si on est dans la première moitié du classement.

Comment auriez-vous réagi si le RCT avait perdu ce match ?
J’aurais été très déçu, très abattu. Je m’y étais préparé. Mais bon, entre la philosophie clermontoise et la mienne, il y a la Mer Noire qui nous sépare. Ça aurait été un coup terrible pour moi parce que vu l’engagement que je mets dans ce club… On me demande souvent « pourquoi tu es comme ça ? ». Je vais vous montrer quelque chose, vous montrer pourquoi moi je suis sur le banc, pourquoi je vis les matchs comme ça. J’espère que je l’ai gardé parce que sinon je vais avoir l’air ridicule. Je l’ai gardé. Voilà, cette petite feuille, c’est ma note d’hôtel. Je suis descendu à l’hôtel avec l’équipe hier soir (ndlr : vendredi), j’y ai mangé. Et j’ai payé mon hôtel ce matin. On n’est pas beaucoup de présidents de club à le faire, à payer sa note d’hôtel quand on descend avec l’équipe. Et c’est pour ça qu’on vit les matchs de cette façon-là. On les vit à la hauteur de notre investissement. Tout simplement.

Avez-vous des regrets sur le fait que le Stade Vélodrome n’était pas plein ?
On s’attendait à mieux. On a fait je crois 40 ou 42 000 spectateurs. La première raison, c’est que les supporters toulonnais nous ont fait payer je pense notre mauvais début de saison. La seconde à mon avis, c’est qu’on était tellement habitué à remplir le Vélodrome sans rien faire qu’on a rien fait. Et puis sans manquer de respect à Clermont, malgré leur magnifique équipe et leur titre de champion de France, il n’a pas encore l’image de Toulouse ou du Stade Français pour déplacer les foules. C’est mon sentiment. Bien qu’il le mérite largement. Je pensais que l’engouement serait plus fort, avec la revanche à prendre sur la demi-finale. Mais tant qu’on est déçu de faire 40 ou 42 000 spectateurs, tout va bien. Et puis les temps sont un peu difficiles. Il y avait 40-45 000 personnes pour le match de Ligue des Champions mercredi de Marseille. A moins qu’on ait beaucoup de supporters qui soient des Roms, qui ne soient plus en France en ce moment et qui ne soient pas venus à ce match, je n’ai pas d’autres explications.

Publicité

  1. piednoiréroug 19 septembre 2010 à 11h

    Mourad,il ne faut pas oublier les mauvaises prévisions météo et le fait que le vélodrome soit découvert à 80%.Dommage parce qu'il faisait un temps idéal et qu'on s'est régalé!

Comments are closed.