Grignoter en attendant le festin ( Source Ma-Ville.com )

Grignoter en attendant le festin ( Source Ma-Ville.com )

30 octobre 2010 - 10:12

Publicité

Véritable empêcheur de jouer en rond et en passes, le RCT avait signé un chef-d’oeuvre tactique, en février dernier, pour arracher une victoire inattendue à Ernest-Wallon (6-3).

Sauf que la saison dernière, le Toulon de Philippe Saint-André avait eu la chance de jouer un Stade Toulousain amputé de dix-huit joueurs, trêve internationale oblige. Cette année, la donne est bien différente. Les Toulousains sont au complet et bien décidés à remettre la basilique Saint-Cernin à sa place, soit sur la place centrale du rugby français.

Si l’on ajoute à cela les facéties du calendrier qui obligent les Toulonnais à venir tâter du champion d’Europe, cinq jours avant d’aller goûter à la crème catalane d’Aimé-Giral, on en conclura que ce match est vraiment mal venu.

Garder du gaz pour l’USAP

Philippe Saint-André a donc considérablement remodelé son équipe afin de garder du gaz pour la dernière levée de ce terrible octobre rouge. À l’instar de la victoire face aux Ospreys, avec déjà une équipe revisitée, le manager espère éviter une rouste et ramener le fameux point de bonus défensif.

« On ne joue pas très bien, mais on s’accroche. Nous avons besoin de grappiller des points pour coller au haut du tableau », estime-t-il. Grignoter en attendant de ripailler. Voilà le menu qui est proposé à des Toulonnais qui ont clairement fait du match de jeudi prochain à Perpignan une priorité.

Avant cette terrible série de trois rencontres à l’extérieur (Stade Français, Toulouse, Perpignan), le président Boudjellal et le staff technique espéraient engranger cinq points. Avec le bonus défensif grappillé du côté de Saint-Denis, il reste une victoire à acquérir. Toulouse sonne donc comme une répétition générale avant festin. À moins qu’une fois de plus, les Toulousains balbutient leur rugby champagne face à leur bête noire, cette fois-ci vêtue de bleu.

Publicité