Un joueur du Stade-Français coule à pic : Rugbyrama enfonce le clou

Un joueur du Stade-Français coule à pic : Rugbyrama enfonce le clou

30 octobre 2022 - 16:12

1 Commentaire

Publicité

Ce samedi après-midi, le Stade-Français Paris s’est incliné sur la pelouse de Montpellier à l’occasion de la 9ème journée du Top 14.

Lors de cette rencontre, l’ouvreur international Argentin du Stade-Français, Nicolas Sanchez n’a pas pesé sur la rencontre.

Pire : il a effectué des choix de jeu qui ont mis en difficulté les siens.

Clairement en difficulté depuis le début de la saison, les prestations du joueur des Pumas inquiètent, lui qui quittera le club de la Capitale à l’issue de la saison actuelle.

Ce dimanche, le site spécialisé Rugbyrama ne manque pas d’enfoncer le clou. Extrait:

« Mais où est passé Nicolas Sanchez depuis plus de quatre ans ? Arrivé au Stade français lors de l’exercice 2018-2019, l’Argentin n’est que l’ombre de lui-même. Enchaînant les sorties décevantes, les blessures et des logiques visites sur le banc de touche ou en tribunes. Inévitable au vu du niveau affiché par l’intéressé lorsqu’il n’est pas à l’infirmerie…

Après un début de match cauchemardesque, avec une pénalité manquée, deux réceptions ratées et un en-avant après une prise d’intervalle, Sanchez semblait enfin entré dans son match en fin de première mi-temps. Mais ce qui devait être une inspiration en début de second acte, à savoir un petit coup de pied par-dessus sur ses quarante mètres, s’est transformé en séquence fatale pour ses partenaires qui ont encaissé un essai derrière. C’en était trop pour le staff parisien, qui a décidé de rappeler Sanchez pour le remplacer par Joris Segonds. Et Quesada de regretter à haute voix ce choix de son ouvreur en conférence de presse après le match.

Sanchez quittera la capitale à la fin de saison et on ne peut s’empêcher de penser que le gâchis est immense. A moins que, d’ici là, il prouve qu’il demeure un grand joueur. »

Publicité

1 Commentaire

  1. Publicité

  2. reveur83 30 octobre 2022 at 18h- Répondre

    A Toulon aussi, il avait été très mauvais…

  3. Publicité