Mohed Altrad : « On a refusé Mako Vunipola »

Mohed Altrad : « On a refusé Mako Vunipola »

15 avril 2024 - 11:49

3 Commentaires

Publicité

Le président du club de Montpellier, Mohed Altrad s’est longuement confié via Midi Libre pour évoquer l’actualité de son club.

Ce-dernier a notamment indiqué que le staff actuellement en place allait poursuivre sa mission à la tête de l’équipe la saison prochaien.

Ainsi, Patrice Collazo et ses adjoints seront conservés pour la saison 2024 / 2025. Extrait:

Oui. Il fait du très bon travail. Ces garçons sont formidables. Ils sont préoccupés par la situation actuelle, arrivent les premiers au stade et partent les derniers. Bernard Laporte (directeur du rugby) aussi. Il est là tous les week-ends alors que sa famille est à Paris. Il est isolé dans son hôtel, travaille sur le recrutement et un tas de choses.

Dans la foulée, il a évoqué le recrutement effectué par le MHR.

Il confirme avoir refusé de recruter le pilier gauche international Anglais Mako Vunipola. Extrait:

Oui, la preuve avec Vunipola. Son frère, Mako, nous a été proposé. On a refusé. Les stars jiff sont toutes prises. L’idée est de mettre le maximum de Jiff dans le groupe et avoir quelques joueurs phares sur le plan international, charismatiques. On a pris aussi l’arrière néo-zélandais Joshua Moorby.

Il nous faut des joueurs impactants, des leaders. On n’en a pas beaucoup dans l’effectif.

En retard sur le quota JIFF, Mohed Altrad ne se veut pas très inquiet sur le sujet.

Selon lui, tout va rentrer dans l’ordre. Extrait:

On sera dans les clous à la fin de la saison. On ne peut pas se permettre de commencer la saison prochaine avec six points de retard. La situation est très claire.

Questionné sur la formation, le patron du MHR explique y mettre gros moyens. Extrait:

Un gros budget est attribué au centre de formation. D’anciens joueurs du club le gèrent, c’est très bien ça. Ils ont tous les moyens pour fonctionner et sortir des joueurs. Mais c’est forcément compliqué de franchir le cap du centre de formation.

La période actuelle n’est pas propice aujourd’hui pour faire jouer les jeunes. Si on était classé dans les six, on pourrait se permettre de les faire jouer. Là, c’est compliqué.

Publicité

3 Commentaires