Cameron Woki : « Il ne fallait pas qu’on respecte nos corps, je n’avais jamais connu une intensité pareille ! »

Cameron Woki : « Il ne fallait pas qu’on respecte nos corps, je n’avais jamais connu une intensité pareille ! »

13 novembre 2022 - 15:24

2 Commentaires

Publicité

Le deuxième ou troisième ligne du XV de France, Cameron Woki s’est confié via L’équipe pour évoquer la victoire remportée contre l’Afrique du Sud, ce samedi soir au Stade Vélodrome de Marseille.

Ce-dernier l’affirme : les Bleus devaient avoir le sens du sacrifice et ne devaient pas respecter leurs corps lors de cette rencontre, pour espérer l’emporter. Extrait:

« Il fallait répondre présent. Ce qu’on s’est dit dans la semaine, c’est qu’il ne fallait pas qu’on respecte nos corps. Qu’il fallait mettre cent pour cent de notre engagement possible. Ce samedi soir, on a perdu des hommes qui se sont engagés, qui n’ont pas triché (Baille est sorti sur blessure, Atonio et Flament pour commotion, Danty pour une fracture du plancher orbital). Ils ont respecté leur parole. Pour Thibaud Flament, pour en avoir discuté avec lui, les lumières se sont éteintes sur un plaquage. C’est triste de perdre des gars comme ça. On avait des monstres en face. Physiquement, je n’avais jamais connu une intensité pareille. Il y a aussi eu des excès d’intensité, des deux côtés. »

Malgré tout, il affirme avoir pris du plaisir lors de ce match. Extrait:

 « Oui on en prend. Encore plus qu’on a peur, qu’on passe de moments où on mène à des moments où on est mené. On prend du plaisir quand on gagne à la fin et qu’on bat l’équipe championne du monde il y a trois ans. Les fins de match, ce sont des scénarios qu’on travaille pendant la semaine. Parfois, on nous dit qu’il reste deux minutes, qu’on mène et qu’on doit garder le ballon. Parfois, c’est le scénario inverse, on est derrière et il faut scorer. Ça nous aide beaucoup quand on est en match sur le terrain. On a des moments où on est en dedans comme cette fin de première mi-temps, on mène 13-0 et on tourne à 13-10. Le début de deuxième mi-temps aussi, il y a comme un trou d’air. Il faut corriger ça. Mais on est sûr de nos forces. On était très attendu au niveau de la conquête et on a répondu présent. »

Il ne manque pas d’encenser Sekou Macalou qui a évolué à l’aile. Extrait:

« Ah ben Sekou, il est exceptionnel. Je n’ai jamais douté de lui. C’est un excellent joueur, polyvalent. Il a prouvé tout son talent. C’est un joueur qui court plus vite que nos trois-quarts. »

Concernant l’ambiance du Vélodrome, il avoue ne jamais avoir connu une ambiance pareille. Extrait:

« Je n’ai jamais ressenti une ambiance pareille. Il y a des moments où on ne s’entendait plus. C’était incroyable. »

Pour conclure, Cameron Woki se dit heureux d’avoir pu sortir une grosse prestation, lui qui rencontre des difficultés depuis le début de la saison. Extrait:

« Je suis content de pouvoir retrouver mon niveau sur un match aussi important. Maintenant, il faut y rester. Si j’ai douté ? Non je ne doutais pas. Je savais que ce match était important, qu’il fallait que je sois au rendez-vous. J’ai été bien accompagné par ma compagne, ma famille, le staff, les joueurs. J’ai jamais perdu espoir. Je sais de quoi je suis capable. Il me fallait juste un peu de temps. »

Publicité

2 Commentaires

  1. Publicité

  2. HL1325 13 novembre 2022 at 17h- Répondre

    Galthié a parlé de violence, Woki parle d’excès d’intensité des deux côtés.

    Trois cartons rouges en comptant celui rétroactif de Ramos.
    Une fracture du plancher orbital, 4 commotions.
    Je n’ai pas aimé la première mi-temps.
    Pas certain que cela soit une bonne publicité pour le rugby.

    J'aime 3
    J'aime pas 4
  3. Lorenz 13 novembre 2022 at 20h- Répondre

    Pfff !

    T’as qu’à boire du sirop de grenadine, le woke , si t’aimes mieux : c’est pour les gamines dans ton genre ! ( pas fait exprès 🙂 )

    J'aime 2
    J'aime pas 5
  4. Publicité