Jean-Noël Spitzer fou de joie : « C’est tellement incroyable ! »

Jean-Noël Spitzer fou de joie : « C’est tellement incroyable ! »

8 juin 2024 - 20:21

1 Commentaire

Publicité

Le manager de Vannes, Jean-Noël Spitzer a exprimé sa grande joie après la victoire de ses joueurs remportée contre Grenoble, ce samedi en finale de Pro D2.

Le technicien de Vannes savoure cette promotion en Top 14.

Il exprime sa joie. Extrait:

« C’est tellement incroyable ce parcours, je pense à toutes ces années dans le monde amateur, aux kilomètres que je parcourais, à traverser la France pour rejoindre mon équipe tard dans la nuit de samedi à dimanche. Car je bossais le samedi, à Saint-Brieuc, souvent.

Je pense aux accidents de voiture que j’ai eus avec mon préparateur physique. J’avais pas anticipé d’être entraîneur dans le Top 14, je voulais entraîner, c’est un accomplissement. Maintenant, j’ai envie de boire des bières avec mon staff.

C’est tellement incroyable ce parcours… Je pense à toutes ces années, au monde amateur, je devais traverser la France pour rejoindre mon équipe le samedi soir parce que je bossais le samedi. Les deux-trois accidents que nous avons eus avec mon préparateur physique en voiture, nous aurions pu certainement y laisser quelque chose, et maintenant nous sommes en Top 14 !

Je n’avais pas anticipé le fait d’être entraîneur dans le monde professionnel. J’aimais juste entraîner. C’est un accomplissement, et quoi qu’il arrive, je ne vivrais plus jamais le même parcours. Le projet pour la saison prochaine ? Il faut demander à mon président. Aujourd’hui je veux juste boire des bières avec mon staff, avec mes joueurs et mes proches. Et nous verrons dans 48 heures.

 Cette petite chanson dans les vestaires qui avait été chantée à Béziers, c’est une petite chanson qui se moque de la Bretagne. C’était un territoire très pauvre avant la guerre, beaucoup de nos compatriotes ont souffert de ça et ont dû s’expatrier, ont eu des emplois « subalternes ». Aujourd’hui, on a le sentiment de porter le drapeau de la Bretagne avec beaucoup de fierté. »

Maxime Lafage s’est brièvement confié. Extrait:

« On a été monstrueux en défense dans les rucks, les gros ont fait un boulot de dingue, ils se sont envoyés comme des ânes. »

Publicité

1 Commentaire