Un joueur Toulousain se dit blessé d’être « la doublure de Dupont » : « Ca peut être blessant… »

Un joueur Toulousain se dit blessé d’être « la doublure de Dupont » : « Ca peut être blessant… »

19 avril 2024 - 17:20

3 Commentaires

Publicité

Le demi-de-mêlée du Stade-Toulousain, Paul Graou sera probablement titulaire ce samedi soir au Stade Vélodrome pour défier le Rugby Club Toulonnais, à l’occasion de la 21ème journée du Top 14.

En l’absence d’Antoine Dupont retenu cette semaine avec l’équipe de France à VII, Paul Graou devrait ainsi découvrir la pelouse du Vélodrome.

Lors d’un entretien accordé à France Bleu, il s’est confié sur son aventure avec Toulouse.

Il affirme dans un premier temps se sentir très bien à Toulouse. Extrait:

Je me sens très bien cette année, mieux que l’année dernière parce que j’avais été un peu freiné par des blessures. Et le temps de s’acclimater aussi à une nouvelle équipe, un nouveau groupe et un nouveau club exigeant aussi. J’ai pris des repères dans ma vie ici et je prends du plaisir à venir travailler, à jouer le samedi à Ernest Wallon. Donc moi je suis très content de l’année pour le moment.

Il ne ressent pas de pression particulière. Extrait:

Non parce que l’année dernière j’avais pris les mêmes responsabilités pendant la période de doublons. Antoine (Dupont) n’était pas là et j’avais quand même eu pas mal de temps de jeu sur la 2e partie de saison quand je suis revenu de ma blessure donc j’étais déjà satisfait de la saison dernière (hormis la blessure). Là cette saison forcément, c’était plus facile. J’avais déjà ces repères là et je connaissais bien le groupe donc c’était d’autant plus facile pour moi.

Il confirme avoir eu un petit déclic pour s’épanouir enfin à Toulouse. Extrait:

C’est sûr qu’il faut le temps de s’adapter. D’autant plus que, quand on joue un poste comme la charnière, c’est important de bien se sentir dans l’équipe, dans le groupe et le club pour pouvoir prendre des bonnes décisions et arriver à driver les copains sur le terrain. Donc forcément ça fait partie de l’adaptation. Et après oui, un petit déclic. Le groupe qu’on a ici est hyper compétitif donc il faut vraiment prendre confiance et arriver à s’affirmer même si parfois vu la qualité de l’effectif, c’est compliqué. Des fois, il y a de la frustration de pas jouer mais il faut garder confiance pour bien s’exprimer sur le terrain le samedi.

Contre l’US Oyonnax, Paul Graou s’est offert un quadruplé. Il réagit. Extrait:

J’avais bien travaillé les semaines passées, je me sentais super en forme donc il n’y avait pas de raison que ça se passe mal. Après je ne m’attendais pas à marquer 4 essais mais ce sont les situations qui ont fait que j’étais là au bon moment, au bon endroit donc ça a bien tourné. J’étais satisfait et ça concrétise aussi le travail des copains. Mais c’était un bon samedi, je m’en souviendrai. (sourire).

Il ne le cache pas : lors de son arrivée à Toulouse, il se montrait trop timide. Extrait:

Mais après c’est vrai que j’étais timide un peu. J’avais du mal à complètement m’exprimer et même encore aujourd’hui, je pense que je peux encore plus me lâcher et des fois je joue un peu freiné, je me pose des questions, j’essaie de faire les meilleurs choix pour l’équipe et de jouer libérer. C’est sûr que parfois on se trompe, mais parfois on fait des trucs bien, et c’est ça qui est top aussi.

Concernant le terme de « doublure de Dupont », Paul Graou avoue que cette étiquette peut-être blessante à porter. Extrait:

Je comprends le terme parce que c’est comme ça, et c’est pareil pour sa doublure en équipe de France. Mais au début je le voyais un peu péjorativement mais je m’en fais pas, ce sont les journalistes, il faut bien qu’ils qu’ils trouvent des termes. J’essaie de faire abstraction de ça même si parfois ça peut être blessant. Mais bon ça fait partie du jeu, moi je me pose pas plus de questions que ça. J’ai appris de ce statut là, de devoir remplacer Antoine, et de toutes les exigences qu’il y avait autour de ce poste-là. Maintenant ça me touche plus et c’est pour ça que je prends du plaisir aussi.

Lorsque le journaliste lui demande s’il pourrait quitter Toulouse dans les années à venir pour tenter de devenir le numéro 1 dans une autre équipe, Paul Graou réagit. Extrait:

Honnêtement, je ne sais pas. Il me reste un an de contrat encore et je me sens très bien ici. Je n’ai pas envie de me poser de questions. Peut-être que l’envie me viendra mais je suis très bien ici, j’ai envie de rester ici, j’ai un super groupe de copains, ma famille n’est pas loin, je suis bien ici donc je me vois rester là. Après je ne sais pas de quoi demain est fait donc je verrai bien l’avenir, pour l’instant, je suis à 100% ici pendant un bout de temps encore.

Publicité

3 Commentaires