Philippe Saint-André : « J’ai eu des flash car j’ai revu Wilkinson et Lobbe à Mayol »

Philippe Saint-André : « J’ai eu des flash car j’ai revu Wilkinson et Lobbe à Mayol »

7 novembre 2022 - 0:50

4 Commentaires

Publicité

Le manager de Montpellier, Philippe Saint-André était sur le bord de la pelouse ce dimanche soir, lors du match contre le Rugby Club Toulonnais, à l’occasion de la 10ème journée du Top 14.

Un fait rare pour l’ancien sélectionneur du XV de France qui a pour habitude de rester en haut des tribunes durant les matches.

Mais en raison de la suspension de Jean-Baptiste Elissalde et du départ précipité d’Olivier Azam, Philippe Saint-André n’a pas eu le choix et a dû rester sur le bord du terrain.

En conférence de presse, il a avoué ne plus avoir assisté à un match depuis le bord du terrain depuis ses années de manager au Rugby Club Toulonnais. Extrait:

« Bizarrement, la dernière fois que j’étais au bord du terrain, c’était ici à Mayol il y a 14 ou 15 ans avec mon pote Aubin Hueber qui était mon assistant. 15 ans après, je suis toujours en short mais avec moins de cheveux et des kilos en plus. Mais ça m’a fait bizarre car Olivier Azam n’est plus présent, Jean-Baptiste Elissalde avait encore un match de suspension. Caudullo est directeur du centre de formation donc je m’y suis filé. Mais je vois le match différemment, beaucoup moins bien qu’en haut. Mais tu es proche des joueurs, tu peux les encourager, ton coaching est plus efficace car tu le fais plus rapidement. »

Dans la foulée, il se rappelle d’un match en particulier avec le RCT : lorsque Felipe Contepomi offre la victoire à Toulon contre le Biarritz Olympique, suite à une transformation passée après un essai signé Jean-Charles Orioli. Extrait:

« J’ai eu des flash car j’ai revu Wilkinson et Lobbe à Mayol (rire). Je me rappelle d’un match où on était en difficulté contre Biarritz. Jean-Charles Orioli rentre et on fait un ballon porté à la dernière minute et on marque. Contepomi transforme complètement en coin et Mayol explose et jette les journaux. Je n’étais plus retourné sur le bord du terrain depuis mes années d’entraineur à Mayol. C’est toujours un plaisir de venir ici car c’est un public exceptionnel, c’est une ville qui aime le rugby, qui suit son rugby, ce sont des passionnés. Et même si les Toulonnais avaient des absents, ce n’est jamais facile de gagner à Mayol. Ils étaient dans une bonne dynamique et ils auraient dû gagner à Bordeaux la semaine dernière. Pour nous, cette victoire est très importante. »

Publicité

4 Commentaires

  1. Publicité

  2. Coco 7 novembre 2022 at 07h- Répondre

    Moi aussi que de joueurs intelligent et techniquement de très haut niveaux la est la différence merci Lemaitre

    J'aime 5
    J'aime pas 1
  3. Gilbert Calmier 7 novembre 2022 at 08h- Répondre

    Et ce mognoni il vat arrêter de brailler sur la touche c’est pas lui l’entraîneur c’est azema il soule les téléspectateurs

    J'aime 8
    J'aime pas 8
  4. BonnusC 7 novembre 2022 at 08h- Répondre

    Il a vu 2 fantômes ? Moi j en ai vu 15 !

    J'aime 14
    J'aime pas 2
  5. Jn 7 novembre 2022 at 14h- Répondre

    Je preferais quand il pleurait lui y a qques semaines

  6. Publicité